L'Université La Sagesse : une vision fondée sur l'évolution continue et la performance - Marlène AOUN FAKHOURI

LES PRINCIPALES UNIVERSITÉS

L'Université La Sagesse : une vision fondée sur l'évolution continue et la performance

13/04/2017

« Ancrée dans l'histoire du Liban et du Moyen-Orient, l'Université La Sagesse (ULS), relevant du diocèse maronite de Beyrouth, a été fondée en 1875 par l'archevêque Youssef Debs », explique le recteur, le père Khalil Chalfoun. « L'Institut supérieur d'enseignement juridique de La Sagesse, noyau juridique de l'époque, a été réactivé et transformé en 1962 en faculté de droit par Mgr Ignace Ziadé. C'est en 2000, sous la supervision de Mgr Boulos Matar, que l'Université La Sagesse prend son essor. Avec ses sept facultés de droit, droit canonique, sciences ecclésiales, gestion et finances, sciences politiques et relations internationales, sciences hôtelières et santé publique, elle affirme aujourd'hui sa dimension d'établissement universitaire de haut niveau », ajoute-t-il.


Dans un souci d'évolution continue et d'adaptation à la demande du marché, l'ULS introduira une nouvelle filière d'études d'ingénierie qui sera lancée en septembre 2017, précise pour sa part le père Chalfoun. Les étudiants pourront profiter de nouvelles spécialisations : génie biomédical, génie chimique, génie biologique et alimentaire, et génie mécatronique (robotique), dans un campus et un laboratoire flambant neufs. En partenariat avec l'Université Pierre et Marie Curie, les étudiants bénéficieront d'une codiplomation qui leur ouvrira le marché de travail international. Sans oublier le lancement prochain de licences en nutrition et diététique, orthophonie ; de masters en épidémiologie, hygiène et qualité ; ainsi que d'un doctorat professionnel en physiothérapie.

 

Nouvelle spécificité de la licence en droit : la clinique juridique
Dans un même contexte de performance et d'innovation, la faculté de droit lance une nouveauté : la clinique juridique (droit de l'homme).
Dans un cadre d'échanges, les étudiants de 4e année peuvent actuellement consolider leurs compétences juridiques en droit international humanitaire et en droit pénal international, en participant au nom de l'ULS à des séminaires aux Nations unies, à des cercles de réflexion sur les droits de l'homme, au Tribunal spécial pour le Liban (TSL), à des stages dans le secteur des ONG... Cette matière de droit pénal international a été introduite (au choix) dans le cursus, au lendemain de la création du TSL. Elle fait l'objet d'un certificat spécifique qui couronne la formation.
Les cours, qui s'étalent sur quatre ans, sont dispensés en arabe, français, ou anglais, selon la langue d'enseignement scolaire.

 

Les débouchés
La faculté de droit adapte son cursus aux besoins du marché de travail en vue de faciliter l'accès à plusieurs professions : magistrature, tribunaux ecclésiastiques, ordre des avocats, notariat, corps diplomatique, administration publique, Sûreté générale, contentieux juridique dans les entreprises, recherche et enseignement...

 

Partenariat
Des protocoles d'accord ont été signés avec les Universités de Toulouse et de Lille, favorisant la mobilité du corps professoral et l'échange d'étudiants. Un master de « juriste international » permet l'obtention d'un double diplôme, de l'ULS et de l'Université de Toulouse 1 Capitole.
Dans un même contexte juridique, l'ULS propose une formation unique au Proche-Orient : une licence en droit canonique. Elle s'adresse à des théologiens et des juristes. Agrégée à l'Université pontificale de Latran, à Rome, la faculté de droit canonique délivre une licence (quatre ans) ou un diplôme universitaire (deux ans) pour les avocats voulant approfondir la procédure des tribunaux ecclésiastiques. Les cours sont dispensés en français et en arabe.
Les débouchés professionnels sont notamment l'enseignement, les professions juridiques (juge ou avocat auprès des tribunaux religieux), les institutions religieuses, les associations, les ONG...
Par ailleurs, un cursus en sciences ecclésiales, inscrit dans le cadre d'une formation supérieure en sciences religieuses, assure une mission théologique de niveau universitaire selon l'enseignement officiel de l'Église et les orientations de Mgr Boulos Matar. La faculté de sciences ecclésiales, comprenant l'Institut des sciences religieuses et l'Institut de la famille, est l'unique centre d'écoute au Proche-Orient, d'études et de recherches sur la famille. Ce centre est associé à l'Institut pontifical Jean-Paul II pour les études sur le mariage et la famille. Les langues d'enseignement sont le français et l'arabe.

 

Les diplômes
La faculté de sciences ecclésiales délivre une licence et un master en partenariat avec l'Université de Latran, avec différentes options : études sur le mariage et la famille, ou enseignement social de l'Église ; un diplôme en animation catéchétique, en animation pastorale et culture religieuse, ou encore un diplôme en management des organisations sociales et communautaires.

 

L'Institut de la famille et ses débouchés
Au service des églises du Liban et du monde arabe, l'Institut dispense un enseignement universitaire interdisciplinaire en sciences du mariage et de la famille, en vue de former : des animateurs dans la pastorale familiale, la préparation au mariage à travers une vision biblique et théologique ; des médiateurs familiaux dans le cadre des conflits conjugaux, œuvrant à la réconciliation familiale par l'écoute et l'accompagnement...

 

---


Les partenariats

L'ULS a développé au cours des dernières années un réseau très diversifié de partenaires sur le plan international, favorisant ainsi la mobilité des étudiants et des enseignants, ainsi que la mise en place de programmes de double diplomation et de codiplomation selon les filières : l'Université de Nancy II, l'Université de Toulouse 1 Capitole, l'Université de Montpellier (France), l'Université de Paris XI, l'Université de Tours, l'Université de Cologne (Allemagne), l'Université de Bordeaux, l'École hôtelière de Lausanne (Suisse), l'Isped France (Institut de santé publique, d'épidémiologie et de développement), l'Université de Lille, les Hôpitaux de Genève (Suisse), l'Université pontificale de Latran (Italie), l'Institut pontifical Jean-Paul II (Rome) pour les études sur le mariage et la famille.

 

 

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.