Rechercher
Rechercher

Terrorisme

Un attentat à la voiture piégée fait 2 morts et 33 blessés dans le sud de la Turquie

L'attaque qui s'est produite sur le parking du gouvernorat d'Adana n'a toujours pas été revendiquée.

Au moins deux personnes ont été tuées et 16 blessées le 24 novembre 2016 par une probable attaque à la voiture piégée à Adana, dans le sud de la Turquie, pays frappé par une vague d'attentats depuis le début de l'année. Ihlas News Agency via REUTERS

Au moins deux personnes ont été tuées et 33 blessées jeudi par une attaque à la voiture piégée dans le sud de la Turquie, pays frappé par une vague d'attentats depuis le début de l'année.

La déflagration s'est produite sur le parking du gouvernorat d'Adana à proximité de l'entrée protocolaire, a indiqué le gouverneur local, Mahmut Demirtas, qui a évoqué l'"explosion d'une voiture déclenchée à 08h05" (05H05 GMT). Les premiers éléments laissent penser que l'attaque a été "perpétrée par une femme", a-t-il ajouté, cité par l'agence de presse progouvernementale Anadolu.
Deux personnes ont été tuées et 33 blessées, dont une grièvement, a indiqué le ministre de l'Energie Berat Albayrak. Un précédent bilan faisait état de deux tués et 16 blessés.

La Turquie a été secouée cette année par une vague d'attentats, liés à la rébellion kurde ou à des jihadistes, qui ont fait des dizaines de tués. Le ministre turc des Affaires européennes Omer Celik, également député d'Adana, a évoqué sur Twitter une "maudite attaque terroriste". "Au nom de l'humanité, nous lutterons jusqu'au bout contre le terrorisme", a-t-il ajouté.

Adana, ville de plus d'un million d'habitants, est située à une centaine de km de la frontière syrienne, et accueille la base aérienne d'Incirlik, utilisée par des avions de la coalition internationale qui bombarde le groupe Etat islamique (EI).

 

 

"Abominable attaque"
Les autorités turques ont imposé une interdiction de diffusion des images relatives à l'attaque à Adana, comme elles le font à chaque fois qu'un attentat se produit.
L'explosion a été entendue "dans un rayon de 10 km", a rapporté la chaîne d'information NTV. Plusieurs véhicules garés à proximité de la voiture qui a explosé ont pris feu et plusieurs équipes de pompiers ont été dépêchées sur les lieux, selon NTV, qui montrait une colonne de fumée noire s'élevant du parking.

Adana n'est pas située dans la région à majorité kurde de la Turquie, ensanglantée par la reprise des combats entre les forces de sécurité turques et les séparatistes du Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK). Le ministre turc de l'Intérieur Süleyman Soylu a indiqué mercredi que 258 attentats avaient été déjoués depuis le début de l'année: 214 liés au PKK, 34 à l'EI et 10 à l'"extrême gauche".
En août, un jeune kamikaze lié à l'EI s'était fait exploser lors d'un mariage kurde à Gaziantep, à 200 km à l'est d'Adana, provoquant un carnage : 57 morts, dont 34 enfants.

Les Etats-Unis, qui ont un consulat à Adana, ont mis en garde à plusieurs reprises ces dernières semaines leurs ressortissants contre un risque d'attaque "terroriste" en Turquie.
Le mois dernier, les Etats-Unis ont ordonné l'évacuation des familles des employés de leur consulat à Istanbul.
L'ambassade américaine à Ankara a "fermement" condamné sur Twitter l'"abominable attaque terroriste à Adana".

L'attentat n'avait pas été revendiqué à la mi-journée. Selon l'agence de presse progouvernementale Anadolu, un employé du parking du gouvernorat a été emmené par des policiers pour être entendu.

M. Albayrak, qui est également le gendre de M. Erdogan, a sous-entendu que cette attaque était le fait de puissances étrangères voulant affaiblir la Turquie. "Je m'adresse non pas aux sous-traitants, mais à ceux qui les utilisent contre nous: aucune de ces attaques ne nous intimidera", a-t-il déclaré.


Au moins deux personnes ont été tuées et 33 blessées jeudi par une attaque à la voiture piégée dans le sud de la Turquie, pays frappé par une vague d'attentats depuis le début de l'année.

La déflagration s'est produite sur le parking du gouvernorat d'Adana à proximité de l'entrée protocolaire, a indiqué le gouverneur local,...

commentaires (1)

On ne peut rester indemne d'une politique aussi versatile que celle d'erdo. Il est à craindre que la turquie prenne la place de la syrie lorsque les heroiques résistants auront vaincu les comploteurs occidentaux et leur pendant local. J'aurai préféré voir plutôt les bensaouds exploser en plein vol. Ils ne perdent rien pour attendre,chacun son tour.

FRIK-A-FRAK

10 h 51, le 24 novembre 2016

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • On ne peut rester indemne d'une politique aussi versatile que celle d'erdo. Il est à craindre que la turquie prenne la place de la syrie lorsque les heroiques résistants auront vaincu les comploteurs occidentaux et leur pendant local. J'aurai préféré voir plutôt les bensaouds exploser en plein vol. Ils ne perdent rien pour attendre,chacun son tour.

    FRIK-A-FRAK

    10 h 51, le 24 novembre 2016