Rechercher
Rechercher

États-Unis

Trump veut sa revanche sur son décret anti-immigration

Trump attendait le 8 mai 2017 pour justifier devant dans un tribunal de Virginie le décret refoulant à l’entrée des États-Unis les voyageurs de six pays à majorité musulmane (ici, le 8 février 2017). Saul Loeb/AFP

Après avoir essuyé en février et mars de retentissantes défaites judiciaires sur son décret migratoire, dont deux versions ont été bloquées par les tribunaux, Donald Trump comptait obtenir sa revanche hier en appel.
Ainsi que le prévoit le découpage juridictionnel compliqué des États-Unis, c'est à Richmond, capitale de la Virginie, que devait être examiné ce dossier opposant le gouvernement à des associations qui affirment que ce texte vise de façon discriminatoire les musulmans. Une décision devrait être prise au cours des prochains mois, selon les experts.
Pour Donald Trump, représenté donc par M. Wall, l'enjeu est de persuader que les restrictions d'entrée aux États-Unis relèvent bien de l'exercice de l'autorité présidentielle. Le gouvernement doit aussi convaincre que ce décret est « vital » pour la sécurité nationale, un argument qui s'affaiblit au fil des jours se suivant sans attentat jihadiste dans le pays.
La deuxième mouture du décret entend fermer temporairement les frontières américaines aux réfugiés du monde entier et aux citoyens de six pays majoritairement musulmans, contre sept dans sa version précédente. Cette mesure est la plus controversée de la présidence Trump, qui affirme régulièrement, mais sans preuve, que l'immigration aggrave la criminalité aux États-Unis.

Source : AFP


Après avoir essuyé en février et mars de retentissantes défaites judiciaires sur son décret migratoire, dont deux versions ont été bloquées par les tribunaux, Donald Trump comptait obtenir sa revanche hier en appel.
Ainsi que le prévoit le découpage juridictionnel compliqué des États-Unis, c'est à Richmond, capitale de la Virginie, que devait être examiné ce dossier...

commentaires (0)

Commentaires (0)