X

Culture

Aurélia, entre le théâtre et le chant

Rencontre

Dans le cadre du mois de la francophonie, l'artiste suisse a séduit le public de Tripoli, Saïda et Beyrouth avec ses textes entre philosophie et folklore populaire.

28/03/2017

C'est un pari plus que réussi pour Aurélia. Dans le cadre du mois de la francophonie, l'artiste suisse donnait trois concerts à Tripoli (Fondation Safadi), Saïda (Fondation Audi/Musée du savon) et Beyrouth (résidence de l'ambassadeur suisse). Environ 200 personnes se sont rassemblées autour de la chanteuse, dès sa première prestation à Tripoli. Parfaitement accueillis par les Libanais, ses textes très poétiques en langue française ont fait leur effet : « Le public était très chaleureux, très respectueux et particulièrement réceptif à mes textes. Sans doute parce qu'il pratique un français presque parfait ! » lance-t-elle. Il faut dire que le challenge était important pour l'artiste lausannoise, qui se produisait pour la première fois dans un pays du Moyen-Orient. « C'était vraiment très fort », raconte-t-elle. « L'échange culturel était très intéressant puisque plusieurs Libanais m'ont dit que ma voix ressemblait à celles d'artistes que je ne connais absolument pas. Je vais me presser d'aller découvrir ! »
À la recherche constante d'inspirations musicales, Aurélia offre un répertoire très personnel. Sur scène, la chanteuse oscille entre le théâtre et le chant : « J'essaye d'associer à mes chansons une réflexion interprétative. Mes concerts s'apparentent à de la poésie chantée. » Loin d'être une course à la célébrité, le fait de se produire est avant tout pour elle « un moyen de transmettre une émotion ».

Anthropo et ONG
Élevée par deux parents mélomanes, Aurélia Ansermet Rentsch s'est toujours passionnée pour la chanson : « J'adore chanter depuis mon plus jeune âge, mais je n'ai commencé une formation qu'à 18 ans. » Dans un premier temps, elle se dirige vers le lyrique et se tourne petit à petit vers la chanson à texte.
Parallèlement, la jeune femme suit un cursus universitaire en anthropologie et évolue dans plusieurs ONG. Fervente humaniste, elle participe également au soutien psychosocial de femmes victimes de violences : « Tout cela est évoqué de manière métaphorique dans mes textes », affirme-t-elle. Si son écriture est inspirée de ses expériences passées, l'artiste admet également avoir eu plusieurs maîtres à penser, comme Jacques Brel, Charles Aznavour ou encore Barbara.
C'est en 2016 qu'Aurélia a choisi de se consacrer pleinement à une carrière musicale. Un élément déclencheur, la naissance de ses enfants : « Nos rêves sont tous réalisables. Je voulais leur montrer », conclut-elle.
Son premier album, dans les bacs le 12 mai prochain, constituera une preuve matérielle

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

Les changeurs, nouveaux rois des dollars

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants