X

Moyen Orient et Monde

À Erevan, une prise d’otages par un groupe armé fait un mort

Arménie

Les assaillants exigeaient la libération d'un leader de l'opposition, ainsi que la démission du président Serge Sarkissian.

OLJ
18/07/2016

Un policier a été tué hier lors de l'attaque d'un bâtiment de la police à Erevan par un groupe armé lié à un leader d'opposition emprisonné, et qui a pris plusieurs personnes en otages. « Un groupe d'hommes armés est entré dans le bâtiment d'un régiment de la police à Erevan et retient des otages », a annoncé le Service national de sécurité (SNS) arménien. L'un des assaillants a affirmé que, parmi les otages, figurait le chef adjoint de la police nationale. « Un policier a été tué et deux autres blessés. Deux otages ont été libérés », a-t-il ajouté.
« (Le président Serge) Sarkissian doit démissionner », a écrit sur Facebook l'un des assaillants, Varoujan Avetissian. Ce dernier a affirmé que deux hauts gradés, le chef adjoint de la police nationale, Vardan Egiazaryan, et le chef adjoint de la police de Erevan, Valeri Osipyan, faisaient partie des otages. Il a également indiqué que l'un des assaillants, Tatul Tamrazyan, avait été « grièvement blessé ».
Selon les médias arméniens, les attaquants demandent la libération de Jiraïr Sefilian, homme politique d'opposition arrêté le mois dernier et accusé de détention d'armes. D'origine arménienne, Jiraïr Sefilian est né au Liban, où il a combattu au cours de la guerre civile dans les années 1980. Il a ensuite déménagé en Arménie pour prendre part à la guerre contre l'Azerbaïdjan pour le contrôle de la région disputée du Haut-Karabakh. En 2006, il avait également été emprisonné pour 18 mois après avoir appelé à « renverser le gouvernement par la violence ».
Le groupe a ensuite publié une vidéo sur Facebook, appelant les Arméniens à descendre dans la rue pour manifester contre le gouvernement. Les images montrent plusieurs hommes en gilet pare-balles et armés de kalachnikovs ainsi que des otages. « Nous faisons ça pour vous. Descendez dans la rue ! Nous demandons la libération de tous les prisonniers politiques », déclare l'un des assaillants dans la vidéo. « Rejoignez-nous ! Pour le moment, nous tenons les positions. Nous allons tenir aussi longtemps que nous le pouvons », affirme un autre.

Riposte de l'armée et de la police
L'armée et la police ont pour leur part pris position dans les rues adjacentes au bâtiment de la police avec des voitures et des blindés, selon un photographe sur place. Un haut responsable de la police, Hunan Pogosyan, a déclaré aux journalistes que des négociations étaient en cours avec les assaillants. « La police a les moyens nécessaires et nous prendrons des actions rapides et préventives pour les liquider s'ils ne nous écoutent pas », a-t-il lancé.
De son côté, la présidence a indiqué dans un communiqué que le président Serge Sarkissian « a été informé de la situation ». « Les forces de l'ordre ont entièrement le contrôle de la situation et prennent toutes les mesures nécessaires pour la résoudre », indique le texte. « L'État arménien continue à opérer normalement, et la police continue à protéger l'ordre public et assurer la sécurité », a déclaré le SNS, démentant les rumeurs de coup d'État courant sur les réseaux sociaux.

(Source : AFP)

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants