X

Économie

Le PIB palestinien aurait pu plus que doubler sans le conflit et les divisions, selon le FMI

Rapport
OLJ
08/09/2016

Le conflit israélo-palestinien, les restrictions israéliennes et les querelles intestines ont sapé le développement de l'économie palestinienne dans des proportions pouvant aller jusqu'à 130 % de perte de PIB par habitant, a rapporté le FMI hier.
« Sans les incertitudes politiques et les restrictions des 20 dernières années », le PIB réel par habitant aurait été de 37 %, de 83 % ou de 130 % plus élevé, selon trois estimations établies en fonction de facteurs distincts, dit le Fonds monétaire international dans un rapport.
Ce rapport va dans le sens d'un autre, publié cette semaine par la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement, selon lequel l'économie palestinienne serait « au moins deux fois plus importante sans l'occupation israélienne ».
L'économie palestinienne est profondément dépendante d'Israël et de l'aide internationale. Le FMI en dresse un tableau sombre. « L'économie palestinienne continue d'affronter de forts vents contraires, les risques sécuritaires et les espoirs de paix qui s'estompent (avec les Israéliens) pèsent lourdement sur les perspectives de croissance », dit le FMI.
Il cite « les restrictions israéliennes et l'expansion continue de la colonisation », mais aussi la prise du pouvoir par le Hamas à Gaza, qui freine la reconstruction, et l'absence de réconciliation entre les factions rivales palestiniennes.
« Une percée dans le processus de paix étant improbable », le FMI table sur une croissance de 3,3 % en 2016 (2,7 % en Cisjordanie et 5,5 % à Gaza) et d'environ 3,5 % à moyen terme, « bien trop peu pour changer de manière significative la donne du chômage et améliorer les conditions de vie ».
Fin juin, 26,9 % de la population active était au chômage, environ 2 % de plus qu'un an plus tôt. Rien qu'à Gaza, le chômage dépassait 40 % et affectait près des deux tiers des jeunes, dit le FMI.
Le FMI s'inquiète d'un « cercle vicieux » dans lequel l'apathie économique augmenterait les tensions sociales et sécuritaires, tandis que des « risques importants » peuvent remettre en cause les prévisions de croissance.
Parmi les dangers, le FMI évoque une escalade de la violence, une dérive des dépenses publiques et une remise en cause des relations interbancaires israélo-palestiniennes. Il juge probable un déclin encore plus fort de l'aide internationale, déjà en baisse de 25 % sur un an, après avoir diminué d'un tiers en 2015.
La priorité des autorités palestiniennes doit aller à soulager les pressions dues à un déficit de financement attendu d'au moins 500 millions de dollars, contenir les dépenses et poursuivre les réformes financières structurelles, dit le FMI.
(Source : AFP)

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

Algérie, Irak, Liban : la question du compromis

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants