La Dernière

Jour national de la Tap Dance : à vos claquettes !

THIS IS AMERICA

Jeudi 25 mai, de la côte est à la côte ouest et du nord de Dakota jusqu'à La Nouvelle-Orléans, les planchers se feront l'écho des rythmes des pas de Fred Astaire, Sammy Davis Jr, ou encore Gene Kelly.

19/05/2017

Dans moins d'une semaine, les USA célébreront la «National Tap Dance Day ». Un style qui a fait scintiller le Hollywood des années 40 et 50 avec d'inoubliables films musicaux (Singing in the Rain, Daddy Long Legs, 42nd Street), portés par d'iconiques acteurs-danseurs. Au-delà des strass et des claquettes, il s'agit surtout de célébrer un aspect de l'héritage d'un melting pot qui a permis la fusion des rythmes africains et irlandais. Les esclaves, ramenés d'Afrique au XIXe siècle, n'avaient pas oublié le tam-tam, qui était alors pour eux un moyen de communiquer. Et quand les négriers et leurs maîtres américains les ont privés de cet instrument, ils ont eu recours à leurs pieds pour établir un nouveau dialogue entre eux.
Les émigrés venus d'Irlande, d'autre part, aimaient à danser selon leurs traditions, attentifs aux rythmes et tapant les pieds au sol. Une technique héritée du temps où l'on s'interpellait d'un village à l'autre à coup de sabots en bois. Au pays de l'Oncle Sam, ces deux ethnies ont quelque peu amalgamé des éléments de leur culture respective, le « shuffle » africain et la guigne irlandaise, donnant ainsi naissance à la «Tap Dance ». L'apparition du jazz, dans les années 20, a mis ce style au premier plan, car ses cadences s'y adaptaient parfaitement. Comme l'avait souligné le célèbre jazzman Count Basie, « si vous jouez un air et que personne ne tape du pied, ne le rejouez plus ».

Une danse, une institution
Cette page de la pluralité de la culture américaine a été mise en lumière par une étudiante de l'Université de Georgetown, Linda Christensen, qui, dans le cadre d'un cours qu'elle suivait en 1989, devait rédiger une loi. Grande fan de cette danse, elle a couché, noir sur blanc, et en une seule page (alors que ses camarades en avaient utilisé de multiples) un projet législatif déclarant le jazz et ses succédanés un trésor national et instituant une journée nationale de « Tap Dance ». Après l'étude de ce projet par des membres du Congrès américain, le président George Bush père l'avait entériné en novembre 1989. La date du 25 mai fut choisie en hommage à Bill Robinson, plus connu sous le nom de Bojangles, célèbre danseur noir de claquettes, né le 25 mai 1878 à Richmond et décédé à New York en 1949. Prodige de la danse, il commence à se produire dans la rue dès l'âge de neuf ans, réussissant, grâce à son immense talent, à imposer ce genre alors relativement nouveau. Véritable précurseur, il développe les mouvements et les rythmes en utilisant davantage la pointe des pieds et des frappes glissées. Il est également à l'origine de la « danse de l'escalier » qui consiste à faire des claquettes sur quelques marches en avant et à reculons. Bojangles devient célèbre en une seule nuit avec cette fameuse danse dans le spectacle Shuffle Along (1921), un show strictement black sur la 63e rue de Broadway.
Plus que de la nostalgie et un attachement au patrimoine, la « Tap Dance » dégage de la fantaisie et une joie de vivre. Le charme continue d'opérer après tout ce temps. Cette année, ils seront des milliers d'Américains à se mettre dans ces célèbres chaussures capables d'une brillante musicalité, en frappant le sol avec leurs bouts en fer.
À ce regain de ferveur annuel du mois de mai est venu s'ajouter le film oscarisé La, La Land qui a donné à des milliers de spectateurs l'envie de se dégourdir les jambes ! Depuis, tous les studios enseignant les claquettes affichent complet.
La « National Tap Dance Day » vient donc s'ajouter aux milliers de journées nationales américaines dédiées à de grandes causes ainsi qu'à des faits significatifs de la vie des citoyens. Ces journées particulières sont aussi bien concernées par le cancer du sein que... la salade, en passant par la poste, la rose et de multiples personnalités de toutes les époques.

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Après le budget, la classe politique en mode électoral

Commentaire de Anthony SAMRANI

Leur califat est mort, pas encore enterré

Un peu plus de Médéa AZOURI

#metoo

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.