X

Culture

Aurélien Zouki : « Une maison à la croisée des cultures »

Initiative

Depuis sa création, le Collectif Kahraba rêvait de ce projet, de cette maison qui accueillerait principalement les arts de la scène. Ce samedi, le rêve devient réalité et la première pierre de « Hammana Artist House » sera posée.

22/07/2016

Pour Aurélien Zouki – homme de théâtre franco-libanais et cofondateur du Collectif Kahraba, ayant fait ses études à Paris et revenu au Liban après 2006 –, il était essentiel de partager son expérience avec les gens de son pays et de faire partie de la dynamique locale. Après la création de multiples spectacles, mobiles et itinérants, dans toutes les régions du Liban et après l'élaboration d'un festival baptisé Nehna wel amar wel jiran, l'initiative du banquier et mécène Robert Eid tombait à point. Ayant accepté la proposition du Collectif parmi tant d'autres, Eid promet d'entamer les travaux d'aménagement de la maison de Hammana, qui portera certainement un autre nom, et ceci sous leur surveillance et direction.

« On s'enracine à la croisée des chemins »
« Hammana est une localité qui fait le lien entre le Chouf, le Metn et Chtaura. C'est ce qui nous a interpellés dans ce projet car, depuis notre création, nous avons respecté ce concept de déplacement, de circulation, d'aller au-devant des autres, de leur culture et de leurs réalités. Nous avons eu envie d'être le lien, la traversée, le point de contact, et de le faire savoir aux gens afin d'abattre toute frontière. C'est ainsi que tout notre travail s'est articulé sur la mobilité du spectacle mais toujours dans la même qualité. Le collectif Kahraba porte bien sûr les noms de ses cofondateurs : Éric Deniau, Rima Maroun et Camille Brunel ainsi que moi-même, mais cela sous-entend aussi tous les graphistes, décorateurs et artistes qui gravitent autour de nous. Aussitôt la maison d'artiste à Hammana aménagée, le collectif Kahraba s'y installera de façon permanente afin de bien mener ses projets et ceux des autres artistes, que la maison accueillera. »

« Proposer un rythme de temps particulier pour la créativité »
« L'idée vient de Robert Eid, propriétaire de cette maison et mécène. Il avait envie de lancer un projet artistique et culturel. Un centre qui pourrait servir de pôle des arts. Vu son expertise du milieu théâtral – et l'impact que cette dernière pourrait avoir sur l'aménagement des pièces –, le Collectif Kahraba a été chargé de diriger ce centre et de penser à un aménagement global avec, même, des extensions au bâtiment. Le projet qui a démarré il y a deux ans comporte également un chapitre sur les résidences d'artistes, chose qui manquait beaucoup au Liban. En outre, il fallait concevoir comment cette maison pouvait accueillir, sur deux ou trois semaines, une compagnie de plusieurs personnes pouvant dormir et manger sur place, et être vraiment à l'écart de la ville, dans un temps et un rythme différents. »

Profil final de la maison d'artiste de Hammana ?
« Il y aura d'abord un théâtre aménagé de façon à ce qu'il fonctionne en hiver en mode fermé alors qu'en été, on pourrait ouvrir une des façades et installer des gradins extérieurs. À l'intérieur de la maison, il y aura des chambres pour accueillir les artistes, une cuisine professionnelle réservée au public auquel on propose un moment de détente avant les spectacles. Il y aura également une grande salle principale qui sera la plus modulable possible et qui pourra accueillir de petits concerts, des conférences ou encore des expositions. De plus, un atelier de scénographie est prévu, où l'on pourra travailler le bois, le métal, les marionnettes, et qui comportera divers outillages comme des scies, des machines à coudre... pour que la troupe présente ait tout le matériel nécessaire pour son spectacle. »

« ... Dans la continuité de notre travail »
Cette maison s'adresse d'abord à tous les artistes locaux, notamment les groupes musicaux et les compagnies théâtrales qui aimeraient non seulement présenter des spectacles, mais aussi assurer les répétitions derrière ces murs. En second lieu, cette maison a pour objectif d'établir des ponts avec l'Ouest et l'Est, où le Liban trouve beaucoup d'affinités culturelles. Enfin, le Collectif Kahraba, qui sera installé en permanence à Hammana, n'abandonnera pas son festival Nehna wel amar wel jiran auquel il tient, mais entreprendra de continuer à s'imprégner des différents tissus sociaux et en être l'écho dans les différentes régions du Liban.

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants