L'Université de Balamand, une cité sur la colline pour s'ouvrir sur les opportunités professionnelles régionales - Maxime PLUVINET

LES PRINCIPALES UNIVERSITÉS

L'Université de Balamand, une cité sur la colline pour s'ouvrir sur les opportunités professionnelles régionales

13/04/2017

Fondée en 1988 par l'ancien patriarche grec-orthodoxe Ignace IV Hazim, l'Université de Balamand regroupe aujourd'hui plus de 11 facultés réparties entre Beyrouth et le nord du Liban. Ouverte sur le dialogue interculturel, l'équipe de direction espère désormais former une jeunesse compétitive pour le marché à l'étranger.

« Nous nous considérons comme une université trilingue. » Depuis son bureau du campus de Koura, qui surplombe l'ensemble de la côte à l'entrée de Tripoli, le doyen de la faculté de littérature et de sciences sociales, Georges Dorlian, a résumé par cette sobre formule la volonté de l'Université de Balamand : l'ouverture culturelle et professionnelle, en formant plus de 5 700 Libanais polyglottes, qualité ayant déjà fait la fortune des habitants du pays du Cèdre à l'étranger.

 

Les facultés et leurs départements : quelles spécialités ?
L'Université de Balamand a fait un choix essentiel, celui d'assurer la plupart de ses cours en langue étrangère, avec notamment deux facultés entièrement francophones. La langue de Shakespeare et celle de Molière ne sont pas les seules. Balamand rend ses lettres de noblesse à l'arabe littéraire. « L'arabe est important même dans les spécialisations scientifiques, comme l'ingénierie, ou le business », soutient Georges Dorlian, en rappelant que ce n'est pas la seule pratique du dialecte qui ouvre des opportunités de travail, mais bien la maîtrise de l'arabe littéraire.
Toutefois, diversité du monde globalisé oblige, certaines langues pour le moins insolites pour le public libanais sont éligibles en option, en particulier pour les étudiants traducteurs qui peuvent choisir entre l'espagnol, l'allemand, le russe ou le chinois, précise le doyen.


Outre les filières traditionnelles communes à l'ensemble des établissements privés et publics, l'Université de Balamand a comme particularité d'imposer à l'ensemble de ses étudiants un corpus de quatre cours de culture empêchant toute ségrégation scientifique/littéraire : « C'est un prérequis universitaire, explique Georges Dorlian. Nous suivons un système américain. » Pour ce qui est des filières uniques, Balamand propose un département universitaire d'éducation physique, qui était le premier en la matière et possède de ce fait une tradition non négligeable, ainsi qu'une filière hôtellerie, qui gère le restaurant du campus de Koura, réservé aux professeurs et aux employés. De même, les étudiants sont intéressés par un département de génie chimique, puisque cela permet de travailler dans le Golfe, sans oublier l'insolite branche de l'aéronautique, la carrière de génie mécanique, « qui est un peu particulière », souligne le responsable. « Avec ce département, nous sommes en train de reconstruire un avion, comme celui de 1914 », confie-t-il.

 

Quels coûts et quelles aides ?
American Touch oblige, l'université a adopté le système de crédits. Un étudiant régulier s'inscrit en moyenne à 15 crédits par semestre, chaque crédit ayant un certain prix (voir encadré pour une simulation). En revanche, l'Académie libanaise des beaux-arts de Beyrouth – qui dépend de l'Université de Balamand – suit un système francophone d'ECTS.
Pour les élèves qui le souhaitent, une aide financière est possible. L'étudiant doit en présenter la demande dès son inscription. Pour les plus défavorisés, l'aide peut couvrir au maximum 50 % des frais annuels.
L'Université de Balamand a également organisé deux programmes : le travail estudiantin et la fonction d'assistant. Pour les étudiants en licence, le premier permet de travailler dans l'administration une quinzaine d'heures par semaine qui ne sont pas payées, mais prennent la forme de remises supplémentaires sur les frais de scolarité. Le poste d'assistant permet, quant à lui, aux étudiants en master d'accompagner une dizaine d'heures par semaine les enseignants chercheurs. Ce travail est rémunéré et « certains arrivent à payer ou à rembourser 20 % de leur scolarité », précise Georges Dorlian. « En revanche, si on lui donne une aide financière, l'étudiant doit en retour réussir », ajoute le doyen.


Le campus de Koura, de par son emplacement, présente des possibilités de logement. Outre un grand internat non mixte (« la révolution de 1968 n'est pas passée au Liban », souligne avec malice Georges Dorlian), des résidences estudiantines existent dans les villages voisins. « Pour le bâtiment des hommes, une chambre simple coûte 2 200 dollars par semestre, la chambre double 1 160 et la triple 750. Pour le bâtiment des femmes, la chambre simple coûte 2 260 par semestre, une double 1 220, en revanche, il n'y a pas de chambre triple », précise le doyen.

 

---

 

Simulation : qui veut économiser des millions ?

Premier cas : « Je viens d'obtenir mon bac et j'entame des études de génie mécanique. » Tu devrais payer en tout 14 820 dollars ton année, car un crédit universitaire vaut 494 dollars. Or tu es obligé(e) d'en prendre 15 par semestre, soit 30 par année de licence ! Heureusement, dans les faits, l'Université de Balamand accorde constamment une remise de 25 % sur le tarif d'entrée. Ce qui ramène le prix réel à 11 115 dollars. Tu peux en plus obtenir un travail estudiantin ou devenir assistant(e) dans l'administration pour une quinzaine d'heures par semaine. De ce fait, tu peux parvenir à rembourser jusqu'à 20 % de la somme totale d'origine, soit une remise de presque 3 000 dollars ! Dans les faits, ton année de génie mécanique te revient finalement à 8 100 dollars à peu près. Si tu es d'une famille très modeste, n'oublies pas la solution des assistants sociaux qui peuvent encore abaisser la note de 50 % du tarif d'origine.

Deuxième cas : « J'entre en master de littérature et c'est le plus cher ! » Mais tout n'est pas perdu. Ton master te coûte en théorie... 20 070 dollars. Mais dans les faits, l'Université de Balamand te fait à l'inscription d'entrée une remise de 50 %, soit 10 035 dollars. En outre, tu peux assister ton professeur une dizaine d'heures dans ses recherches sur la signification de la madeleine proustienne... En échange de quoi tu seras rémunéré, pour atteindre à la fin de l'année une somme équivalente à plus de 15 % de tes frais de scolarité d'origine. Avec cet argent de côté, tu ne paieras plus que... 6 700 dollars à peu près.

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.