repère

L'élection présidentielle au Liban, mode d'emploi

Le vote, les prérogatives, la formation du gouvernement.

Le Parlement libanais élit lundi un nouveau président pour un mandat de six ans non-renouvelable, après un vide institutionnel de deux ans et demi. REUTERS/Mohamed Azakir

Le Parlement libanais élit lundi un nouveau président pour un mandat de six ans non-renouvelable, après un vide institutionnel de deux ans et demi.
En vertu du Pacte national - accord non-écrit datant de l'indépendance en 1943 - les trois principaux postes de l'Etat sont dévolus aux trois plus importantes communautés religieuses : la présidence de la République à un chrétien maronite, celle du Parlement à un musulman chiite et le poste de Premier ministre à un musulman sunnite.
Le président joue un rôle d'arbitre mais ses prérogatives ont été fortement réduites depuis la fin de la guerre civile (1975-1990), dans un système politique bâti sur un délicat équilibre entre les différentes communautés.

Voici ce qu'il faut retenir sur l'élection du président au Liban :

 

Le vote
Le chef de l'Etat est élu par la Chambre des députés, convoquée par son président Nabih Berry, qui a fixé la séance au 31 octobre. Elle se tient si le quorum des deux-tiers est atteint, soit 86 des 128 députés.
Le président est élu à bulletin secret, à la majorité des deux tiers des députés au premier tour et à la majorité absolue aux tours suivants (soit 65 voix). Actuellement, le Parlement ne compte plus que 127 membres après la démission du député Robert Fadel.
Une fois élu, le président prête serment puis présente les grandes lignes de son mandat.


(Lire aussi : Michel Aoun serait élu aujourd'hui président dès le premier tour)

 

Prérogatives réduites
Les pouvoirs de l'unique chef d'Etat chrétien dans le monde arabe ont été rognés en 1989 par l'accord de Taëf, qui mit fin à 15 ans de guerre civile. Le président continue toutefois de jouer un rôle dans la régulation de la vie politique. Il a perdu son droit de désigner et de révoquer le chef de gouvernement et les ministres ou de dissoudre la Chambre des députés. L'accord de Taëf a voulu imposer un équilibre entre les communautés chrétiennes et musulmanes.

Le président est le chef des forces armées mais elles sont sous l'autorité du Conseil des ministres. Il négocie, en accord avec le Premier ministre, les traités internationaux qui doivent obtenir l'aval du gouvernement.
Si le chef de l'Etat préside le Conseil des ministres et peut introduire une clause "urgente" à l'ordre du jour, il ne participe pas au vote du gouvernement.
En accord avec le chef du gouvernement, le président peut convoquer une réunion extraordinaire du Conseil des ministres.

 

Formation du gouvernement
Une fois élu, le président, et après des consultations parlementaires, nomme un Premier ministre qui mène des consultations avec les différents groupes politiques pour former son gouvernement. La Constitution ne prévoit pas de délai pour la formation du gouvernement. Il aura ainsi fallu dix mois à l'actuel Premier ministre Tamam Salam pour choisir ses ministres en février 2014. Mais le Parlement doit procéder à un vote de confiance dans les trente jours qui suivent l'annonce de la formation du gouvernement.

 

Lire aussi

Cher Nassib Lahoud..., l'édito de Ziyad Makhoul

Pas de grands vainqueurs, pas de grands vaincus, l'article de Fady Noun

Aoun de retour à Baabda, 26 ans plus tard, l'article de Khalil Fleyhane


Le Parlement libanais élit lundi un nouveau président pour un mandat de six ans non-renouvelable, après un vide institutionnel de deux ans et demi.
En vertu du Pacte national - accord non-écrit datant de l'indépendance en 1943 - les trois principaux postes de l'Etat sont dévolus aux trois plus importantes communautés religieuses : la présidence de la République à un chrétien...

commentaires (1)

Un marchandage de Bazaris -ferme les yeux sur mes magouilles, je fermerai les yeux sur les tiennes- dans un pays du tiers-monde, ne manque que le trône en Or de Bokassa pour clore cette élection de carnaval.

Je partage mon avis

12 h 30, le 31 octobre 2016

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Un marchandage de Bazaris -ferme les yeux sur mes magouilles, je fermerai les yeux sur les tiennes- dans un pays du tiers-monde, ne manque que le trône en Or de Bokassa pour clore cette élection de carnaval.

    Je partage mon avis

    12 h 30, le 31 octobre 2016