X

À La Une

Fidel Castro, dernière grande figure du communisme international

portrait

En dépit de l'effondrement de l'Union soviétique en 1991, qui l'a privé d'un bailleur de fonds et allié inégalé, il est parvenu à se maintenir à la tête de son pays, continuant à tenir tête à Washington et refusant tout assouplissement de son régime.

OLJ/AFP
26/11/2016

Fidel Castro, décédé vendredi soir à 90 ans, a dirigé Cuba d'une main de fer pendant près d'un demi-siècle, défiant sur son île communiste 11 présidents américains, même s'il avait cédé le pouvoir à son frère cadet Raul à partir de 2006.

Symbolisant les espoirs du Tiers-Monde et des mouvements de libération au début de sa Révolution en 1959, le "Barbudo" en treillis vert olive s'était cependant peu à peu transformé en dirigeant autoritaire et dogmatique, refusant toute libéralisation et mettant au pas toute opposition.

Fils d'un propriétaire terrien d'origine espagnol, Fidel Alejandro Castro Ruz est né le 13 août 1926 à Biran dans la province d'Oriente (est). Élevé chez les jésuites, il est diplômé de la faculté de droit de l'université de La Havane.

Dès le coup d'État du général Fulgencio Batista en 1952, il organise la lutte armée avec son frère Raul. Le 26 juillet 1953, il tente d'attaquer la caserne Moncada à Santiago de Cuba (est), mais échoue. Arrêté et condamné à 15 ans de prison, il est amnistié puis libéré deux ans plus tard.

Exilé au Mexique, il débarque avec 81 hommes - dont l'Argentin Ernesto "Che" Guevara - en décembre 1956 sur la côte sud du pays. L'expédition est décimée. Réfugié avec une poignée de combattants dans les collines de la Sierra Maestra, il réussit à se réorganiser et à prendre le contrôle d'une partie de la province d'Oriente.

Lancée en août 1958, une offensive générale se soldera par l'effondrement du régime de Batista le 1er janvier 1959. Le 8 janvier, entouré de ses "barbudos" - son frère Raul, "Che" Guevara, le charismatique Camilo Cienfuegos -, Fidel Castro fait une entrée triomphale à La Havane.

Premier ministre en février 1959, il concentre rapidement tous les pouvoirs avant de fonder un nouveau Parti communiste de Cuba en 1965, parti unique jusqu'à aujourd'hui. Il en a laissé le poste de premier secrétaire à son frère Raul en avril 2011.

En 1961, il proclame le "caractère socialiste" de la Révolution lors de la tentative d'invasion d'exilés cubains, soutenus par la CIA, de la baie des Cochons.

Les Américains, qui imposent toujours aujourd'hui un embargo à l'île, ne lui ont jamais pardonné d'avoir mis le monde en 1962 au bord du conflit atomique en permettant aux Soviétiques de déployer des missiles nucléaires à Cuba, à moins de 200 km de leurs côtes.

En dépit de l'effondrement de l'Union soviétique en 1991, qui l'a privé d'un bailleur de fonds et allié inégalé, il est parvenu à se maintenir à la tête de son pays, continuant à tenir tête à Washington et refusant tout assouplissement de son régime.

Le 31 juillet 2006, il avait dû, à la suite d'une grave opération, céder le pouvoir à son frère Raul, son indéfectible ministre de la Défense et numéro deux du régime, d'abord de façon provisoire puis définitive en février 2008.

 

Pour mémoire

Cuba : pour Fidel Castro, Donald Trump est "disqualifié" depuis le premier débat

Cuba : série inhabituelle d'apparitions pour Fidel Castro

Cuba : Fidel Castro réapparaît en public pour son 90e anniversaire

Fidel Castro, le père de la Révolution cubaine, a 90 ans

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Saliba Nouhad

Il est vrai que plus personne ne meurt de faim à Cuba!
Mais si vous aviez visité ce pays il y a plus de 10 ans, vous seriez choqué par la misère crasse de la population, les demeures vétustes, les autos américaines des années 50 mille fois retapées, les histoires incroyables de distribution alimentaire par le gouvernement etc... tout cela parce que le "leader Massimo" tenait à sa révolution communiste malgré la chute de ce système il y a 25 ans, qu'il se maintenait au pouvoir grâce à une dictature de fer, style notre voisin syrien...
Oui, nous sommes tous contre le capitalisme sauvage à l'américaine et son impérialisme économique dans le monde qui fonctionne au détriment des classes moyennes, mais rien à comparer avec ce système désuet et monstrueux qui nivelle les sociétés par le bas: en somme, tout le monde est pauvre, misérable, mais éduqué, fier, en bonne santé, au profit, comme toujours d'une classe aisée et corrompue qui le tient d'une main de fer..
Il est temps pour cette île à la nature superbe de passer à l'ère post-Castro et de s'ouvrir au monde.

BOSS QUI BOSSE

Son système d'éducation et de santé était très en avance par rapport à l'occident.

Ses médecins sont très recherchés de par le monde et en matiere d'écologie il a 20 ans d'avance sur la France.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Fidel Castro, figure du "communisme!" ?
Ça, du Communisme ?

M.V.

Ce dictateur marxo/socialiste tropical ,après 45 ans de despotisme criminogène...a réussi a échapper au TPI...?

Dernières infos

Les signatures du jour

Émilie SUEUR

L’édito de Émilie SUEUR

De quelle violence parle-t-on ?

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants