L'impression de Fifi ABOU DIB

Une cavale, un prince, un loup

20/04/2017

Ici Beyrouth, dans sa version la plus récente. Elle n'a reçu ni enjoliveurs ni améliorations depuis la dernière révision qui remonte à loin maintenant, mais au moins n'a-t-elle pas subi de nouveaux cabossages. Ce mois d'avril est un des plus beaux qu'il nous ait été donné de voir depuis plusieurs années, nous semble-t-il. Il contient encore la rigueur de l'hiver, mais un soleil généreux fait éclater les bourgeons à tout-va, et certaines parties de la ville jouent sous un ciel turquoise les sakura de poche, selon l'humeur des mimosas, des jacarandas et des flamboyants. Il fut un temps, à cette période, où l'on battait les tapis sur les balustrades des balcons. Le choc rythmé des grandes tapettes d'osier ouvrait le cortège de l'été. Les écoliers étaient les plus impatients d'ôter leur « petite laine ». Ils avaient, à s'alléger d'une couche, le sentiment d'accélérer le passage des dernières semaines qui précèdent les grandes vacances.

Il n'y a presque plus de balcons. On préfère les transformer en cages de verre, en éternels jardins d'hiver. L'été n'entre plus dans les foyers, on ne sait plus avoir chaud, s'éventer avec des éventails de pacotille, s'ingénier à créer des courants d'air, poser sur la table de centre une grande vasque d'eau où flottent des gardénias dont le parfum rafraîchit de toute éternité la touffeur ambiante. On n'attend plus sur le coup de 16h le marchand de kaak dont le passage faisait dégringoler enfants et soubrettes qui s'agglutinaient autour des galettes, impatients de mordre la croûte fragile qui libérait en bouche un vertige de saveurs simples et pourtant si raffinées, l'amer du thym et l'acidulé du sumac se mariant avec bonheur au fondant sucré du pain piqueté de sésame. On oublie, après la sieste, de faire ce café à la turque dont il faut maîtriser le sacré tempérament et dont les effluves tenaces suffisent à réveiller les plus engourdis, et qui laisse au fond de la tasse suffisamment de marc pour y lire ce qui vient, un trait, un signe, dans un jour, dans un mois, dans un an, une cavale, un prince, un loup, un serpent, une montagne, hiéroglyphes d'un imaginaire candide qui prolongent ce rituel toujours un peu trop rapide et suffisent à chauffer les esprits jusqu'au soir. On glisse une capsule dans la machine. On appuie sur le bouton. On attend que ça finisse de ronronner. On oublie d'ailleurs de faire la sieste. On oublie qu'il fut un temps où l'on fermait boutique, l'après-midi, quand le chaland n'avait plus le courage de sortir tant le soleil pesait. On ne s'arrête plus, on ne déjeune même plus, on prend un « lunch break », en anglais c'est plus court.

Il y a pourtant un moment de l'année où ce temps-là retrouve son rythme, et c'est la saison des expatriés. Pour eux, comme par magie, la cafetière retrouve sa place sur la gazinière et le café la mauvaise habitude de se répandre en montant brusquement. Le marchand de galettes surgit de nulle part, suivi de son compère le marchand de maïs en épis. Le gardénia retrouve le chemin des balcons, même vitrés, et quelques jasmins orphelins se souviennent d'embaumer au cœur de la nuit. Le retour des voyageurs nous ramène à nous-mêmes et la perspective de ces doubles retrouvailles nous est bénie.

Retour à la page "Impression"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Zaarour Beatriz

Nostalgie quand tu nous tient!
Mais comment avez vous pu décrire d'une façon si romantique, tendre mais si réaliste, "Beyrouth depuis sa dernière révision qui remonte à loin"? Vous êtes encore jeune pour en parler avec les nuances les plus délicates!
Extraordinaire Fifi! Au moins le souvenir du bon vieux temps est conservé grâce à votre belle littérature!

Soeur Yvette

Un art merveilleux ...merci madame...delicieux...

Bustros Mitri

Un temps révolu . On est entré dans la modernité. Le temps s'est monetisé. Seul ceux qui jouissent d'une confort matériel absolu peuvent encore en bénéficier , alors qu'autrefois, Il n'y a pas si longtemps,chacun profitaient encore d'un petit coin de paradis . La nature s'est évaporée. Les petits jardins qui se côtoyaient, exhalaient leur parfum de bon voisinage, présidaient aux échanges , ou fleurs , préparations-maisons, s'échangeaient , selon un savoir-faire reconnu à tout un chacun.Le bruit des narghilés berçaient d'un doux ronron ces retrouvailles, fréquemment renouvelées, dans la moiteur parfumées des nuits d'été...Un autre temps, une autre époque..!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

CHERE MADAME FIFI VOUS ETES UNE POETESSE QUI S,EXPRIME EN PROSE !

kindarji joseph

il est tellement rare de lire des mots doux et tendres a l'intention de nos expats qu'on assimile trop souvent a des vaches a lait, et que l'on charge de tous nos tracas

WORM Ramza

Un art merveilleux de nous faire vivre et sentir ,meme par la lecture,ce que fut notre chez nous

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1 / 1

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Renaissance

Décryptage de Scarlett HADDAD

L’opération de l’armée et « la plaie » du jurd de Ersal

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon OLJ, vous devez au préalable vous identifier.