Rechercher
Rechercher

À La Une - liban

Affaire Abra : le procès d'Assir de nouveau reporté, les parents des soldats dans la rue

L'avocat des familles des soldats, Ziad Bitar, a estimé que "le sang des martyrs de l'Armée appartient au peuple libanais", prévenant que "des centaines de milliers de personnes manifesteront dans les rues".

Le procès du cheikh salafiste Ahmad el-Assir dans le cadre de l'affaire portant sur les affrontements entre des islamistes et l'armée libanaise à Abra, au Liban-Sud, en juin 2013, a une fois de plus été reporté mardi au 18 octobre prochain. Photo d'archives. Mahmoud Zayyat/AFP

Le procès du cheikh salafiste Ahmad el-Assir devant le Tribunal militaire, dans le cadre de l'affaire portant sur les affrontements de Abra (Liban-Sud), a une fois de plus été reporté mardi au 18 octobre prochain.

L'affaire porte sur les affrontements qui avaient eu lieu en juin 2013 dans cette banlieue de la ville de Saïda entre des islamistes menés par le cheikh el-Assir et l'armée libanaise. Recherché depuis cette bataille, Ahmad el-Assir avait été arrêté en août 2015 à l'aéroport de Beyrouth, alors qu'il s'apprêtait à prendre l'avion. La peine de mort avait été requise contre lui par le parquet militaire en février 2014.

Les avocats d'Ahmad el-Assir n'étaient pas présents à l'audience du jour, selon l'Agence nationale d'information (Ani, officielle). Ils reprochent au procureur général près la cour de cassation, Samir Hammoud, de ne pas répondre à la requête envoyée il y a plus de sept mois concernant certaines des personnes impliquées selon eux dans les affrontements de Abra. Lors de l'audience, le cheikh salafiste s'est à nouveau insurgé contre l'absence de membres du Hezbollah qui auraient, selon lui, participé à ces affrontements.

Par ailleurs, les avocats de certaines des personnes arrêtées dans le cadre de cette affaire ont reproché aux avocats de M. Assir de retarder la procédure judiciaire.

Afin de dénoncer les reports répétés de l'audience du cheikh salafiste radical, les parents des soldats tombés lors de la bataille de Abra ont observé mardi un sit-in devant le siège du Tribunal militaire. Après avoir brièvement coupé la route, ils ont exigé de rencontrer le président du tribunal afin de discuter des moyens de mettre un terme aux reports du procès.

L'avocat des familles des soldats, Ziad Bitar, a estimé que "le sang des martyrs de l'Armée appartient au peuple libanais", prévenant que "des centaines de milliers de personnes manifesteront dans les rues".

Le 12 juillet, le procès du cheikh salafiste avait été reporté au 6 septembre. Il avait alors expliqué qu'il n'était pas prêt physiquement et psychologiquement à être auditionné. Il se plaignait souvent des conditions de détention à la prison de Rihaniyé. Fin juillet, le coordinateur de l'Alliance civile islamique au Liban, Ahmad al-Ayoubi, avait affirmé avoir été notifié par le ministre de l'Intérieur, Nouhad Machnouk, du transfert d'Ahmad el-Assir de Rihaniyé vers la prison de Roumieh, et ce "suite à une médiation de l'Alliance et du Conseil des ulémas musulmans".

Ce n'est pas la première fois que les familles des militaires manifestent leur colère devant le Tribunal militaire. En juin dernier, l'avocat des familles avait critiqué les jugements prononcés par le tribunal dans ce dossier. Il avait estimé que "ces verdicts ont été taillés sur mesure en fonction des interventions de chefs politiques et en dépit des preuves de l'implication des accusés dans l'aide aux assassins présumés des soldats". Cette réaction était intervenue une semaine après que le terroriste présumé Naïm Abbas, l'un des cerveaux de plusieurs attentats à la voiture piégée, ait été acquitté dans l'affaire des affrontements de Abra. Le Tribunal militaire avait en outre condamné 54 détenus à des peines allant de deux à dix ans d'emprisonnement.

 

 

Pour mémoire
Assir devant ses juges : On veut me tuer lentement


Le procès du cheikh salafiste Ahmad el-Assir devant le Tribunal militaire, dans le cadre de l'affaire portant sur les affrontements de Abra (Liban-Sud), a une fois de plus été reporté mardi au 18 octobre prochain.
L'affaire porte sur les affrontements qui avaient eu lieu en juin 2013 dans cette banlieue de la ville de Saïda entre des islamistes menés par le cheikh el-Assir et l'armée...

commentaires (2)

D,EL ASSIR CA DEVIENT EL TAWIL...

L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION

14 h 24, le 06 septembre 2016

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • D,EL ASSIR CA DEVIENT EL TAWIL...

    L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION

    14 h 24, le 06 septembre 2016

  • Il serait dommage de lui couper le sifflet à ce clown/wazwaz ! Il aurait fait une carrière au cirque d'hiver , ou mieux pourquoi pas aux élections américaines où franchement il n'a rien à envier aux 2 candidats actuels ...lol...

    FRIK-A-FRAK

    13 h 18, le 06 septembre 2016

Retour en haut