Université Libano-Française : la formation à l'international - Zeina ANTONIOS

LES PRINCIPALES UNIVERSITÉS

Université Libano-Française : la formation à l'international

13/04/2017

Créée en 1996, l'Université Libano-Française (ULF) accueille les étudiants dans ses campus à Deddé, Chtaura, Clemenceau et Dik el-Mehdi. Elle propose une vingtaine de formations réparties sur quatre facultés et se démarque par des accords et des échanges avec de nombreuses universités françaises.
Vingt ans après sa création, l'Université Libano-Française travaille aujourd'hui à intégrer l'innovation dans tous les aspects de son travail. « À l'ULF, nous veillons à offrir de l'innovation aussi bien au niveau du contenu que de la méthode. En plus de la procédure théorique adoptée durant les cours, des travaux appliqués en laboratoire et des projets de fin d'étude sont au programme », explique Mohammad Salhab, président de l'université, à L'Orient-Le Jour.
Les formations sont proposées au sein des facultés de génie, des sciences et des lettres, de gestion et de technologie. Un MBA, un master en banque et finance ainsi qu'un master en informatique (Computer science) sont également disponibles.

 

Une préparation au monde de l'entreprise
« Le projet de l'ULF est de préparer les étudiants à devenir des citoyens à part entière et des personnes autonomes en termes de réflexion et de ressources », indique M. Salhab, qui assure que son établissement se soucie aussi bien du côté académique que de la formation citoyenne de ses étudiants.
Par ailleurs, un des soucis de l'ULF est de permettre aux étudiants de s'accoutumer au monde de l'entreprise. « Grâce aux stages obligatoires auxquels ils sont soumis pendant les études, nos étudiants font très tôt connaissance du monde du travail. Ils sont très souvent embauchés là où ils ont fait leur stage et leur taux d'employabilité est de 90 % », assure Mohammad Salhab.
« Un autre aspect de l'innovation au sein de l'ULF est effectué au niveau de la collaboration avec des instituts de recherche et des entreprises innovantes, tant par leurs sujets de travail que par leurs méthodes », assure le président de l'ULF. Il révèle par ailleurs que l'université a mis en place un incubateur pour aider ceux parmi ses étudiants désireux de monter de nouvelles entreprises.
L'ULF offre également des formations à distance en marketing et gestion hôtelière depuis 2010, en partenariat avec l'Université de Montpellier.

 

Aides et bourses pour les étudiants handicapés
Le service social de l'ULF offre des aides sociales non remboursables allant de 20 à 25 % des frais de scolarité. Les étudiants peuvent également bénéficier d'un échelonnement des paiements sur 10 ans. Par ailleurs, l'université offre quatre à six bourses par an pour les étudiants handicapés.
L'ULF prend également part au projet Erasmus qui permet aux étudiants d'effectuer des semestres d'échange à l'étranger. Elle dispose de partenariats avec, entre autres, les Universités de Belfort- Montbéliard, Montpellier, Paris-Saclay, Evry-Val d'Essonne, Grenoble, Lyon ou Saint-Étienne.


« Nous proposons un double diplôme à la faculté de génie pour ceux qui participent au programme d'échange avec l'Université de technologie de Belfort-Montbéliard (UTBM), de même pour le MBA. Nous avons également un double diplôme avec l'Université d'Evry-Val d'Essonne pour le master en banque et finance », explique Sylvie Devigne, responsable du campus de Clemenceau. L'ULF, qui suit le système de crédits européens (ECTS), est par ailleurs engagée dans un processus d'accréditation avec l'Association européenne des universités.
Concernant les frais annuels de scolarité, ils se situent à la faculté des sciences et des lettres autour de 5 500 dollars par an. De même pour la faculté de technologie. À la faculté de gestion, les formations coûtent entre 4 000 et 5 000 dollars par an. Pour des études à la faculté de génie, il faut compter environ 7 500 dollars par année.

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué