X

Disparus de la guerre civile : S'ils pouvaient témoigner...

« En 1982, en un instant, notre famille a été emportée »

Pour préserver l'espoir

Pour que la cause des personnes disparues au Liban ne tombe pas dans l'oubli, l'ONG Act for the Disappeared a lancé le projet « Fus'hat amal » *. Dans ce cadre, nous publions une série de témoignages fictifs qu'auraient apportés des Libanais arrachés à leur milieu familial et social.

OLJ
13/04/2016

Mon nom est Iitidal. Je suis la maman de deux filles et de quatre garçons.
Élever six enfants dans un pays en guerre n'a pas été facile, mais j'étais une personne très optimiste. Mon mari, Walid, et moi faisions de notre mieux pour mener une vie heureuse et pour offrir à nos enfants une enfance joyeuse.
Walid avait un magasin de meubles. Moi, je m'occupais de nos enfants. Dès que j'avais un moment libre, je faisais de la broderie. C'était une passion. J'avais l'habitude d'offrir mon travail au centre Inaach qui venait en aide aux personnes vivant dans le besoin.
En 1982, en un instant, notre famille a été emportée. Mon mari et mon plus jeune fils, Mahmoud, ont été enlevés sur la route reliant Wadi al-Zeini à Saïda. Ils se rendaient chez ma belle-mère. Mahmoud n'avait que 9 ans. Il adorait jouer au football.
Depuis leur enlèvement, j'ai passé chaque jour à les chercher. Je n'arrivais plus à dormir. J'imaginais tous les scénarios possibles. Je pouvais même entendre Mahmoud m'appeler à l'aide. Un mois après, alors que j'essayais désespérément d'entrer en contact avec les différentes milices pour obtenir des réponses, j'ai été kidnappée à mon tour.
Personne n'a jamais su ce qu'il nous était arrivé à nous trois. Mes cinq enfants, Dalal, Fatima, Khaled, Maher et Wissam sont restés seuls. Ils ont dû grandir sans leur mère et leur père. J'aurais voulu pouvoir les protéger de la guerre et leur éviter toute cette souffrance.
Ne laissez pas notre histoire s'interrompre ici.

 

* « Fus'hat amal » est une plateforme numérique qui rassemble les histoires des personnes disparues au Liban. Le projet est financé par le Comité international de la Croix-Rouge, l'Union européenne, le National Endowment for Democracy et la Fondation Robert Bosch.
Des histoires d'autres personnes ayant disparu durant la guerre sont disponibles sur le site Web de Fus'hat amal à l'adresse: www.fushatamal.org
Si vous êtes un proche d'une personne disparue, vous pouvez partager son histoire sur le site du projet ou contacter Act for the Disappeared aux 01/443104, 76/933306.

À la une

Retour au dossier "Disparus de la guerre civile : S'ils pouvaient témoigner..."

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

Échec au roi...

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué