X

Économie

La Régie libanaise des tabacs triple ses capacités de production

Liban - Industrie

Inaugurée hier en présence du ministre des Finances, Ali Hassan Khalil, la nouvelle ligne de production va permettre à la Régie des tabacs & tombacs de lancer de nouveaux produits.

20/05/2015

D'ici à quelques semaines, deux nouvelles marques – Cedars Plus et Cedars Silver – viendront étoffer l'offre de paquets de cigarettes locales produites par la Régie des tabacs & tombacs. Cette nouvelle étape commerciale a pu être franchie grâce à la mise en service d'une ligne de confection de cigarettes, inaugurée hier par la Régie dans sa branche de Hadath.

Ces nouvelles installations devraient permettre à l'établissement public, qui détient le monopole de la production et de la distribution du tabac au Liban, de tripler sa production. La Régie est désormais capable de produire en moyenne 12 000 cigarettes par minute et par ligne de confection, soit un volume global d'environ 34 000 caisses par mois – comprenant chacune 50 cartouches de 200 cigarettes. « Nous pourrons même envisager d'atteindre la barre des 50 000, si nécessaire », précise Salah Zeidan, directeur du département construction et équipement de la Régie.

Cette dernière a investi au total 17 millions de dollars sur ses fonds propres dans l'opération. L'essentiel des fonds a été consacré à l'acquisition de trois nouvelles lignes de confection : deux permettant de livrer 32 caisses de cigarettes de 100 millimètres (mm) par heure, et une pour celles de 84 mm, à un débit similaire. « Au terme d'une procédure d'appel d'offres lancée en 2012, le choix de la Régie pour acquérir les nouvelles lignes de production s'est finalement porté sur l'italien G.D. et l'allemand Hauni », précise M. Zeidan à L'Orient-Le Jour. L'acquisition des machines a coûté à elle seule 7 millions d'euros. Une opération qualifiée de « bonne affaire » par le directeur général de la Régie, Nassif Saklawi. Et pour cause : les précédentes estimations du projet tablaient sur une enveloppe globale de plus de 25 millions de dollars. « Les 170 employés de la Régie ont été formés à l'utilisation des machines dans les pays d'origine de leurs constructeurs et ont même participé à leur installation », poursuit M. Saklawi, confirmant par ailleurs que cette augmentation des capacités de l'usine ne s'est pas accompagnée de création d'emplois.

Sous-traitance
Le reste de l'enveloppe a été consacré à l'acquisition d'équipements destinés au traitement (tranchage, conditionnement, sauçage, hachage, séchage et aromatisation) et au stockage du tabac. La Régie s'est également focalisée sur l'amélioration de la qualité de sa production. Outre la mise aux normes européennes en matière de sécurité des produits de consommation, elle a investi dans l'achat d'un système de détection des déchets de tabac (Non tobacco related-material removal), ainsi que de nouveaux équipements de laboratoire nécessaires à l'étude et au calibrage du niveau d'émissivité de nicotine et de monoxyde de carbone.

« Ces nouvelles installations nous permettent désormais de prendre en charge la confection et l'empaquetage de cigarettes de marques étrangères tout en maintenant nos niveaux de production », s'est réjoui M. Saklawi.

« Cette nouvelle phase de modernisation marque un cap dans notre stratégie d'investissement », rappelle la directrice du bureau technique de la régie Ola el-Sabaali. La diversification des produits constitue en effet le dernier acte d'une stratégie de développement tous azimuts initiée en 2011, lorsqu'une première phase d'investissement lui avait permis de faire grimper ses ratios d'environ 3 000 caisses par mois à près de 12 000 caisses.

Les finances publiques devraient compter parmi les bénéficiaires de l'opération : « L'augmentation de la production devrait permettre d'accroître d'environ 40 millions de dollars les recettes annuelles reversées au Trésor chaque année », déclare Nassif Saklawi. En 2014, la Régie avait transféré au Trésor 550 millions de dollars, sur 750 millions de dollars de chiffre d'affaires.

 

Pour mémoire
Le trafic de cigarettes coûte cher à l'État

L'industrie du tabac au Liban peine à rapporter

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

POUR TRIPLER LES CANCERS...

NAUFAL SORAYA

On lutte contre le tabagisme, mais on augmente et améliore la production des cigarettes... C'est d'une logique ahurissante!

M.V.

Le cancer du poumon et les autres maladies cardiovasculaires etc...ont de beaux jours devant eux....avec l'aide de l'état.....!

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.