X

Santé

Le tabagisme actif, plus nocif que la pollution atmosphérique

Maladies respiratoires

Fumer diminue l'espérance de vie de dix ans, selon les sociétés spécialisées internationales.

Nada MERHI | OLJ
29/04/2017

« Allons docteur, que sont une quinzaine de cigarettes par jour face à toute cette pollution qui nous intoxique ! Et les déchets ! N'en parlons pas ! »
Que de fois n'avons-nous pas entendu des fumeurs ressasser ce discours à chaque fois que leur médecin – ou leur entourage – leur reproche leur tabagisme. Ils estiment ainsi que le tabac, bien qu'inhalé en grandes quantités au quotidien, n'est pas aussi nocif que la pollution générée par les pots d'échappement et les générateurs de quartier. Or le tabagisme actif, selon des études sérieuses menées par des sociétés spécialisées internationales, reste le facteur le plus déterminant de maladies respiratoires, loin devant la pollution de l'air et le tabagisme passif.

« Indubitablement, la pollution de l'air est dangereuse pour la santé, affirme d'emblée le Dr Mirna Waked, pneumologue. Et les risques qu'elle pose ne sont pas des moindres. Toutefois, les études menées à l'échelle internationale peinent à démontrer un lien de cause à effet entre la pollution globale de l'air et des maladies respiratoires spécifiques. Idem pour les polluants atmosphériques, alors qu'il a été prouvé que le tabagisme actif est responsable de plusieurs maladies. Il ne faut surtout pas confondre la pollution atmosphérique dont nous parlons avec la pollution intérieure des maisons et des lieux de travail, qui mérite un tout autre chapitre, au même titre que le dossier des déchets et leur impact sur la santé. »

Selon une étude publiée dans l'European Lung White Book, une publication de la Société respiratoire européenne (ERS), « la pollution de l'air est aussi nocive que le tabagisme passif ». Elle souligne ainsi que le fait de vivre à proximité d'une rue passante présente le même risque que celui d'être exposé au quotidien à la fumée de dix cigarettes. Toutefois, « le tabagisme actif est beaucoup plus dangereux », insiste l'ERS. Elle fait référence dans ce cadre à un rapport publié l'an dernier par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) sur l'exposition à la pollution de l'air en Europe et ses effets sur la santé. Dans ce rapport, l'OMS souligne qu'en 2012, quelque 479 000 personnes en Europe sont décédées prématurément en raison de la pollution de l'air ambiant. Toujours selon l'OMS, l'exposition à la pollution de l'air réduit d'un an l'espérance de vie des Européens. « Le tabagisme actif la réduit de dix ans », avertit l'ERS. Si le taux de pollution ne dépasse pas celui admis par l'OMS, l'espérance de vie augmentera en Europe de deux ans. L'organisation onusienne a fixé à 20 µg/m3 le taux maximal admis pour les PM10 et à 10 µg/m3 celui admis pour les PM2,5. Les PM, ou particules microscopiques en suspension, émanent essentiellement des pots d'échappement et de la poussière des rues. Elles s'infiltrent dans les poumons, exacerbant ainsi les maladies respiratoires.

 

(Lire aussi : Ces pays qui ont réussi à dissuader les gens de fumer)

 

Réactiver la loi antitabac
Le Dr Waked explique que « la pollution de l'air a un effet déclencheur ». « Elle exacerbe un asthme, une maladie respiratoire chronique, comme la broncho-pneumopathie chronique obstructive, ou d'autres maladies allergiques, aggravant ainsi les symptômes et augmentant les admissions à l'hôpital et même le risque de décès, poursuit-elle. En cas de grande pollution, ces personnes à risque doivent rester chez elles. » Elle rappelle que les études ont montré que « l'exposition à la pollution de l'air, intérieur et extérieur, durant la grossesse est associée à un poids faible du nourrisson à la naissance, comme aux naissances prématurées ». De même, « les enfants qui vivent dans des zones polluées ont un plus grand risque de souffrir d'asthme ».

En effet, une étude effectuée au Liban sur des adolescents avec pour objectif d'évaluer l'association entre la pollution de l'air extérieur et intérieur et l'asthme a montré que les enfants qui « vivent à proximité de routes exposées au trafic ou dans des maisons vétustes souffrent plus fréquemment d'une exacerbation de leur asthme ». Publiée dans la Revue des maladies respiratoires, l'étude a montré également que « le tabagisme maternel et paternel était responsable de l'asthme chez ces enfants ». De plus, la corrélation entre le tabagisme et la survenue des cancers du poumon, de la gorge, de la vessie et du sein, de l'ostéoporose précoce, des maladies cardio-vasculaires et pulmonaires chroniques (BPCO), des troubles de l'ovulation et des complications de la grossesse « est bel et bien établie et n'est plus à démontrer », insiste encore le Dr Waked. Les études ont également révélé que le tabac est un important facteur de risque du diabète, des cancers du côlon et du col de l'utérus ainsi que de la stérilité.

Et le Dr Waked de conclure : « La pollution, l'industrialisation à outrance des villes et la disparition des espaces verts, notamment des arbres, sont délétères pour les poumons de notre planète. Ils représentent un défi aussi bien pour les habitants que pour les législateurs et les politiciens. Il n'en reste pas moins que le tabagisme constitue le plus haut degré de pollution. Les données scientifiques dans ce cadre sont solides. Nous sommes tous les jours exposés à la fumée du tabac dans les restaurants et les bureaux. Qu'il soit actif ou passif, le tabagisme reste donc la pollution la plus nocive. D'où l'importance de réactiver l'application de la loi de lutte antitabac. Cette loi est déjà appliquée en Europe et aux États-Unis, avec des résultats bénéfiques. À mon avis, il faut commencer par être écologique avec soi-même. »

 

Pour mémoire
La Régie libanaise des tabacs triple ses capacités de production

Le trafic de cigarettes coûte cher à l'État

L'industrie du tabac au Liban peine à rapporter

À la une

Retour à la page "Santé"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ON SE GAVE DE TOUS LES PRODUITS LES UNS PLUS NOCIFS QUE LES AUTRES...

M.V.

Le cocktail suprême ...c'est tabagisme ,,, eau du robinet ... air pollué...poulet aux hormones..et légumes et fruits aux pesticide ...!

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le compromis présidentiel et les dommages collatéraux

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants