X

Liban

L’enseignement bilingue libanais récompensé par le label Francéducation

Francophonie

Onze établissements privés ont reçu le label Francéducation, le Liban se positionnant au 3e rang mondial pour le nombre de collèges ainsi labélisés.

21/02/2017

Le ministère de l'Éducation nationale était hier soir à l'heure française à la faveur d'une cérémonie organisée en présence d'une délégation de l'ambassade de France et du Quai d'Orsay en vue de la remise du label Francéducation. Initié en 2012, ce label est décerné aux établissements bilingues francophones qui suivent des programmes nationaux et qui valorisent un enseignement renforcé du français à l'étranger. Le Liban a été intégré au réseau du label Francéducation en 2016 et quinze établissements privés ont postulé. Au total, 11 ont été récompensés du label Francéducation.

Pour obtenir ce label, il faut présenter sa candidature sous certaines conditions. Les établissements qui sont habilités à le faire doivent être certifiés par le CELF (la Certification des établissements de langue française) et les enseignants doivent être titulaires d'un diplôme en langue française délivré par le ministère français de l'Education nationale. Une commission interministérielle se réunit alors en France et vient ensuite au Liban pour vérifier le niveau des établissements qui ont posé leurs candidatures. Les établissements concernés par ce label sont tous des établissements libanais avec des programmes pédagogiques libanais. L'obtention du label est renouvelable tous les trois ans par les établissements déjà bénéficiaires et, tous les ans, une nouvelle campagne de candidature sera lancée pour permettre à de nouveaux candidats d'y participer.

Une fois récompensés, ces établissements bénéficient d'un accompagnement supplémentaire. Il s'agit notamment d'un soutien financier pour encourager l'amélioration de la qualité et de la gouvernance des établissements. Ceux-ci peuvent également participer à des forums sur le plan national et régional, afin de partager leur expérience au sein du réseau du label Francéducation. Ils bénéficient enfin de formations ciblées, notamment d'un accès aux programmes de formation de l'AEFE (l'Agence pour l'enseignement du français à l'étranger), et des ressources documentaires et pédagogiques.

M. Gauthier Mignot, directeur adjoint de la Mondialisation au ministère français des Affaires étrangères et du Développement international, a tenu à féliciter cette coopération bilatérale entre la France et le Liban au cours de son allocution. « Au moment où des murs s'élèvent partout dans le monde, ce dialogue des cultures, favorisé par l'enseignement francophone, nous permet de former des jeunes générations ouvertes sur le monde. [...] Si je suis venu spécialement de Paris pour cette cérémonie, c'est pour vous dire toute l'importance que la France accorde à ce label et la place particulière que le Liban occupe désormais dans ce dispositif. » En effet, dès sa première année de candidature, le Liban se positionne au 3e rang mondial pour le nombre d'établissements labélisés Francéducation. On compte ainsi 11 établissements libanais labélisés sur un total de 158 établissements dans le monde. Il s'agit donc de 11 000 élèves libanais concernés, sur un total de 170 000 élèves.

Bien que le nombre d'élèves francophones au Liban soit en baisse depuis quelques années, on compte encore aujourd'hui 54 % d'élèves scolarisés dans des établissements bilingues francophones libanais, privés ou publics – un chiffre dont se félicitent encore M. Mignot et le ministère de l'Éducation au Liban. L'enjeu aujourd'hui est de renforcer et de consolider ce réseau, par des initiatives semblables au label Francéducation. À ce propos, M. Mignot ajoute que « ce label Francéducation est là pour distinguer des établissements d'excellence ; il n'est pas donné à tous les établissements qui le demandent. Il est là pour valoriser des établissements qui mettent en œuvre une politique linguistique en faveur de la francophonie et il repose sur des critères très exigeants ».

M. Mignot rappelle également que l'apprentissage solide du français peut être un véritable atout pour les élèves libanais : « Le français est une langue pour apprendre d'autres langues, c'est une langue pour étudier, c'est une lange pour travailler et pour nourrir. » À ce titre, il mentionne notamment l'importance de la mobilité des étudiants et fait référence au plus grand campus de start-up qu'héberge Paris, « Station F », « le plus grand incubateur numérique du monde ».

M. Imad Achkar, représentant du ministre de l'Éducation et responsable du département des écoles privées au ministère de l'Éducation, a prolongé une allocution dans laquelle il a rappelé combien le label Francéducation permet une valorisation de l'enseignement libanais. « Il est certain que les élèves et les établissements noueront ou renforceront des échanges et la mobilité des élèves. L'évolution du système éducatif libanais est un enjeu majeur, parce qu'il est l'héritier d'un passé linguistique riche. » M. Achkar a mis l'accent sur l'importance d'une éducation ouverte sur le monde, le plurilinguisme des élèves libanais étant un atout considérable.

Interrogée par L'Orient-Le Jour, Mme Carole Dandeville, attachée de coopération éducative et directrice des cours à l'Institut français du Liban, explique pourquoi les établissements publics n'étaient pas concernés par cette cérémonie. En effet, le niveau de l'enseignement public nécessite encore, pour certains, une remise à niveau. La coopération entre le ministère de l'Éducation libanais et les institutions francophones existe réellement, mais à un autre niveau. Les établissements publics travaillent notamment avec le CRDP (le Centre pour la recherche et le développement pédagogique) et l'Institut français en vue d'un meilleur apprentissage du français, afin d'obtenir les diplômes nécessaires pour pouvoir postuler plus tard à des programmes tels que le label Francéducation. Les modalités de coopération sont donc différentes, mais réelles.

 

Pour mémoire

Hervé Sabourin : « La francophonie, c’est un espace dans lequel on est dynamique, capable d’inventer et d’avoir de l’expertise »

Treize jeunes Libanais à la découverte de la francophonie

Accès à l’éducation bilingue pour les petits réfugiés syriens

 

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

M.V.

Propaganda socialiste épaisse ,pour couvrir l'introduction dans les petites classes (CM1) en France ,l'enseignement de l'arabe...! au détriment du latin et du grecque... en pénalisant aussi , l'enseignement d'autres langues ...

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1 / 1

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon OLJ, vous devez au préalable vous identifier.