Le billet de Gaby NASR

Au bal des planqués

Billet
Gaby NASR | OLJ
12/05/2017

Comment amuser le populo, quand on passe la journée à glander dans les hautes sphères ? La question vaut le détour, surtout que les projets de loi électorale à l'étude sont en train de tourner à la guignolade.
Loi électorale ! Deux bien grands mots pour endimancher une vingtaine de projets en forme d'usine à gaz aussi foireux les uns que les autres et qui tiennent davantage du vote par acclamation que de la consultation populaire. On a beau expliquer aux olibrius aériens en charge du débat que le scrutin proportionnel est incompatible avec une société gangrenée par le communautarisme niais, dont l'une des composantes de surcroît est gavée de missiles à domicile ; on a beau raconter qu'un député doit être idéalement à portée de baffe de son électeur pour qu'il s'habitue à rendre des comptes ; on a beau dire que si la loi de 1960 ne traite pas les Libanais sur un pied d'égalité, toutes celles qui sont proposées les traitent en revanche comme des pieds, au point que même un texte scandinave produirait le même cheptel tout aussi piètrement chambré... Rien n'y fait.
Mieux encore, à l'usine à gaz on se propose maintenant d'y ajouter la raffinerie. Comme s'il ne suffisait pas d'avoir été infoutus de pondre une loi électorale en près de dix ans, nos planqués déliquescents veulent maintenant y accoler un Sénat. Pourquoi faire simple, quand on peut faire compliqué ? Ainsi, on aura bientôt une tapée de sénateurs au faciès imbuvable et au rire gras, avec leurs salaires, leurs frais de représentation, leurs bahuts noirs aux vitres opaques, sans compter le pognon versé à vie à bobonne et aux lardons... Autant de bibelots payés par le contribuable, en comparaison desquels la grille des salaires sera de la roupie de sansonnet. Libanais, préparez la monnaie !
Et l'on n'évoque même pas la poussée d'urticaire d'Istiz Nabeuh quand ses prérogatives vont se télescoper avec celles de son homologue perché sur la nouvelle structure. Car le Duc de Berry et de Aïn el-Tiné n'est pas n'importe qui ! La rondelle bien vissée à son fauteuil depuis un quart de siècle, cet increvable a déjà vu défiler quatre présidents américains, quatre français, trois chanceliers allemands, deux Dalaï Lama, et se prépare à donner l'accolade au prochain roi d'Angleterre... Bref, il y aura de l'animation dans la ménagerie.
Chapeau, les artistes ! Avec force applaudissements et Koullouna. À défaut de manger du poulet, le Libanais d'en bas se consolera avec de la chair de poule...

gabynasr@lorientlejour.com

À la une

Retour à la page "Billet"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

M.V.

Bravo...! d'autant que la chair de poule , c'est meilleurs quand chapon pas.... :-)

RE-MARK-ABLE

SI rire pouvait faire avancer les choses tous les vendredis on verrait un Liban nouveau naître grâce à cette formidable plume .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

FORMIDABLE GABY NASR ! FORMIDABLE ! VOUS PASSEZ LE RIRE AVEC L,ESSENTIEL !

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué