Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde - Politique

Un nouveau Premier ministre au Maroc après cinq mois de blocage

Le roi du Maroc Mohammad VI a confié hier à l’islamiste Saad-Eddine el-Othmani la mission de former un nouveau gouvernement. AFP/Odd Andersen

Le roi du Maroc Mohammad VI a confié hier à l'islamiste Saad-Eddine el-Othmani la mission de former un nouveau gouvernement pour sortir de cinq mois de crise politique.
Numéro deux du Parti justice et développement (PJD, islamiste), M. el-Othmani, 61 ans, remplace Abdelilah Benkirane, lui-même secrétaire général du PJD, remercié mercredi par Mohammad VI pour n'être pas parvenu à former une majorité. À la tête du gouvernement depuis la victoire historique du PJD dans le sillage du printemps arabe, M. Benkirane avait été reconduit dans ses fonctions par le roi au lendemain du scrutin législatif du 7 octobre dernier remporté de nouveau par le PJD. « Le choix d'el-Othmani est le plus logique et le plus raisonnable en termes de statut car il est le numéro deux du parti et son ancien secrétaire général », a déclaré à l'AFP Abdellah Tourabi, chercheur et chroniqueur politique marocain. « Il est populaire dans sa formation et apprécié par les autres acteurs politiques. C'est un homme de consensus, il n'est pas frontal et son style pourrait trancher avec celui de Benkirane », a-t-il poursuivi.
À la tête du ministère des Affaires étrangères de janvier 2012 à octobre 2013, M. el-Othmani devra désormais surmonter les difficultés auxquelles a fait face son prédécesseur. Parmi celles-ci, les multiples conditions posées par un nouveau poids lourd de la politique locale, le milliardaire et ex-ministre de l'Agriculture Aziz Akhannouch, pour sa participation au gouvernement.
(Source : AFP)


Le roi du Maroc Mohammad VI a confié hier à l'islamiste Saad-Eddine el-Othmani la mission de former un nouveau gouvernement pour sortir de cinq mois de crise politique.Numéro deux du Parti justice et développement (PJD, islamiste), M. el-Othmani, 61 ans, remplace Abdelilah Benkirane, lui-même secrétaire général du PJD, remercié mercredi par Mohammad VI pour n'être pas parvenu à former...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut