X

Liban

La composition du nouveau gouvernement

Liban

Le gouvernement formé hier est composé de quatorze ministres sortants et anciens ministres, ainsi que de seize nouveaux visages, dont une seule figure féminine : Ghassan Hasbani, Melhem Riachi, Mohammad Kabbara (député), Ayman Choucair (député), Jamal Jarrah (député), Mouïn Merhebi (député), Ghattas Khoury, Pierre Raffoul, Nicolas Tuéni, Tarek el-Khatib, Inaya Ezzeddine, Youssef Fenianos, Pierre Bou Assi, Avedis Guidanian, César Abi Khalil et Raëd Khoury. En voici les brèves notices biographiques.

OLJ
19/12/2016

Ils sont de retour

 

Saad Hariri, Premier ministre, courant du Futur

Saad Hariri est né le 18 avril 1970 à Riyad (Arabie saoudite), et il est le fils du Premier ministre Rafic Hariri. Suite à l'assassinat de ce dernier le 14 février 2005, il se lance en politique aux côtés de sa tante Bahia, députée de Saïda. Il est diplômé de l'Université de Georgetown (Washington).
Actuellement à la tête du courant du Futur, il est député de Beyrouth depuis 2005. Il a été nommé une première fois président du Conseil des ministres le 16 septembre 2009 et termine son mandat le 12 janvier 2011 à la suite de la démission de 11 ministres, soit le tiers plus un du nombre total des ministres de son gouvernement. Il cède la place à Nagib Mikati.
Saad Hariri a passé plusieurs années en exil volontaire avant de retourner, au courant de l'année 2016, à Beyrouth.

 

Marwan Hamadé, Éducation et Enseignement supérieur, Rassemblement démocratique

 

 Marwan Hamadé est né le 11 septembre 1939 à Beyrouth, il est père de deux enfants, Karim et Rania. Il a décroché une licence en droit de l'Université Saint-Joseph en 1963, puis un DES de sciences économiques en 1964. Il est, entre autres, membre des conseils d'administration des quotidiens an-Nahar et L'Orient-Le Jour. Marwan Hamadé est député du Chouf depuis 1991. Il a été une première fois ministre dans le cabinet de Chafic Wazzan de 1980 à 1982, puis ministre de l'Économie dans le gouvernement de Omar Karamé de 1990 à 1992, puis ministre de la Santé sous Rafic Hariri de 1992 à 1996, et ministre des Déplacés puis de l'Économie et du Commerce dans les gouvernements de Rafic Hariri, et enfin ministre des Télécommunications dans le cabinet de Fouad Siniora. Marwan Hamadé a été victime d'un attentat à la bombe le 1er octobre 2004.

 

 Talal Arslane, Déplacés, Parti démocrate libanais

 

L'émir Talal Arslane est né le 12 juin 1965. Il est le fils de l'un des fondateurs de la République libanaise et ancien ministre, député et leader druze, l'émir Magid Arslane. Il est titulaire d'une licence en sciences politiques de l'Université George Washington et d'un master de l'AUB. Il est marié à Zeina Kheireddine depuis 1993 et a deux enfants.
Talal Arslane a été député de Aley de 1991 à 2005, puis à nouveau depuis 2009. Il a fondé le Parti démocrate libanais en 2002, dont il est le président. Il a été plusieurs fois ministre, du Tourisme de 1990 à 1992 (Omar Karamé), des Émigrés de 1996 à 1998 (Rafic Hariri), des Déplacés en 2004-2005 (Omar Karamé), et ministre de la Jeunesse et des Sports en 2008.

 

Ghazi Zeaïter, Agriculture, mouvement Amal

Né en 1950 à Qasr, dans le Hermel, Ghazi Zeaïter est diplômé en droit de l'Université arabe de Beyrouth et a exercé en tant qu'avocat jusqu'en 1990. Depuis 1996, il est député de Baalbeck-Hermel. Il a été nommé ministre de la Défense au sein du gouvernement de Salim el-Hoss en 1998, ministre des Affaires sociales dans le gouvernement de Omar Karamé en 2004, ministre de l'Industrie dans le gouvernement de Fouad Siniora en 2008 et ministre des Travaux publics et des Transports dans le cabinet Salam.

 

Michel Pharaon, ministre d'État à la Planification, indépendant proche des FL

 

Né à Beyrouth en juin 1959, Michel Pharaon, est détenteur d'une licence en sciences économiques et en gestion de l'Université Saint-Joseph, et titulaire d'un diplôme de l'Université Paris-Dauphine. Homme d'affaires reconnu dont les activités s'étendent notamment aux pays arabes et à l'Afrique de l'Ouest, il est PDG de plusieurs groupes. Il est également membre du conseil d'administration de la LBCI, du groupe Mednet, du Commerce du Levant et de L'Orient-Le Jour. Il est également le président honoraire de la Fédération libanaise d'échecs.
Michel Pharaon a entamé sa vie politique en 1996, lorsqu'il a été élu député au siège grec-catholique d'Achrafieh, sur la liste de Rafic Hariri. Il a été nommé deux fois ministre d'État chargé des Relations avec le Parlement dans les gouvernements de Rafic Hariri (2000-2003) et Fouad Siniora (2005-2008), et ministre d'État pour la Réforme administrative dans le gouvernement de Saad Hariri en 2009, puis ministre du Tourisme dans le gouvernement de Tammam Salam.

 

Ali Kanso, ministre d'État aux Affaires du Parlement, PSNS

 

Ali Kanso est né en 1948 à Doueir. Il est actuellement chef du Parti syrien national social (PSNS), comme il l'avait été plusieurs fois dans le passé, notamment entre août 2005 et juillet 2008. Il a été ministre du Travail au sein du gouvernement de Rafic Hariri entre 2000 et 2003. Il entre de nouveau au gouvernement en juillet 2008 en tant que ministre d'État, au sein de l'équipe d'union nationale dirigée par Fouad Siniora.

 

Mohammad Fneich, Jeunesse et Sports, Hezbollah

Né à Maaroub, caza de Tyr, en 1953, Mohammad Fneich est détenteur d'une licence en mathématiques et d'une autre en sciences politiques de l'Université libanaise. Il a rejoint les rangs du Hezbollah dès la formation du parti, au sein duquel il a occupé plusieurs postes, notamment en tant que membre du comité politique, responsable des relations étrangères et chef du bureau politique du parti. En 1992, il a été élu député de Tyr, et en 1996 et 2000, de Bint Jbeil.
Membre de plusieurs commissions parlementaires, il a été nommé ministre de l'Énergie et du Travail dans les deux gouvernements de Fouad Siniora, et ministre d'État à la Réforme administrative dans les gouvernements de Saad Hariri et de Nagib Mikati, avant d'être ministre d'État pour les Affaires du Parlement dans le cabinet Salam.

 

Ali Hassan Khalil, ministre des Finances, mouvement Amal

Né à Khiam (Liban-Sud) en 1964, Ali Hassan Khalil est licencié en droit de l'Université libanaise et avocat à la Cour. Dès son jeune âge, il intègre les rangs du mouvement Amal, où il a occupé plusieurs postes de responsabilité. Actuellement, il est membre du comité présidentiel du mouvement et responsable du secteur de Beyrouth. Député de Marjeyoun depuis 1996, il a été ministre de l'Agriculture dans le gouvernement de Rafic Hariri en 2003-2004, puis ministre de la Santé dans le gouvernement de Nagib Mikati, et ministre des Finances dans le cabinet de Tammam Salam.

 

Jean Oghassabian, ministre d'État aux Droits de la femme, courant du Futur

Officier de l'armée à la retraite, Jean Oghassabian est né en 1954 à Beyrouth. Il est diplômé de l'École militaire et titulaire d'une licence en sciences sociales de l'Université libanaise, ainsi que d'un diplôme de gestion internationale de la défense, des États-Unis. Indépendant des partis politiques arméniens et membre du courant du Futur, il intègre la vie politique en 2000 et il est élu député arménien-orthodoxe de Beyrouth sur la liste de l'ancien Premier ministre Rafic Hariri. Il est réélu à ce poste en 2005 et en 2009.
L'ancien Premier ministre Fouad Siniora le nomme ministre d'État au Développement administratif au sein de son gouvernement formé en juillet 2005, puis ministre d'État sans portefeuille en juillet 2008.

 

Yaacoub Sarraf, Défense, Baabda

Yaacoub Sarraf est né en 1961 à Miniara, dans le Akkar. Il détient un diplôme de génie civil de l'AUB. Il est marié et père de deux enfants.
Yaacoub Sarraf a été désigné mohafez de Beyrouth en 1999, puis mohafez du Mont-Liban en 2003. Il a occupé temporairement le poste de ministre de la Défense par intérim, en remplacement d'Élias Murr, durant la période de convalescence de ce dernier après la tentative d'assassinat dont il a été victime le 12 juillet 2005. Il a ensuite été ministre de l'Environnement de 2005 à 2006 dans le cabinet de Fouad Siniora qui restera en place jusqu'en 2008. Yaacoub Sarraf démissionne du gouvernement le 12 novembre 2006, au lendemain de la démission des cinq ministres chiites du tandem Amal-Hezbollah.

 

Gebran Bassil, Affaires étrangères, CPL

Né à Batroun en 1970, Gebran Bassil est détenteur d'une licence en génie civil et d'un master en communications de l'Université américaine de Beyrouth (AUB). Il travaille dans le secteur de la construction et de l'exploitation immobilière. Militant et membre du Courant patriotique libre (CPL) depuis sa fondation, il en est le président depuis août 2015. Candidat malheureux aux législatives en 2005 et 2009, il a été nommé ministre des Télécommunications dans le second gouvernement de Fouad Siniora (juillet 2008 – novembre 2009), de l'Énergie et de l'Eau dans les gouvernements de Saad Hariri (2009) et de Nagib Mikati (2011), puis ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement de Tammam Salam.

 

Hussein Hajj Hassan, Industrie, Hezbollah

Hussein Hajj Hassan est né à Nabi Chit, à Baalbeck, en 1960. Il est détenteur d'une licence en chimie de l'Université libanaise, d'un master en chimie et en physique de l'Université de Strasbourg en France, et d'un doctorat d'État français en chimie et physique de l'Université d'Orléans en France. Député Hezbollah de la Békaa depuis 1996, Hussein Hajj Hassan a été président de la commission parlementaire de l'Agriculture et du Tourisme (2000), membre de la commission parlementaire des Travaux publics et des Transports (2005) et membre de la commission des Finances (2005-2007). Il a été nommé ministre de l'Agriculture dans les gouvernements de Saad Hariri et de Nagib Mikati, et conserve le portefeuille de l'Industrie qu'il avait dans le cabinet Salam.

 

Salim Jreissati, Justice, Baabda

Né le 4 avril 1952, Salim Jreissati est avocat et ancien juge. Il est marié à Nada Youssef Husseini, et père de Jean-Yves, Julien et Jennifer-Marie. Il est titulaire de deux licences en droit, libanaise et française, de la faculté de droit de l'Université Saint-Joseph, ainsi que d'un diplôme d'études supérieures de droit privé (DES) de la même faculté. Il est inscrit au barreau de Beyrouth depuis 1974.
Salim Jreissati a occupé le poste de ministre du Travail entre 2012 et février 2014 dans le cabinet de Nagib Mikati. Il est membre du Courant patriotique libre (CPL).

 

Nouhad Machnouk, Intérieur, courant du Futur

Né à Beyrouth en 1955, Nouhad Machnouk est diplômé en sciences politiques.
Député de Beyrouth depuis 2009, il est responsable des relations étrangères au bloc parlementaire du Futur.
Nouhad Machnouk a commencé sa carrière en tant que journaliste. En 1988, il a collaboré avec Rafic Hariri pour développer le statut de Solidere. Il a également été son conseiller jusqu'en 1998, date à laquelle il a été forcé à quitter le pays par les forces de tutelle syrienne. Il reprend le portefeuille de l'Intérieur qu'il occupait dans le gouvernement de Tammam Salam.

 

Les nouveaux venus


Ghassan Hasbani, vice-président du Conseil, Santé publique, Forces libanaises

Ghassan Hasbani, né en 1972 à Rmeil (Beyrouth). Études universitaires à Londres (MBA). Expert international en affaires économiques et technologiques ; membre exécutif de plusieurs conseils d'administration industriels en Europe et au Moyen-Orient. Principaux postes : vice-président et partenaire dans la compagnie Booz & Company et PDG de STC Group (Saudi Telecom Company). Il est président du Cedar Institute for Economic and Social Affairs (Liban). Marié, 3 enfants.

 


Mohammad Kabbara, Travail, courant du Futur

Né à Kobbé, Tripoli, en 1944, Mohammad Kabbara est titulaire d'une licence en droit de l'Université arabe de Beyrouth. Il a travaillé dans le domaine du commerce et de l'entrepreneuriat. Élu député de Tripoli et du Liban-Nord en 1992, 1996, 2000, 2005 et 2009, il est membre des commissions parlementaires de l'Administration, du Travail, de la Défense, de l'Intérieur et des Municipalités. Il a été rapporteur de la commission parlementaire des Travaux publics, du Transport, de l'Énergie et de l'Eau en 2000. Il est également membre du comité du bureau du Parlement. Mohammad Kabbara est marié à Hind Sukkari et père de deux enfants, Sara et Abdel Karim.

 

Ayman Choucair, ministre d'État pour les Droits de l'homme, Rassemblement démocratique

Né en 1950 à Arsoun (caza de Baabda), Ayman Choucair est titulaire d'une licence en économie et d'une maîtrise en gestion des affaires de l'Institut européen de gestion. Il a travaillé dans le secteur bancaire au Liban, en France et aux États-Unis dans les années 70, ainsi que dans les assurances. Homme d'affaires, il est directeur d'une compagnie d'équipements électroniques. Nommé député en 1991, Ayman Choucair a été élu député de Baabda en 1992, 1996, 2000 et 2005. Il s'est porté à nouveau candidat au siège druze lors des législatives de 2009, mais sans succès. Il a notamment occupé le poste de secrétaire de bureau du Parlement en 2000 et 2005 et été membre des commissions parlementaires des Travaux publics, des Transports, de l'Habitat, des Coopératives, des Ressources électriques et hydrauliques, de l'Économie et du Commerce, de l'Industrie et du Pétrole. Il est marié à Laurence Choucair et père de trois enfants, Lamia, Sara et Karim.

 

Jamal Jarrah, Télécommunications, courant du Futur

Né en 1956 à Marj, dans la Békaa, Jamal Jarrah est titulaire d'une licence en gestion des affaires de l'Université américaine de Beyrouth (AUB). Il a entamé sa carrière professionnelle en Jordanie dans une compagnie d'outils électriques, avant d'intégrer la Bankmed, où il a grimpé les échelons jusqu'à devenir directeur de la branche de Jeb Jennine, puis directeur régional de la Békaa. Membre du bloc parlementaire du Futur, il a été élu au siège sunnite de la circonscription de la Békaa-Ouest en 2005, puis à nouveau en 2009. Il est marié à Afaf Ajami et père de trois enfants.

 

Mouïn Merhebi, ministre d'État pour les Affaires des réfugiés, courant du Futur

Né à al-Burj, dans le Akkar, en 1959, Mouïn Merhebi a fait ses études scolaire à l'école des Frères à Tripoli, puis des études supérieures en génie civil à l'Université américaine de Beyrouth (AUB). Il fait partie de la promotion 1982. Il a travaillé dans plusieurs sociétés dans le domaine du bâtiment, de l'infrastructure et de l'informatique. Militant au sein du courant du Futur, il est député du Akkar, dont il occupe l'un des sièges sunnites depuis 2009. Il est marié et père de deux enfants.

 


Ghattas Khoury, Culture, courant du Futur

Né à Beyrouth en 1952, Ghattas Khoury a fait des études de médecine à l'Université de Madrid et s'est spécialisé en chirurgie vasculaire et chirurgie générale au Royaume-Uni. Il a été professeur chirurgien au Centre médical de l'Université américaine de Beyrouth (AUBMC) et président de l'ordre des médecins libanais de 1998 à 2001. Ghattas Khoury a été élu député au siège maronite de Beyrouth en 2000. En 2005, il s'était retiré de la course en faveur de Solange Gemayel. Et en 2009, il s'était porté candidat indépendant au siège maronite du Chouf, sans succès. Conseiller du Premier ministre Saad Hariri, il est marié au Dr Samar Jabbour et père de deux filles, Jenny et Joanna.

 

Pierre Raffoul, ministre d'État pour les Affaires présidentielles, Baabda

Pierre Raffoul, diplômé en sciences sociales, en psychologie et en philosophie de l'Université de Kaslik. Docteur en sciences politiques et en histoire de l'Université de Sydney. Activiste pour la cause libanaise depuis 1973. A rejoint le Tanzim, avant de contribuer à la fondation de la revue al-Massira. Proche de Bachir Gemayel puis coordinateur général du comité de coordination durant le mandat de Michel Aoun (1989-1991). Exilé volontaire en Australie. Proche collaborateur de Michel Aoun.

 

Inaya Ezzeddine, ministre d'État pour le Développement administratif, mouvement Amal

Née à Chhour (caza de Tyr) en 1961, Inaya Ezzeddine est titulaire d'un doctorat en médecine de l'Université américaine de Beyrouth (AUB). Elle a suivi ses études scolaires à l'International College, et elle est diplômée en médecine de laboratoire et sciences pathologiques de l'AUB. Elle est titulaire d'une bourse en cytologie de l'AUB, et a suivi des formations en Grande-Bretagne (Universités de Londres et Oxford) et aux États-Unis. Elle a participé à plusieurs ateliers sur la biosécurité, l'évaluation et la gestion des risques, au Liban et à l'étranger. À l'âge de 17 ans, elle intègre les rangs du mouvement Amal. Ellle est actuellement membre du bureau politique du mouvement. Elle est la sœur du martyr Hassan Ezzeddine, tombé lors de l'invasion israélienne en 1982. Propriétaire et directrice d'un laboratoire d'analyses médicales, et membre de plusieurs ordres et associations médicales, Inaya Ezzeddine est également mère de deux filles.

 

Youssef Fenianos, Travaux publics et Transports, Marada

Né à Zghorta en 1964, Youssef Fenianos a fait ses études au Collège des pères carmélites. Titulaire d'une licence en droit de la section III de l'Université libanaise, il est titulaire de deux certificats en arbitrage, du Caire et de Londres. Il a occupé plusieurs postes au sein du courant des Marada, notamment celui du conseiller du député Sleiman Frangié. Youssef Fenianos est marié à Sonia Abou Arab et père de trois enfants, Antoine, Iris et Tala.

 

Melhem Riachi, Information, FL

Melhem Riachi, né à Khonchara (Metn). Écrivain et poète, journaliste et chercheur spécialisé dans les affaires du Moyen-Orient et des religions comparées. Consultant et professeur de communication géostratégique à l'Université de Kaslik. Ancien responsable à la communication des Forces libanaises. Principal artisan, avec Ibrahim Kanaan, du document d'entente entre le CPL et les FL (2 juin 2015). Auteur de nombreux ouvrages publiés principalement par Dar an-Nahar.

 

Pierre Bou Assi, Affaires sociales, FL

Pierre Bou Assi, né à Abadiyé (Baabda) en 1966. Diplômé en droit de l'USJ. Carrière de cadre administratif en France, où il étudie la gestion d'entreprises. Rentre au Liban en 2011 pour occuper le poste de directeur du bureau des relations extérieures des FL, qu'il a rejoint alors qu'il était encore universitaire.

 

César Abi Khalil, Énergie et Eau, CPL

 

Né à Bleibel, caza de Aley, le 17 août 1971, César Abi Khalil est titulaire d'un diplôme en génie civil de l'Université Saint-Joseph. Membre de l'ordre des ingénieurs libanais depuis 1995, il occupait, depuis 2009, le poste de conseiller au ministère de l'Énergie et de l'Eau. Militant au sein du Courant patriotique libre (CPL) depuis 1989, il a été président du comité estudiantin des ingénieurs au sein de cette formation en 1993 et 1994. Il a fait partie du mouvement estudiantin hostile à l'occupation syrienne, et fait partie des cadres du CPL arrêtés le 7 août 2001. Il a ensuite été désigné par le général Michel Aoun responsable du dossier des déplacés entre 2005 et 2010 au sein du CPL. Il s'est enfin porté candidat au siège maronite de Aley en 2009, toujours sous les couleurs du CPL, mais sans succès.

 

Avedis Guidanian, Tourisme, Tachnag

Avedis Guidanian est secrétaire général adjoint du parti arménien Tachnag. Il s'est plusieurs fois exprimé au nom de son parti, l'été dernier, lors de la crise des déchets née de la fermeture du chantier de la décharge sanitaire de Bourj Hammoud par le parti Kataëb, suivie de la fermeture de l'aire de stockage qui jouxte ce chantier par la municipalité et le parti Tachnag lui-même. Il a été par ailleurs directeur général de Radio Voice of Van.

 

Raëd Khoury, Économie et Commerce, CPL

Directeur de Cedrus Invest Bank, Raëd Khoury bénéficie d'une vaste expérience bancaire. Ancien directeur de Barclays Wealth, il était en charge d'un groupe de banquiers de la région Mena et du Golfe. M. Khoury a travaillé pendant sept ans pour le compte du groupe Audi-Audi Saradar ainsi que pour la Audi Saradar Private Bank (ASPB). Analyste financier, il est détenteur d'une maîtrise en économie et en affaires bancaires de l'AUB.

 

Tarek el-Khatib, Environnement, CPL

Tarek el-Khatib, président de la municipalité de Hasrout (Iqlim el-Kharroub). Membre du CPL, proche du président de la République.


Nicolas Tuéni, ministre d'État contre la corruption, Baabda

Nicolas Tuéni, né à Rmeil (Beyrouth), est le fils de Jean Tuéni, fondateur et premier vice-président de la CNSS et directeur général de la Régie des tabacs. PDG du groupe Omatra, il est fondateur de nombreuses associations caritatives et un activiste politique. M. Tuéni est marié et père de six enfants.

 

 




Lire aussi

Le gouvernement voit le jour : des nouveautés et quelques surprises

Un gouvernement pour préparer les élections..., l’éclairage de Scarlett Haddad

Les cinq chantiers économiques prioritaires du gouvernement

Bientôt un observatoire de la corruption lancé par « Nous réclamons des comptes »

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Marionet

Ahhhh une seule femme au gouvernement et elle est voilée ! cachez la femme que je ne saurai voir.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Au-delà du ton violent, Nasrallah et Hariri maintiennent entrouverte la porte des négociations...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué