X

Campus

Ingrid Chahine, la jeune fille qui brise les tabous

Libre cours
13/05/2017

Avec sa chevelure écarlate, sa petite boucle au nez, ses yeux pleins de malice, Ingrid Chahine ne passe pas inaperçue. Une braise. Rouge, ardente, flamboyante. La jeune étudiante en première année de journalisme à la faculté d'information, section 2, de l'Université libanaise anime depuis quelques mois un blog judicieusement intitulé « Wicked plots » où elle donne vie à « une femme fatale, insoumise, qui sait ce qu'elle veut et qui le dit ». Sûre d'elle-même, directe et naturelle, Ingrid ne mâche pas ses mots lorsqu'elle parle de ses passions, de ce qui la motive, la révolte ou fait battre son cœur.

Évoquant la naissance de son blog, elle raconte : « Depuis mon enfance, je suis une grande lectrice. Un jour, je devais avoir 13 ou 14 ans, je tombe, dans une librairie, sur un livre de la série Crossfire. Sur la couverture, l'image d'une jeune femme belle et indépendante et le court texte qui la présente me font l'effet d'un aimant. C'était le premier roman érotique que je lisais. Il était signé Sylvia Day. » Outre la plume et le style de l'auteure, la jeune étudiante confie aimer le modernisme et le réalisme de ces romances contemporaines distinguées par « l'absence de clichés sur les princes charmants omniprésents dans les histoires à l'eau de rose ».

Les conseils pressés de ses amis lui recommandant de « cacher le livre pour que la prof ne le voie pas » ne réussissent alors qu'à rendre Ingrid plus déterminée à ne pas se laisser intimider par les suggestions des normes sociales. « Pour moi, la sexualité, c'est naturel. On va tous la vivre. C'est à chacun de nous de décider quand. Et justement, ce sont les thèmes dont je voudrais parler », affirme la jeune étudiante qui se décrit comme une « femme libanaise, révolutionnaire, écrivaine, journaliste en devenir, passionnée par l'écriture, la danse et la musique ».

La jeune blogueuse de 18 ans commence alors à écrire des textes qu'elle garde précieusement, se laissant emporter par sa plume et son imagination, refusant de s'imposer des limites artificielles dictées par la société. Elle écrit abondamment. Avec bonheur. Mais sans partager. « Jusqu'au jour où je publie sur Twitter un court extrait de l'un de mes textes. L'écho positif qu'il a suscité m'a encouragée à créer ce blog », confie-t-elle.

 

« Les mentalités »
Sur son choix de carrière, l'étudiante scande : « Je veux devenir journaliste pour élever ma voix, pour dénoncer, pour critiquer, pour dire ce qui ne va pas. Je veux devenir journaliste pour laisser des traces, pour contribuer au changement. » Ce qu'elle voudrait changer ? « Les mentalités. Ici, nous sombrons bien loin derrière les pays occidentaux. Nous laissons le regard des autres nous définir. Nous vivons selon leurs normes. Moi, je voudrais dire les choses telles qu'elles sont », affirme cette Antigone des temps modernes.

La journaliste en devenir dénonce le peu d'opportunités que le pays offre aux jeunes, et plus particulièrement aux femmes « qui font encore face à de nombreuses discriminations ». Et de conclure sur une note indignée : « À l'extérieur, de nombreuses femmes d'origine libanaise brillent, se distinguent et accèdent à des postes haut placés. Tandis qu'ici on leur impose des limites et on leur appose des étiquettes. Les gens prétendent être ouverts. Mais la réalité est tout autre. Ici, on pointe du doigt, on juge, on condamne. Ici, on dit aux filles : attention à vos réputations ! »

Pour accéder au blog d'Ingrid :
www.wickedplots.com

 

 

 

Lire aussi

« Le regard que je porte sur la vie a radicalement changé... »

Joanna Akiki, une jeune fille pas comme les autres

À la une

Retour à la page "Campus"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La surprise de Baalbeck-Hermel : « Le raz de marée » FL dans les suffrages chrétiens

Pause verte de Suzanne BAAKLINI

C’est le littoral que l’on assassine... La mémoire aussi

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué