X

Liban

Manœuvres conjointes entre des bâtiments de guerre libanais et français

Coopération

Le patrouilleur « Trablous » de la marine libanaise et la frégate multimissions (Fremm) « La Provence » de la marine nationale française ont réalisé une journée d'exercices de simulation au large de
Beyrouth pour échanger à nouveau leurs savoir-faire.

05/04/2017


La frégate française La Provence et le patrouilleur libanais Trablous ont réalisé durant toute la journée de lundi dernier, au large de Beyrouth, des exercices conjoints de simulation dans le cadre de la coopération entre les marines française et libanaise. Le programme était vaste et a commencé par une simulation d'incendie à bord du patrouilleur libanais ; les équipes spécialisées de lutte contre les incendies de La Provence sont montées à bord pour aider les militaires libanais à maîtriser le sinistre. Par la suite, les deux bâtiments ont manœuvré ensemble devant le port de Beyrouth au cours d'un exercice d'évolution tactique.
L'après-midi a été rythmé de deux nouveaux exercices. Dans un premier temps, il s'agissait d'un exercice de contrôle dans le cadre d'un scénario préétabli au départ, au cours duquel La Provence a simulé une entrée sur les eaux territoriales libanaises en tant que navire marchand. Le Trablous a envoyé une équipe de huit marins à bord de la frégate de la marine nationale française afin d'effectuer un contrôle. Trois sous-équipes de la marine libanaise se sont ainsi déployées sur le navire : alors qu'une équipe était chargée de maîtriser les passagers de La Provence (ici, cinq militaires français jouaient les rôles d'un capitaine et de son équipage marchand) et de les interroger, une autre procédait à une fouille administrative, pendant que la dernière supervisait les deux premières équipes en action. La marine française avait caché des produits illicites à bord à dessein afin que les équipes libanaises les trouvent. Une fois cette simulation terminée, les équipages français et libanais ont pu revenir sur les différentes méthodes de travail des uns et des autres afin d'en discuter et, si nécessaire, d'échanger quelques conseils.
Enfin, la frégate française a fait intervenir son hélicoptère, un NH90 « Caïman », au-dessus du patrouilleur libanais à l'occasion d'un exercice de treuillage au cours duquel ont été déposés un plongeur de bord et une civière. Ce genre de simulation leur permet de se préparer à tous types de ravitaillement ou d'évacuation d'urgence.
À la suite de ces différents entraînements, le commandant de La Provence, Renaud Annibal, a mis l'accent sur la réussite de cette expérience : « Cette journée a été profitable pour le Trablous comme pour nous. C'est toujours un plaisir de mener cette coopération militaire internationale, en particulier avec les Libanais avec lesquels nous avons tellement d'attaches. »
La Provence est déployée pour la première fois en Méditerranée orientale depuis son admission au service actif en 2016, c'est-à-dire après qu'elle a été vérifiée puis acceptée par la marine nationale française. Cette frégate multimissions est capable de mener tout type d'opération en zone hostile, de la lutte antinavire et anti-sous-marine à la défense antiaérienne. Le navire, de 6 000 tonnes et de 142 mètres de long, accueille à son bord un équipage composé de 119 marins depuis son départ du port de Brest mi-février, avant de rentrer en France fin avril.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La réconciliation Frangié-Geagea : une dimension morale et une convergence d’intérêts

Commentaire de Anthony SAMRANI

Il y a le feu dans la maison Saoud

Un peu plus de Médéa AZOURI

Dans ma bulle

Citoyen grognon de Anne-Marie El-HAGE

N’oubliez pas les femmes

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué