Rechercher
Rechercher

Concert

Le patrimoine libanais sur un air d’opéra


Dans l'heure bleue du mardi 10 janvier, le musée national bruisse d'une clameur mondaine étouffée. Le hall principal se remplit peu à peu et se prépare à accueillir un récital d'opéra à l'initiative de l'Association pour la protection des sites et des anciennes demeures (Apsad). « La culture ouvre les portes et les esprits », déclare dans son mot d'introduction la présidente de l'association, Raya Daouk. Le silence se fait, les musiciens entrent sous les applaudissements. Au programme de cette nocturne, un florilège de morceaux d'opéra convenus qui n'enlèvent rien à la virtuosité des chanteurs. La première étincelle de la soirée se produit sur la Habanera de Bizet chantée par la mezzo-soprano Éliane Saadé ; puis la foule s'élève sur un morceau de Franz Lehar chanté par Corinne Metni et le ténor Eliya Francis, lauréat du prix Murex d'or pour le meilleur chanteur d'opéra au Moyen-Orient en 2012. Les morceaux attendus s'enchaînent; et le baryton Teddy Nasr, qui a récemment dirigé l'orchestre de Budapest et de Moscou, entame le Toreador. Puis les quatre unissent leurs voix sur le final de Verdi et emplissent le silence du musée de leurs notes cosmiques.

Les notes sauveront les pierres
Le récital est sans surprise, mais simple et efficace ; la foule est conquise par la grâce et le charisme des chanteurs, qui s'offrent le luxe d'un rappel sous le crépitement des flashs et des étoiles qui illuminent les escaliers du grand hall. Puis, lorsque les invités s'éclipsent, le silence reprend ses droits dans les couloirs chargés d'histoire. Le musée national se fait théâtre de la préservation et de la création du patrimoine culturel, comme le désirait l'Association pour la protection des sites et des anciennes demeures, en plaçant le récital sous le patronage du ministre de la Culture, Ghattas Khoury. Pour une soirée, la musique conserve les pierres en berçant l'édifice tout entier.



Dans l'heure bleue du mardi 10 janvier, le musée national bruisse d'une clameur mondaine étouffée. Le hall principal se remplit peu à peu et se prépare à accueillir un récital d'opéra à l'initiative de l'Association pour la protection des sites et des anciennes demeures (Apsad). « La culture ouvre les portes et les esprits », déclare dans son mot d'introduction la...

commentaires (0)

Commentaires (0)