Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Le célèbre artiste dissident chinois Ai Weiwei à Beyrouth

Ai Weiwei dans les rues de Beyrouth. Photo tirée de son compte Instagram

L'artiste dissident chinois Ai Weiwei était à Beyrouth mercredi. Nadim Houry, directeur adjoint de Human rights watch (HRW) pour le Moyen-Orient, a salué le travail de l'artiste via son compte twitter. "Ai Weiwei dans nos bureaux ce matin. Je suis fan de son travail et de son engagement pour les droits de l'Homme et surtout ceux des réfugiés", a écrit M. Houry dans un tweet accompagné d'une photo de lui avec Ai Weiwei.

 

 

Le Carnegie Middle East Center à Beyrouth, a également posté une photo de Maha Yahya accompagnée d'Ai Weiwei. "Nous souhaitons remercier l'artiste Ai Weiwei qui a interviewé notre directrice Maha Yahya au sujet le crise des réfugiés", écrit le centre.

 

 

 

Les détails de son emploi du temps dans la capitale libanaise n'étaient pas immédiatement connus.

 

Depuis qu'il a récupéré, en août dernier, son passeport, Ai Weiwei sillonne le monde et multiplie les installations militantes. Ces derniers temps, l'artiste chinois consacre son militantisme artistique à la cause des réfugiés.

En février dernier, il signait une installation dans le cadre de la 66e Berlinale. Le temps du festival du film de Berlin, la colonnade du Konzerthaus de Berlin avait été couverte de quelque 14 000 gilets de sauvetage usagés, donnés par les autorités grecques. L'artiste chinois avait également distribué des couvertures de survie aux festivaliers de la Berlinale.

Quelques jours plus tôt, dans une mise en scène qui avait suscité une certaine polémique, Ai Weiwei avait recréé la photo de la noyade du petit réfugié syrien, Aylan Kurdi. Le 2 septembre 2015, une embarcation surchargée de réfugiés syriens avait chaviré au large de la station balnéaire turque de Bodrum alors qu'elle tentait de rallier l'île grecque de Kos. Douze d'entre eux, dont Aylan, avaient trouvé la mort. La mort du petit garçon était devenue un symbole planétaire du drame des migrants.

L'artiste dissident chinois s'était lui-même mis en scène sur une plage de l'île de Lesbos, en Grèce, point de passage de milliers de réfugiés vers l'Europe.

 

 

Fin janvier, Ai Weiwei avait également annoncé le retrait de ses œuvres du musée d'art moderne ARoS à Aarhus, au Danemark. Une décision radicale visant à marquer son rejet de la décision prise par le Parlement danois, le 26 janvier, de saisir les biens des réfugiés au delà d'une valeur de 1300 euros.

 

Sur son compte Instagram, l'artiste a posté plusieurs clichés de sa visite à Beyrouth.

 

 

A photo posted by Ai Weiwei (@aiww) on Apr 5, 2016 at 11:25pm PDT

 

 

 

L'artiste dissident chinois Ai Weiwei était à Beyrouth mercredi. Nadim Houry, directeur adjoint de Human rights watch (HRW) pour le Moyen-Orient, a salué le travail de l'artiste via son compte twitter. "Ai Weiwei dans nos bureaux ce matin. Je suis fan de son travail et de son engagement pour les droits de l'Homme et surtout ceux des réfugiés", a écrit M. Houry dans un tweet accompagné...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut