Liban

Les attentats de Qaa à la sauce politique

Décryptage
05/07/2016

Les attentats de Qaa continuent d'occuper les scènes médiatique et politique, chaque partie les interprétant selon ses intérêts politiques propres. Les divergences portent sur deux points essentiels : l'objectif réel des kamikazes et leur lieu d'origine.

Concernant la destination finale, le premier à réagir avait été le chef des Forces libanaises Samir Geagea qui avait commencé par affirmer que Qaa n'est pas l'objectif des kamikazes. Cette réaction avait été interprétée par les milieux du 8 Mars comme une façon indirecte de justifier les attentats en laissant entendre qu'ils étaient destinés à des régions chiites en riposte à l'intervention du Hezbollah dans les combats en Syrie. Après la seconde vague d'attentats, le soir même, le chef des Forces libanaises s'était rétracté avant de revenir à la charge dans un entretien accordé hier au quotidien al-Akhbar. Dans cet entretien, Geagea a donc réaffirmé que Qaa n'était pas la cible des kamikazes et ceux-ci ont dû se faire sauter parce qu'ils ont été découverts par un des habitants. Concernant les attentats du soir, Geagea a estimé que ces quatre kamikazes faisaient partie du même groupe que celui du matin et ils se sont fait exploser parce qu'ils se sont retrouvés isolés...

 

(Lire aussi : Salam : La bataille contre le terrorisme sera longue)

 

D'un côté, il s'agit donc pour le chef des FL et ceux qui défendent cette thèse de rassurer les chrétiens des villages frontaliers en essayant de les convaincre qu'ils ne sont pas la cible prioritaire de Daech et de ses semblables. De l'autre, il s'agit de dénoncer l'intervention militaire du Hezbollah en Syrie, pour la rendre responsable de la volonté de Daech de s'étendre au Liban, alimentant ainsi la polémique politique. Mais plus important que ces objectifs, le souci principal du camp hostile au Hezbollah est de l'empêcher de faire croire aux chrétiens, et aux Libanais en général, que la menace que représente Daech est collective et englobe tout le Liban, confortant ainsi la thèse défendue par le Hezbollah qui affirme contribuer à la protection et la défense du pays et de sa population, toutes confessions confondues.

Il faut toutefois signaler, dans ce contexte, que le responsable des Forces libanaises, le général à la retraite Wehbé Katicha, a de son côté estimé que les kamikazes et ceux qui les manipulent souhaitaient transformer Qaa en un nouveau Nahr el-Bared (en 2007 ce camp palestinien était devenu le fief du groupe terroriste islamiste Fateh el-islam. Ce qui a contraint l'armée à mener une bataille de trois mois pour défaire ce groupe). Selon Katicha, il s'agissait donc de commencer par attaquer le barrage de l'armée devant la bourgade avant de prendre le contrôle de celle-ci en terrorisant la population pour la pousser à fuir...

 

(Lire aussi : L'armée et les FSI en état d'alerte pour le Fitr)

 

La thèse qui réfute le fait que Qaa soit la destination finale des kamikazes est donc brandie par le camp hostile au Hezbollah. C'est aussi ce camp, dans son sens large, qui privilégie la thèse selon laquelle les kamikazes seraient venus de Syrie. Les raisons qui poussent ce camp à adopter cette thèse sont multiples : si les kamikazes sont venus de Syrie, cela signifie qu'ils n'étaient pas installés en territoire libanais et que ce n'est pas là qu'ils avaient planifié les attentats et préparé leurs ceintures explosives.

Cette version est donc plus rassurante pour la population. Ensuite, et c'est une raison très significative, dire qu'ils étaient au Liban, forcément donc dans des camps de déplacés syriens tout proches des localités habitées, comme Qaa ou Ersal, pourrait exacerber la colère des Libanais contre les déplacés et entraîner des réactions racistes qui ne sont pas dans l'intérêt du pays, ni bien sûr dans celui des réfugiés, sans oublier le fait qu'elles sont vivement condamnées par la communauté internationale.

C'est d'ailleurs un des messages délivrés par les responsables occidentaux en visite au Liban, le dernier en date étant le ministre danois des Affaires étrangères qui a clairement demandé à ses interlocuteurs officiels libanais de ne pas laisser la grogne et la peur des citoyens se retourner contre les déplacés syriens. Ce que les diplomates ne disent pas, c'est que si les déplacés syriens sont maltraités au Liban, ils risquent de vouloir se réfugier sous des cieux plus cléments, notamment en Europe...

Mais le fait de dire que les kamikazes viennent de Syrie a aussi une autre raison : il s'agit de faire taire les demandes de plus en plus précises, faites à l'armée libanaise, de nettoyer « les poches » de combattants extrémistes dans les jurds de Qaa, de Ersal, de Ras Baalbeck et d'autres localités, en territoire libanais. Or, il semble que depuis les premiers affrontements de Ersal, il y a bientôt deux ans, l'armée n'a jamais eu un mandat clair pour en finir avec ces poches, tantôt pour cause de présence de camps de déplacés à proximité et tantôt pour ménager les sensibilités de la population sunnite de Ersal. Depuis les élections municipales et le vote de Ersal contre ceux qui avaient des positions ambiguës à l'égard des extrémistes, il aurait dû être plus aisé de donner des instructions précises à l'armée. Mais rien n'a été fait. Au point que les milieux du 8 Mars accusent le camp du 14 Mars de vouloir maintenir béante la plaie que constituent ces poches et leur environnement, pour garder la pression sur le Hezbollah...

Une semaine après les attentats de Qaa, la tension est un peu retombée, grâce notamment aux propos rassurants du secrétaire général du Hezbollah dans son dernier discours, sur le fait que la sécurité reste bien contrôlée au Liban. Mais la polémique attend la moindre étincelle pour être relancée. Et, faute d'une enquête claire, toutes les versions sont valables et peuvent être exploitées politiquement.

 

Lire aussi

La République en mode « pause » pour la fête du Fitr

Le Hezbollah prône la « coopération entre l'armée et la résistance pour faire face aux terroristes »

 

Conseils internationaux au Liban pour l'adoption de mesures préventives

 

Le spectre terroriste ne hante pas encore le tourisme

 

Perquisitions, couvre-feu et mesures restrictives pour réglementer la présence des réfugiés syriens

 

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ARTICLE ECRIT PRINCIPALEMENT SUR LE HAKIM... CAR SOLLICITE ! 3AL TALAB YIA KHYAR...

Bery tus

votre article .... rien compris .. vous nous relater les positions des FL (75% de l'article) pour ensuite comparer !!

madame ne dites pas vos pensees a demi mot .... on sait tous ce que vous essayer de faire

mais ca marchera pas

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES HOMONOIDES... TARES PAR DESSUS LE MARCHE... COMME TOUS LES TUEURS... LEUR SEMBLABLES... A QUEL COTE QU,ILS APPARTIENNENT... SONT MUS PAR LA HAINE ... ET REAGISSENT PAR REACTIONS AUX ACTIONS DE QUI QUE CE SOIT... TRES CHERE MADAME SCARLETT HADDAD...

AIGLEPERçANT

A travers ce que Scarlett nous dit , la grande question est comment des leaders chrétiens peuvent encore se voiler la face d'autruche , en pensant que les bactéries sont capables d'aller tuer des occidentaux , des africains , des asiatiques , d'aller aussi loin pour commettre leurs actes abjectes , et ne pas avoir envie de le faire à 2 pas de chez eux ?

C'est qu'alors le hezb se trouve aussi en europe en Asie en Afrique et pourquoi pas sur la lune tant qu'à faire .

J'ai une explication , la jalousie de voir un groupe , ma foi, formé de chiites, qui est le seul capable de les éradiquer , et que ce groupe de résistant refuse de voir un héros s'en aller , tandis qu'eux se sentent abandonnés de leurs propres parrains .

Ou alors plus simplement , atteint du syndrome de Stokholm, étonnant qu'on aime autant quelqu'un qui n'hésite pas à vous décapiter.

Le Faucon Pèlerin

On peut disserter longtemps sur les kamikazes, sur el-Kaa, Ersal ou Ras-baalbek. Personne n'a pense à dire que la mission de la Finul était initialement d'être déployée à toute la frontière libanaise de Arida à Naqoura en passant par el-Kaa, Ersal et Ras-Baalbek. Mais de cela, personne n'en parle.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL FAUT ETRE ET AVEUGLE ET OBTUS ET SUPER FANATIQUE POUR NE PAS ADMETTRE QUE CE SONT DES REACTIONS AUX ACTIONS.... UN POINT C,EST TOUT !

Tabet Ibrahim

Les réfugiés syriens représentent une menace existentielle pour le Liban. Non seulement sur le plan démographique et de l’équilibre communautaire, mais sur le plan sécuritaire dans la mesure où ils constituent un refuge pour les jihadistes et un vivier potentiel de terrorisme. Bien que je sois contre le Hezbollah, la présence des réfugiés syriens au Liban n’est pas liée à son intervention en Syrie. Et les Jihadistes éprouvent presque autant de haine pour les chrétiens que pour les chiites. Quant au regain de sollicitude des Européens envers le Liban, il est principalement dicté par leur souci de les voir rester sur son sol. (Ce commentaire ne signifie pas que j'approuve les articles le plus souvent tentieux de madame Haddad)

Massabki Alice

toute une zone non contrôlée par l'état libanais, quand on parle du jurd de ersal.
de plus il y-a un quartier qui s'appelle la rue des cafés.
qui dit mieux?

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Liban invité à Astana : une reconnaissance de la priorité du dossier des réfugiés syriens

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants