L’édito de Ziyad MAKHOUL

Alep(h), particules élémentaires...

L’édito
05/12/2016

Quand un imbécile fait quelque chose dont il a honte, il déclare toujours que c'est son devoir.
George Bernard Shaw

Qu'est-ce que c'est, Alep ? L'une des plus vieilles villes du monde à avoir été constamment habitée et classée au patrimoine de l'humanité, sa citadelle, sa grande mosquée, sa cathédrale des Quarante-Martyrs, ses souks, sa kebbé nayyé, son sumac, ses savons, ses femmes, ses hommes, leurs sourires et leur accent, tout cela n'est plus que sang, que larmes, que cloaques. Que mort. Alep est désormais un furoncle sur la gueule déjà bien ravagée de l'humanité – et sur sa conscience. Entre l'insensée (cat)atonie des Occidentaux, l'infinie cruauté de l'axe russo-iranien et leur criminel pragmatisme commun, la deuxième ville de Syrie n'est plus qu'un cri de Munch, l'expression horrifiée et horrifiante de l'immoralité des hommes. Et de leur bêtise : celle de ne pas mettre dans le même sac la peste islamiste et le choléra assadiste ; celle, surtout, de ne pas vouloir admettre que la majorité des Syriens ne se reconnaît ni dans l'une ni dans l'autre.

La honte a mauvaise mémoire, répétait Gabriel Garcia Marquez. Effectivement. Dans quelques mois, la société des nations oubliera à quel point elle aura été complice d'un des plus gros crimes de guerre de l'histoire contemporaine, aidée en cela par les millions de dollars que générera la reconstruction d'Alep, et par cette (encore virtuelle) troïka d'un bien autre genre, Trump-Poutine-Fillon... Dans quelques mois, le monde oubliera ces dizaines de milliers de morts, de blessés, de disparus, de jetés sur les routes, de décimés, de gazés, de torturés. Des deux côtés d'Alep, absolument – mais surtout de l'Est, littéralement dynamité par les avions et les barils.

L'Orient-Le Jour n'oubliera pas. Cela fait des mois que ce journal accompagne, dans ses différents éditoriaux, ses analyses, ses décryptages et, surtout, les témoignages qu'il recueille, le Golgotha de tous les Alépins. Des mois que ce journal s'emploie à montrer que l'immense majorité des Alépins de l'Est est aussi anti-État islamique qu'anti-Assad ; que beaucoup d'Alépins de l'Ouest savent que si leurs frères échappés de l'Est sont un minimum rassérénés, c'est parce qu'ils ne subissent plus, heure par heure, la barbarie d'Assad et de ses sbires. L'Orient-Le Jour continuera, bien après la chute d'Alep, à marteler inlassablement les yeux et les consciences. Parce qu'Alep est en ce début de siècle, un siècle de tous les obscurantismes, de tous les replis et de toutes les régressions, l'inacceptable épitomé, l'alpha et l'oméga, de ce que nous humains – Arabes soyons-nous, ou Européens, ou Africains, ou Américains ou Asiatiques – maîtrisons finalement le mieux : l'inouïe barbarie d'un côté, le silence complice de l'autre.

À la une

Retour à la page "L'édito"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Jalil Wolfgang

bravo pour cet article
je suis a Paris et la presse est lache:presque rien sur ces massacres !!!
Faut continuer d'en parler
merci
wiliam

Charles Fayad

"La honte a mauvaise mémoire, répétait Gabriel Garcia Marquez" à l'adresse de Fidel de Cuba sans aucun doute, son meilleur ami parmi les derniers dinosaures de la terre. Morts, ils avaient leur conscience pour eux...

Le Faucon Pèlerin

François Fillon n'a rien à foutre dans toutes les âneries commises à Alep, je suppose même qu'il ne sait pas où se trouve cette ville sur la carte du monde, adressez vos blâmes plutôt à François Hollande et surtout à Obama l'ex-gendarme du monde.

RE-MARK-ABLE

Je vous en prie faites un appel aux bactéries salafowahbitesdaechiennes de libérer les otages civils qu'ils détiennent depuis 2 ans et demi .

Sinon, Alep reviendra aux syriens de toute façon .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DEUX HYDRES AUX PRISES... L,ORIGINALE ET SA COPIE...

Raminagrobis

Je souhaite que Fillon lira votre article et examinera ensuite sa conscience. Pour les deux autres il restera probablement sans effet.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

22 octobre 1989-22 octobre 2018, Taëf entame sa 30e année

En toute liberté de Fady NOUN

La vérité et le dialogue des cultures

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué