diplomatie

Face au forcing post-Trump, Netanyahu appelle ses alliés à la retenue

"Nous sommes en face d'une chance formidable pour la sécurité et l'avenir de l'État d'Israël", affirme le Premier ministre israélien.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a estimé lundi que l'investiture de Donald Trump aux Etats-Unis représentait une "chance formidable" pour Israël. REUTERS/Lucas Jackson/Ronen Zvulun

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a estimé lundi que l'investiture de Donald Trump aux États-Unis représentait une "chance formidable" pour Israël, mais a appelé ses alliés de droite à ne pas brusquer le mouvement.

Après huit années de "pressions énormes" exercées par l'administration Obama sur Israël au sujet de l'Iran et des colonies, "nous sommes en face d'une chance formidable pour la sécurité et l'avenir de l'État d'Israël. Mais cela exige sens des responsabilités et retenue de notre part, afin de ne pas manquer cette occasion", a-t-il dit à des députés de son parti, le Likoud.

M. Netanyahu, à la tête de l'un des gouvernements les plus à droite de l'histoire d'Israël, est confronté au forcing de ses alliés. Ceux-ci voient dans l'accession de M. Trump à la présidence une chance unique de poursuivre la colonisation en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, territoires palestiniens occupés, voire d'annexer la plus grande partie la Cisjordanie.

M. Netanyahu a déclaré dimanche soir devant le Conseil des ministres restreint qu'il levait toutes les restrictions à la colonisation à Jérusalem-Est, annexée et occupée par Israël, à présent que Barack Obama, hostile aux colonies, avait quitté la Maison Blanche, ont rapporté différents médias.

M. Netanyahu a déclaré par ailleurs qu'il comptait poursuivre la colonisation dans les grands blocs de colonies de Cisjordanie, selon des médias. Il a dit aussi qu'à ses yeux, non seulement ces blocs, mais toutes les colonies devaient rester sous souveraineté israélienne dans un éventuel accord qui mettrait fin à des décennies de conflit avec les Palestiniens, ont ajouté ces médias.

Interrogé, le gouvernement n'a pas confirmé ces propos. Mais, selon les médias, ces engagements ont contribué à convaincre le Foyer juif, parti nationaliste religieux et partenaire essentiel de la coalition gouvernementale, de repousser à plus tard un texte de loi qui annexerait l'une des plus grandes colonies de Cisjordanie, Maale Adumim.

M. Netanyahu compte évoquer la question de Maale Adumim lors d'une rencontre prévue début février avec M. Trump et entend ne pas imposer de faits accomplis à la nouvelle administration américaine, ont dit des proches du Premier ministre israélien.

Après les pressions supportées de la part de l'administration Obama, "je salue assurément le changement de disposition" à la Maison Blanche, a déclaré M. Netanyahu lundi, selon le Likoud. Mais "ce n'est pas le moment de dégainer sans crier gare. L'heure n'est pas aux diktats ni aux surprises, l'heure est à une diplomatie responsable et raisonnable vis-à-vis de nos amis" américains, selon lui. Dans l'intérêt d'Israël et de la colonisation, "je suggère à tout le monde (...) de me laisser diriger le mouvement", a encore dit le Premier ministre.

 

Lire aussi

Israël: Netanyahu veut contrer la "menace iranienne" avec Trump

Israël-USA: Netanyahu espère une alliance "plus forte que jamais" avec Trump

Pour mémoire

La victoire de Donald Trump désoriente les Palestiniens

La victoire de Trump, une aubaine pour Israël ?

Trump aimerait "être celui qui fera la paix entre Israël et les Palestiniens"


Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a estimé lundi que l'investiture de Donald Trump aux États-Unis représentait une "chance formidable" pour Israël, mais a appelé ses alliés de droite à ne pas brusquer le mouvement.


Après huit années de "pressions énormes" exercées par l'administration Obama sur Israël au sujet de l'Iran et des colonies, "nous sommes en face d'une...

commentaires (3)

IL TANJARA LA2ET GHATAHA...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

20 h 46, le 23 janvier 2017

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • IL TANJARA LA2ET GHATAHA...

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    20 h 46, le 23 janvier 2017

  • Faut pas que le petit HITLER de Tel Aviv se réjouisse trop vite...le vent peut brusquement tourner dans une autre direction...! Irène Saïd

    Irene Said

    20 h 43, le 23 janvier 2017

  • Ça sent le gaz dans l'eau dans le gaz..... Trump n'est pas seulement pris en étau entre les sunnites palestiniens et les juifs orthodoxes, mais il est aussi coincé entre les chrétiens palestiniens et ces mêmes juifs orthodoxes. Ça va être la partie la plus sensible de son mandat, tout dépendra de sa promesse aux juifs si il doit subir un impeachment ou pas , ou bien des manifestations à répétition ou pas .

    FRIK-A-FRAK

    20 h 11, le 23 janvier 2017