Rechercher
Rechercher

Liban - Communautés

Raï dénonce « l’inféodation » des partis qui bloquent l’élection présidentielle

Deux actes de générosité ont permis la présence, à Bécharré, des missionnaires de la Charité de Mère Teresa et à Knat d'un nouveau couvent de « Mission de vie ».

Le patriarche Raï dévoilant la plaque installée à l’entrée du nouveau couvent de la Divine Miséricorde, à Knat. À ses côtés, le P. Wissam Maalouf, foncateur de l’ordre Mission de vie.

Le patriarche maronite, le cardinal Béchara Raï, a marqué d'une messe d'action de grâce, hier, la récente canonisation de Mère Teresa, au cours d'une cérémonie religieuse célébrée à Bécharré, où les missionnaires de la Charité possèdent une maison, tenue par quatre de ses religieuses.
La messe a été célébrée en l'église Notre-Dame (as-Saydé) et a donné l'occasion au chef de l'Église maronite d'appeler à nouveau les forces politiques à remplir leur devoir et à élire un président.

Le patriarche a ainsi invité les membres de la classe politique – députés, ministres, partis et blocs politiques – à « se départir de leur égoïsme et de leurs intérêts particuliers et collectifs, de la prison où les ont enfermés leurs propres déclarations politiques, de leurs allégeances et de leur inféodation, pour sauver la patrie en élisant un président de la République, dégrippant les institutions telles que le Parlement et le gouvernement ».
Ce faisant, les responsables « pourront ensuite réformer ce qui doit l'être, mettre au point une loi électorale juste, établir un équilibre au niveau de la participation à la vie nationale, avancer sur la voie de la Constitution, du pacte national et de la formule (sigha) qui le met en œuvre ».

« Sachez, a poursuivi le patriarche, que par cette politique de blocage, directement ou indirectement, vous détruisez systématiquement l'appareil de l'État et les institutions, et par là, la vie économique, commerciale, industrielle et touristique, plongeant la population dans le besoin et la poussant à émigrer ou à désespérer. Nous vous pressons d'entendre la voix des organismes économiques et de réaliser l'étendue du mal que vous infligez par votre politique destructrice ; nous en appelons en même temps aux bonnes volontés de la société civile pour qu'elles élèvent la voix et expriment leurs inquiétudes, ainsi que leur loyauté à l'égard du Liban. »

La cérémonie religieuse s'est tenue en présence notamment de l'ancien député Gebran Tok et de Patrick Fakhry, fils du couple Sobhi et Nadimé Fakhry, assassinés par des trafiquants de la famille Jaafar, dans la Békaa. Également présents, Roy Issa el-Khoury, Saïd Tok et des membres du conseil municipal et des moukhtars, ainsi qu'une foule de fidèles. La messe a été concélébrée par les évêques Maroun Ammar et Hanna Alouan, ainsi que par monsignor Victor Keyrouz.

Monsignor Keyrouz devait faire l'émouvant récit de l'appel qui a conduit Mère Teresa à fonder une maison à Bécharré. Il a notamment évoqué le destin de l'officier Fakhr Fakhr, son neveu, et de la manière irréprochable dont il avait accompli son devoir au sein de l'armée, le doublant d'un service de bienfaisance aux nécessiteux. Soucieux de pérenniser sa mémoire, sa sœur et son époux avaient alors choisi de donner leur appartement à un ordre religieux, et le choix s'était porté sur les missionnaires de la Charité de Mère Teresa, qui avait personnellement accepté ce don, avec l'empressement qui la caractérise.

 

(Lire aussi : Le courant du Futur dément les rumeurs sur un soutien de Hariri à la candidature de Aoun)

 

« Mission de vie » à Knat
Auparavant dans la journée, le patriarche s'était rendu à Knat pour y lancer les travaux de rénovation d'un édifice dont le propriétaire, Michel Chaïban Nicolas, a fait don à un ordre religieux maronite nouveau, Mission de vie. La cérémonie s'est tenue en présence du président de la municipalité de Knat, Antoine Saadé, du chorévêque Fouad Barbour et du P. Wissam Maalouf, fondateur de Mission de vie.
Comme cela s'est produit à Bécharré, c'est la douleur de perdre un membre de sa famille, en l'occurrence ses parents et sa sœur, qui a poussé le donataire à remettre la propriété de l'immeuble qu'il possédait à une œuvre de charité. La maison recevra l'appellation de couvent de la Divine Miséricorde.

À Ilige
Enfin, le patriarche a parrainé hier, en y déléguant l'évêque de Jbeil, Michel Aoun, la messe annuelle d'hommage aux morts de la résistance libanaise en l'église Notre-Dame d'Ilige, à Mayfouk (Jbeil).
« Le sang des martyrs plaidera pour eux devant le Très-Haut, devait affirmer Mgr Michel Aoun dans son homélie, puisque le martyr offre sa vie dans la foi dans la gloire de Dieu et de tous les saints. »
« Le souvenir de nos martyrs augmente en nous la détermination de rester attachés à notre terre et au Liban, terre de témoignage jusqu'au sacrifice de la vie, et à l'attachement à notre foi dans le Liban décrit par Jean-Paul II comme "un message", un témoignage aux valeurs évangéliques. »
Ont notamment assisté à la cérémonie les deux députés Nadim Gemayel et Samer Saadé, l'ancien supérieur général de l'OLM, le père Boulos Naaman, des représentants d'Amine Gemayel, de Samy Gemayel et de Boutros Harb, ainsi que le chef de la section Kataëb de Jbeil, Georges Haddad, et le président de la Ligue de Notre-Dame d'Ilige, Clovis Choueifati.

 

 

Lire aussi

Adwan : L’élection de Aoun, une nouvelle loi électorale ou l’escalade

Par-delà la présidentielle, « le conflit porte sur le maintien de la résistance au Liban », affirme Raad

Bou Faour : On n’élit pas un président en ayant recours à la rue

L’avertissement de Joumblatt à « certains » maronites : La Constitution risque d’être amendée à vos dépens

Présidentielle : va-t-on vers l'élection d'un outsider ?, l'éclairage de Philippe Abi-Akl


Le patriarche maronite, le cardinal Béchara Raï, a marqué d'une messe d'action de grâce, hier, la récente canonisation de Mère Teresa, au cours d'une cérémonie religieuse célébrée à Bécharré, où les missionnaires de la Charité possèdent une maison, tenue par quatre de ses religieuses.La messe a été célébrée en l'église Notre-Dame (as-Saydé) et a donné l'occasion au chef...

commentaires (5)

Ne peut représenter la communauté maronite que celui qui bénéficie de l'accord du patriarcat maronite. Quant aux prétendants être les protecteurs de notre communauté, ne sont que des maronites nés comme tel sans plus.

Honneur et Patrie

17 h 16, le 19 septembre 2016

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Ne peut représenter la communauté maronite que celui qui bénéficie de l'accord du patriarcat maronite. Quant aux prétendants être les protecteurs de notre communauté, ne sont que des maronites nés comme tel sans plus.

    Honneur et Patrie

    17 h 16, le 19 septembre 2016

  • Quelle honte surtout pour les deux partis qui bloquent toute vie normale et décente de notre pays pour arriver à leurs buts: l'un pour accomplir les volontés de l'Iran, l'autre, se prétendant "chrétien", pour donner la Présidence de la République à son chef de...83 ans ! Tout en accusant les "parties adverses" des pires défauts, ils n'hésitent pas à détruire un pays...leur pays...pour arriver à leurs fins !!! Et personne n'a assez de courage pour stopper tout cela ? Irène Saïd

    Irene Said

    15 h 31, le 19 septembre 2016

  • Comme si l'infeodation est d'aujourd'hui. Monseigneur désolé de vous le dire,mais quand elle était du côté des alliés coalisés inféodés aux usa fourbes on ne le dénonçait pas . Alors OSEZ LE DIRE.

    FRIK-A-FRAK

    11 h 25, le 19 septembre 2016

  • Pourquoi le patriarche ne nomme-t-il jamais ceux qui bloquent l'élection présidentiel???

    Beauchard Jacques

    11 h 05, le 19 septembre 2016

  • OSEZ NOMMER... OSEZ !

    L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    08 h 58, le 19 septembre 2016

Retour en haut