Dernières Infos

L'armée irakienne repousse une contre-attaque de l'EI à Mossoul

Reuters
08/03/2017

Les forces irakiennes ont repoussé une contre-attaque lancée dans la nuit à Mossoul par les jihadistes de l'Etat islamique (EI) aux abords de bâtiments administratifs repris quelques heures plus tôt par l'armée de Bagdad.

Les jihadistes ont utilisé des voitures piégées au cours de leur contre-attaque, a expliqué mercredi à Reuters le général Ali Kadhem al Lami, de la police fédérale. "Aujourd'hui, on dégage le secteur, qui a été libéré", a-t-il ajouté.

L'armée a annoncé que l'unité de Réaction rapide, division d'élite dépendant du ministère de l'Intérieur, avait repris mardi le siège du gouvernorat de la province, les locaux de la banque centrale et le musée où, en 2015, les jihadistes s'étaient filmés en train de détruire des statues antiques.

"Le musée a été totalement vidé de ses objets archéologiques. Ils ont été dérobés, peut-être vendus en contrebande", a dit le général Lami.

Les forces de sécurité irakiennes ont repris en janvier la moitié est de Mossoul, grande ville du Nord conquise par l'EI en juin 2014. Le 19 février, elles ont entrepris l'opération de reconquête de la rive ouest du Tigre.

L'offensive vise aussi à isoler Mossoul et mercredi les forces de Bagdad ont coupé une route conduisant à la ville de Tal Afar, 70 km à l'ouest. La localité est tenue par l'EI.

Dans Mossoul-Ouest, les jihadistes opposent une farouche résistance mais cèdent du terrain. Il est difficile de les combattre toutefois car ils se mêlent à la population civile.

Au début de l'offensive, en octobre, l'armée irakienne estimait à 6.000 le nombre de jihadistes retranchés dans Mossoul. Plusieurs milliers d'entre eux ont depuis péri dans les combats, dit-elle.

En face, une force de 100.000 hommes, militaires irakiens, peshmergas kurdes et miliciens chiites a été alignée.

La semaine dernière, 40.000 personnes ont quitté leur domicile, portant à 211.000 le nombre de déplacés depuis le début de l'offensive, selon des chiffres des Nations unies.

Les organisations humanitaires disent que les camps d'accueil sont pratiquement arrivés à saturation.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué