Rechercher
Rechercher

Économie - Indicateur

L’Association des industriels se dote d’une nouvelle base de données sur le secteur

De g. à d.: le président des organismes économiques, Adnane Kassar, l’actuel président de l’AIL, Fady Gemayel, le directeur général du ministère des Finances, Alain Bifani, et le PDG du groupe Indevco, Neemat Frem. Photo P.H.B.

L'Association des industriels libanais (AIL) a annoncé lors d'une conférence de presse hier à Beyrouth la mise en service d'une série d'indicateurs pour mesurer l'activité dans l'industrie libanaise.
« Accessible depuis le site Internet de l'association, ce nouvel outil statistique permet d'obtenir des informations détaillées sur les importations et les exportations industrielles, le chiffre d'affaires du secteur, le nombre d'usines enregistrées ou encore le nombre d'emplois qui en dépendent », expose à L'Orient-Le Jour Chaker F. Saab, en charge du projet. « Les données sont fournies par le ministère des Finances », ajoute-t-il, avant de préciser que cette initiative a été « sponsorisée par la Banque Libano-Française et la société Indevco » qui est dirigée par Neemat Frem, président de l'AIL de 2010 à 2014, à l'origine du projet.
« Les indicateurs couvrent pour l'instant la période allant de 2011 à 2015 et nous sommes en train de finaliser ceux pour 2016 », poursuit M. Chaker. « D'ici à quelques mois, l'AIL sera en mesure de mettre ces indicateurs à jour avec un trimestre de décalage seulement », conclut-il. Pendant la conférence de presse, l'actuel président de l'AIL, Fady Gemayel, a estimé que cette nouvelle base de données allait permettre aux industriels « d'appuyer leurs demandes de soutien auprès de l'État ». Revenant sur les difficultés que traverse le secteur, M. Gemayel a par exemple noté que « 388 usines avaient fermé leurs portes entre 2012 et 2015 ».
Enfin pour le directeur général de l'AIL, Talal Hijazi, « la finalisation de ce nouvel outil tombe à point nommé », rappelant que le ministère de l'Industrie a récemment demandé aux industriels d'identifier les filières qui doivent bénéficier en priorité de mesures de protection. « Ces nouveaux indicateurs vont nous permettre de déterminer, chiffres à l'appui, quelles sont les importations que le gouvernement devrait limiter ou taxer en priorité afin de protéger les filières locales », a-t-il illustré à L'Orient-Le Jour.

P.H.B.


L'Association des industriels libanais (AIL) a annoncé lors d'une conférence de presse hier à Beyrouth la mise en service d'une série d'indicateurs pour mesurer l'activité dans l'industrie libanaise.« Accessible depuis le site Internet de l'association, ce nouvel outil statistique permet d'obtenir des informations détaillées sur les importations et les exportations industrielles, le...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut