Rechercher
Rechercher

À La Une - conflit

Frappes aériennes du régime et de la Russie sur les régions rebelles de Syrie

Les rebelles pro-turcs se rapprochent d'Al-Bab.

Une ambulance détruite par une frappe aérienne contre le village rebelle de Atareb, en banlieue rurale d'Alep, le 15 novembre 2016. Photo REUTERS/Ammar Abdullah

La Russie a mené mardi ses premiers raids aériens sur la Syrie à partir de son porte-avions en Méditerranée au moment où l'armée de l'air syrienne frappait pour la première fois depuis un mois des quartiers résidentiels d'Alep tenus par les insurgés.

"Pour la première fois de l'histoire de la flotte russe, le porte-avions Amiral Kouznetsov a pris part à des opérations armées", faisant décoller depuis son bord des avions Su-33, a déclaré le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, lors d'une réunion avec le président Vladimir Poutine et l'état-major.
L'armée russe a, selon lui, débuté une opération d'ampleur visant à frapper les positions de l'organisation Etat islamique (EI) et du front Fateh el-Cham (ex-Front al-Nosra, el-Qaëda en Syrie) dans les régions d'Idleb et d'Homs, dans le nord-ouest et le centre du pays. Cette opération a également impliqué la frégate russe Amiral Grigorovitch, qui a tiré des missiles de croisière Kalibr.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), les frappes russes ont visé à Idleb les localités de Saraqeb, Jisr al-Choughour, Ariha, Maaret al-Noomane, Kafar Nebbol, des places fortes de l'opposition, qui contrôle quasiment toute la province.
Le porte-avions Amiral Kouznetsov est arrivé la semaine dernière au large des côtes syriennes pour renforcer le dispositif militaire russe dans ce pays déchiré par la guerre depuis 2011 et où Moscou mène depuis plus d'un an une opération en soutien aux forces du régime du président Bachar el-Assad.


(Lire aussi : En Syrie, tôt ou tard, les rebelles seront dans une logique de guerre de « libération nationale »)

 

"Raids aériens et barils explosifs"
Au même moment, après une pause d'un mois à la demande des Russes, l'armée de l'air syrienne a bombardé des zones résidentielles dans la partie est de la ville septentrionale d'Alep, tenue par les rebelles, a affirmé l'OSDH. "Les forces du régime ont mené des raids et largué des barils d'explosifs sur plusieurs quartiers résidentiels de l'est d'Alep pour la première fois depuis le 18 octobre", a déclaré le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Selon un photographe de l'AFP, les quartiers de Sakhour et de Massaken Hanano ont été visés, l'OSDH faisant état d'au moins cinq civils tués et de nombreux blessés dans les frappes. Le correspondant de l'AFP a fait état de six raids sur Sakhour et de deux barils explosifs largués par hélicoptère sur le quartier. Il a vu des blessés évacués vers les hôpitaux et pour la première fois, des avions larguer des leurres pour ne pas être touchés par des missiles sol-air.

Les aviations russe et syrienne avaient cessé leurs raids le 18 octobre, trois jours avant une trêve destinée selon Moscou et Damas à favoriser la sortie des rebelles de la zone tenue par les insurgés.
Ancienne capitale économique de la Syrie, Alep est un enjeu majeur tant pour le régime du président Bachar al-Assad que pour les insurgés, qui s'affrontent depuis 2011 dans une guerre de plus en plus complexe ayant fait plus de 300.000 morts et entraîné la pire crise humanitaire depuis la Seconde Guerre mondiale.
Les forces gouvernementales tentent de prendre le contrôle total de la deuxième ville du pays divisée en secteurs rebelles (à l'est) et secteurs sous contrôle du régime (à l'ouest).

Au cours des dernières 24h, trois hôpitaux situés dans des zones rebelles du nord de la Syrie ont par ailleurs été endommagés par des frappes aériennes, rapporte l'OSDH, faisant état de blessés parmi le personnel médical et les patients.
"On peut craindre que les avions russes et ceux du régime vont commettre des massacres et des crimes contre l'humanité dans le nord de la Syrie, particulièrement à Alep et dans la province d'Idleb, en utilisant des armes prohibées internationalement lancées à partir du ciel et de la mer", a affirmé à l'AFP Yasser Youssef, un responsable du groupe rebelle Noureddine al-Zinki.
Il s'agit de la première opération d'envergure en Syrie depuis l'élection de Donald Trump qui a suggéré dans un entretien publié samedi par le New York Times qu'il allait travailler plus étroitement avec la Russie sur la Syrie.

(Pour mémoire : Le régime efface tous les progrès des rebelles pour briser le siège à Alep)

 

Les rebelles pro-turcs se rapprochent d'Al-Bab
Par ailleurs, les rebelles pro-turcs se rapprochent de la ville syrienne d'Al-Bab, située à 30 km de la frontière syro-turque. Le Premier ministre turc, Binali Yildirim a assuré mardi que les jihadistes de l'EI seront bientôt chassés de la région.

Le président Recep Tayyip Erdogan a fait de la conquête d'Al-Bab un des grands objectifs de l'intervention turque en Syrie. La prise de la ville rapprocherait les rebelles de l'Armée syrienne libre (ASL) des faubourgs d'Alep, à une quarantaine de km plus au sud-ouest. L'offensive risque aussi d'entraîner de nouveaux combats avec les miliciens kurdes qui convoitent également la région stratégique d'Al-Bab pour relier deux poches de territoire sous leur contrôle, mais en sont encore distants d'une vingtaine de km à l'ouest et à l'est.

 

Lire aussi

À Raqqa, combattants kurdes et étrangers, main dans la main, pour combattre les jihadistes

La bataille de Raqqa se fera-t-elle sans les Turcs ?

Pour Damas, l’offensive sur Raqqa n’est qu’une « opération médiatique »


La Russie a mené mardi ses premiers raids aériens sur la Syrie à partir de son porte-avions en Méditerranée au moment où l'armée de l'air syrienne frappait pour la première fois depuis un mois des quartiers résidentiels d'Alep tenus par les insurgés.
"Pour la première fois de l'histoire de la flotte russe, le porte-avions Amiral Kouznetsov a pris part à des opérations armées",...

commentaires (4)

LES MORTS ONT DEPASSE LE SEUIL DES 400.000.- ET PEUT-ETRE DES 500.000.- LES BLESSES ET LES DISPARUS TROIS FOIS PLUS ET LES MIGRANTS LES 11 MILLIONS... LA MOITIE DU PEUPLE SYRIEN... SI ON CROIT QUE LES CHOSES VONT SE CALMER ET QUE LE MONDE VA OUBLIER CES MONSTRUOSITES DES RUSSES/REGIME ET ACCESSOIRES, C,EST QU,ON REVE DEBOUT ET EN PLEIN JOUR ! ILS VONT TOUS PAYER...

L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION.

10 h 05, le 16 novembre 2016

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • LES MORTS ONT DEPASSE LE SEUIL DES 400.000.- ET PEUT-ETRE DES 500.000.- LES BLESSES ET LES DISPARUS TROIS FOIS PLUS ET LES MIGRANTS LES 11 MILLIONS... LA MOITIE DU PEUPLE SYRIEN... SI ON CROIT QUE LES CHOSES VONT SE CALMER ET QUE LE MONDE VA OUBLIER CES MONSTRUOSITES DES RUSSES/REGIME ET ACCESSOIRES, C,EST QU,ON REVE DEBOUT ET EN PLEIN JOUR ! ILS VONT TOUS PAYER...

    L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION.

    10 h 05, le 16 novembre 2016

  • Faut arrêter de déconner cette fois ci. Ne vous arrêtez plus de bombarder jusqu'à L'ÉRADICATION TOTALE DES BACTÉRIES WAHABITES SVP. Yen a marre à la fin.

    FRIK-A-FRAK

    08 h 52, le 16 novembre 2016

  • Régions rebelles!?? C'est quoi cette nouvelle invention? Bon, bref...ça se passe de commentaire. Dans pas très longtemps, on écrira différemment. Des fois je cherche le nom du journaliste qui écrit ces choses-là. .. que dalle... aucune signature, va voir ailleurs si j'y suis. Genre... le journaliste ou le rebelle anti-régime " abou Ahmed el-hemsaoui" ... monsieur n'importe qui, quoi. Bon, il faut bien comprendre une chose: il y a des bandes armées soutenues par l'étranger et la légalité représentée par l'état Syrien qui a un gouvernement, une armée infatigable et un président avec des glaouis en acier trempé. Il faudra qu'un jour on rende à l'évidence, comme c'était le cas avec le président actuel des libanais.

    Ali Farhat

    04 h 58, le 16 novembre 2016

  • Donc , les régions djihadistes hors de contrôle de l'état ,et selon la carte de visite de leurs dénomination actuelle, sont bombardées par l'aviation russe et syrienne ...reste à connaître les résultats de ces actions militaires...

    M.V.

    17 h 47, le 15 novembre 2016

Retour en haut