Rechercher
Rechercher

Liban - Droits de la femme

Chaptini et Bahia Hariri se penchent sur la participation des femmes au Parlement

Alice Chaptini, hier, à la conférence régionale euro-méditerranéenne sur les droits de la femme, à l’hôtel Crown Plaza. Photo Dalati et Nohra

À l'occasion de la conférence régionale euro-méditerranéenne sur les droits de la femme qui se déroule ces deux jours à l'hôtel Crown Plaza, à Beyrouth, la ministre des Déplacés, Alice Chaptini, a fait part de la volonté du Premier ministre, Saad Hariri, chargé de la formation du gouvernement, « de lutter activement contre la violence faite aux femmes ». Mais aussi « d'ouvrir la voie à la participation féminine au sein du gouvernement ». Mme Chaptini a de plus remercié le ministre de l'Intérieur, Nouhad Machnouk, pour avoir consacré un numéro vert, le 112, aux plaintes pour violence envers les femmes.
La ministre des Déplacés a toutefois constaté « une dégradation » des conditions de la femme en Orient, dans les pays arabes, en Afrique et en Asie du Sud-Est. « L'extrémisme a augmenté et la femme est victime de davantage de violence de la part de sociétés machistes », a-t-elle déploré. « Une telle conférence ne peut suffire à sauver la femme dans nombre de ces régions. C'est pourquoi il est urgent d'agir vite à travers l'Onu, de déclarer l'état d'urgence, d'œuvrer à des projets de développement à l'intention des communautés pauvres et enfin de soutenir les femmes », a-t-elle encore dit.
Toujours sur le plan des droits de la femme, lors d'une réunion régionale du Forum mondial des femmes au Parlement, qui s'est déroulée à la bibliothèque du Parlement libanais, Bahia Hariri a affirmé que « le quota est une étape transitoire pour que la femme soit élue au Parlement ». « Toute femme peut arriver à un poste de décision, mais la route est faite d'étapes », a-t-elle souligné, assurant que « la femme ne peut arriver au Parlement sans que soit adopté le principe du quota féminin ». « C'est alors que la femme sera élue pour sa capacité à faire son devoir », a-t-elle ajouté. Et de préciser que la femme parlementaire ne représente pas que les femmes, mais l'homme et la femme. « Autrement dit, elle ne se penche pas uniquement sur des dossiers concernant la femme, mais elle dispose des capacités pour assumer ses responsabilités. » Mme Chaptini n'a pas manqué de rappeler pour l'occasion que le taux d'éducation chez les filles a atteint 52 %.


À l'occasion de la conférence régionale euro-méditerranéenne sur les droits de la femme qui se déroule ces deux jours à l'hôtel Crown Plaza, à Beyrouth, la ministre des Déplacés, Alice Chaptini, a fait part de la volonté du Premier ministre, Saad Hariri, chargé de la formation du gouvernement, « de lutter activement contre la violence faite aux femmes ». Mais aussi « d'ouvrir...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut