X

Campus

Sécurité routière : parler le langage des jeunes

Sensibilisation

L'Université libano-canadienne (LCU) a attribué les prix de la meilleure affiche sur la sécurité routière aux trois étudiants en graphisme lauréats de son concours « Accidents... Leçons pour la vie », lors d'une conférence organisée le mois passé sur son campus à Aïntoura.

10/06/2016

« Ce concours s'inscrit dans le cadre des initiatives qu'entreprend la LCU afin de faire prendre conscience à ses étudiants des problèmes sociaux », précise Mia Kaï, professeure à la LCU chargée du cours communication créative, qui a supervisé le concours. Cette compétition avait deux buts : sensibiliser les étudiants aux accidents de la route et leur apprendre à élaborer une campagne positive et « trendy » qui respecte les normes de la communication en publicité afin qu'ils puissent par la suite contribuer eux-mêmes à une meilleure médiatisation de cette cause.
Les panneaux routiers conçus par les 10 candidats ont été examinés par un jury composé de : Mme Léna Gébrane, vice-présidente de l'association de prévention des accidents de la route Kunhadi, le colonel Joseph Moussallem, chef du département des relations publiques au sein des Forces de sécurité intérieure (FSI), Mme Rita Moukarzel, présidente du syndicat du graphisme et de l'illustration au Liban, le Dr Rony Abi Nakhlé, président de la LCU, M. Patrick Tarabay, professeur à la LCU, et Mme Kaï.
Selon Mme Rita Moukarzel, les critères d'évaluation des campagnes étaient la clarté, la force du choc et la rapidité de réception du message véhiculé par chaque affiche. La présidente du syndicat du graphisme et de l'illustration au Liban explique : « Les étudiants étaient appelés à susciter un choc avec moins de texte et plus d'images », avant d'ajouter : « Une image réussit à transmettre un message fort en quelques secondes, contrairement à un texte où le message risque de se diluer. »

« Si elle t'aime, elle t'attendra »
« Les accidents de la route affectent principalement les jeunes. Pour que le message véhiculé par l'affiche les touche, il faut qu'il soit divertissant, drôle et non moralisateur », estime John Khoueiry, lauréat du premier prix. L'étudiant en 3e année de graphisme a élaboré une campagne de quatre affiches dans lesquelles les messages semblent faire partie d'une conversation entretenue entre de jeunes Libanais. Le premier panneau évoque le texto au volant. On y lit : « Si elle t'aime, elle t'attendra. Sinon pourquoi as-tu hâte de dialoguer avec elle en conduisant ? » Le message transmis par le deuxième panneau porte la recommandation suivante : « Conduis comme si ta mère t'accompagne. » Celui du troisième panneau présente l'inscription : « Conduis de façon à pouvoir lire cette affiche. » Enfin, une quatrième affiche sur laquelle John a inscrit « Combien de panneaux routiers as-tu encore besoin de voir pour comprendre ? » accompagne chacune des affiches précédentes. Le graphiste en herbe qui a survécu, il y a deux ans, à un accident de la route causé par un jeune homme ivre et « irresponsable » conduisant à haute vitesse espère que son cri trouvera un écho chez les jeunes.
Selon Waël Barbar, lauréat du deuxième prix, les jeunes qui conduisent à une vitesse excessive et se vantent de leur capacité à pouvoir contrôler leurs voitures sont nombreux. Pour cela, il a choisi de mettre en évidence dans son affiche les dangers de la vitesse au volant en marquant progressivement les conséquences de chaque accélération jusqu'au risque de décès.
Dans sa campagne, Maria Eid, lauréate du troisième prix, a, elle, choisi de transmettre son message d'une manière amusante en faisant allusion aux plaisirs charnels. « J'ai investi dans ce travail des connaissances en rapport avec la psychologie de la publicité, la communication et le marketing que j'ai acquises au cours de mes études en graphisme », explique la jeune fille de 21 ans.

Graphisme et causes sociales
Alors que la plupart des étudiants ont obéi à la consigne en créant des affiches, Riad Salameh et Georges Chamoun se sont différenciés de leurs collègues. « Nous voulions que notre campagne inclut toutes les causes des accidents de la route. Pour cela, nous avons réalisé une vidéo qui transmet un seul message : évitez tout cela » explique Riad. Pour élaborer ce petit film, Georges explique qu'ils se sont basés sur les connaissances acquises dans le cadre d'un cours en Adobe after effects.
Les affiches et la vidéo ont été offertes au département des relations publiques des FSI et à Kunhadi comme un message de solidarité dans la lutte contre les accidents de la route. Une solidarité qui émane de la conviction unanime des étudiants que leur métier n'est pas uniquement consacré au marketing des produits commerciaux, mais aussi à la sensibilisation aux causes sociales. Maria l'exprime bien en concluant : « Les graphistes peuvent sauver une vie avec leurs posters. »

À la une

Retour à la page "Campus"

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué