Danse

Au-delà des bienfaits physiques, une thérapie

Le 19 février, l'école de danse Spin 360 a remporté de nombreux prix lors de la compétition The Eastern United States Dancesport Championship, qui se déroulait à Boston. L'occasion, pour les danseurs Marie-Claude Bitar et Élie Younès, également directeurs de l'école, de revenir sur les bienfaits et les caractéristiques de cette activité.

Marie-Claude Bitar et Élie Younès, lors de la compétition The Eastern United States Dancesport Championship. Photo DR / Spin 360

Top teacher, Top studio et Top student (Arij Haïdar), en compétition face à 105 studios de danse, 258 professeurs et 409 élèves, Spin 360 a raflé les principaux prix lors de la compétition The Eastern United States Dancesport Championship en février dernier à Boston. Une victoire à valeur symbolique pour l'école basée rue Badaro et ses deux créateurs et associés, Marie-Claude Bitar et Élie Younès : « Il n'existe ni académie officielle de danse ni diplôme officiel au Liban. C'était donc important pour nous de mesurer nos six élèves aux autres. Mais également de voir comment les autres professeurs enseignaient », explique Marie-Claude Bitar. Parent pauvre de la culture sportive au Liban, « la danse manque de considération. Et pourtant, c'est un sport qui impose de nombreuses exigences », affirme Élie Younès, sacré meilleur professeur de la compétition. « Il faut savoir être musicien, se synchroniser à la vitesse, ou encore à l'accélération du rythme. Tout danseur doit également être comédien, faire passer un message, raconter une histoire en faisant preuve d'expression artistique », explique-t-il. Créée en 2013, l'école Spin 360 met en valeur la discipline en proposant des cours de danses individuelle et de salon. « La danse de salon, à l'image de la valse, du tango, du cha-cha-cha, ou encore de la samba, aide à resserrer les liens entre les personnes », explique Marie-Claude Bitar, qui souligne d'ailleurs les bienfaits de la pratique de cette activité en couple : « C'est un moment d'échange et de partage. Le couple prend le temps de s'écouter et travaille en équipe. C'est un vrai challenge puisque l'un dépend de l'autre. »

La thérapie par la danse
Souplesse, endurance, énergie, on associe à la danse de nombreux bienfaits physiques mais aussi psychiques : « Elle aide à développer nos facultés cognitives. Le danseur doit se concentrer sur les mouvements à exécuter tout en pensant à sa chorégraphie », explique le professeur. L'activité se veut également un véritable exutoire puisqu'elle aide à relâcher la pression : « Tout paraît hors du temps avec la danse. Le contexte est harmonieux et on laisse libre cours à sa créativité. Certains de nos élèves, parfois contrariés par une lourde journée de travail, sortent des cours en riant », précise Marie-Claude Bitar. Très efficace pour soigner les troubles de santé mentale, les troubles neurologiques, psychologiques ou encore musculaires, ce sport possède de nombreuses facultés thérapeutiques. Très pratiquée en Amérique du Nord, la thérapie par la danse permet d'ailleurs de venir en aide aux enfants ayant des troubles du comportement, des autistes ou trisomiques, des seniors touchés par une maladie de Parkinson ou encore un AVC. Au vu de ses bons résultats, la pratique s'installe en France.


Top teacher, Top studio et Top student (Arij Haïdar), en compétition face à 105 studios de danse, 258 professeurs et 409 élèves, Spin 360 a raflé les principaux prix lors de la compétition The Eastern United States Dancesport Championship en février dernier à Boston. Une victoire à valeur symbolique pour l'école basée rue Badaro et ses deux créateurs et associés, Marie-Claude...

commentaires (0)

Commentaires (0)