X

Culture

Comment photographier une mémoire qui s’étiole ?

Exposition

Dans ses « Polygraphed memories », le Libano-Canadien Marc-Charbel Mattar représente des événements vécus par ses amis. Ou comment s'approprier, puis raconter, les histoires d'autrui...

C.F. | OLJ
25/06/2016

Le photographe Marc-Charbel Mattar transforme la galerie Artspace à Hamra en un lieu chargé de mémoires et de souvenirs. Les œuvres photographiques sont placées au milieu de la salle. Elles sont encadrées, côté face comme côté pile, dans du verre. Le visiteur peut ainsi contempler les personnages en 360 degrés. Alors que le dos des amis photographiés apparaît neutre, la face, elle, est jonchée d'éléments divers et variés, autant d'indices qui se rapportent à l'histoire personnelle de chacun. L'une des œuvres est marquée par un fait divers : le crash d'un avion à destination du Liban. À son bord, le père de l'un des meilleurs amis de l'artiste. Ce dernier confie que son ami « raconte l'histoire du crash d'une façon différente tous les deux ans. La manière dont il me l'a racontée la première fois n'a plus rien à voir avec la version actuelle », note-t-il.
Le photographe estime qu'il est impossible de capturer des souvenirs qui pourront être constamment modifiés par des expériences vécues au cours d'une vie. Ainsi, une image très personnelle des réminiscences se (re)crée en fonction des attentes et des besoins de tout un chacun. La mission du photographe a été de conserver « ce processus de décoloration de cette mémoire », car la photographie est un travail qui incarne justement cette mémoire qui disparaît. Le visiteur est invité à interpréter, sentir, évaluer, sympathiser avec chaque couche de la réalité et surtout effectuer une polygraphie de ces histoires.

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

À Baabda, un Conseil des ministres sous pressions internes et externes

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants