X

Spécial Crise des déchets

Pour des solutions diversifiées et innovantes

OLJ
31/03/2016

Au terme d'une période de huit mois marquée par des rues inondées d'ordures ménagères, celles-ci sont finalement collectées pour être emmenées à la décharge de Naamé, dans le cadre du plan de sortie de crise adopté récemment par le gouvernement. La solution ainsi avalisée – qui a mis fin, il faut bien le reconnaître, à une (très) longue attente désespérée et angoissée des Libanais – a fait grincer bien des dents, en dépit du fait que, malgré tout, elle a tourné la page du cauchemar des dépotoirs sauvages qui se sont répandus par centaines dans les villages du Mont-Liban et les quartiers du Grand Beyrouth. Le problème des déchets ménagers est-il radicalement et définitivement réglé pour autant ? Rien n'est moins sûr puisque l'on demeure dans la logique du plan d'urgence, et que l'avenir reste incertain.

C'est dans ce contexte que L'Orient-Le Jour se propose de lancer, avec ce Spécial comme point de départ, une démarche médiatique soutenue visant à mettre en valeur, lorsque le cas se présente, les initiatives positives entreprises à travers le pays dans le domaine du traitement des ordures ménagères. D'autant que le dernier plan d'urgence adopté par le gouvernement présente, contrairement à celui adopté en 1997, et en dépit de nombreuses lacunes, un grand avantage : celui de donner aux municipalités et aux collectivités locales le choix d'entreprendre des projets ne dépendant pas des solutions centralisées proposées par l'État.
Le succès sera-t-il au rendez-vous ? Les fonds alloués aux municipalités leur seront-ils versés pour qu'elles puissent, si elles le souhaitent, atteindre une certaine autonomie dans le domaine de la gestion des déchets ? Combien d'entre elles feront-elles cet effort ? Autant de questions qui se posent constamment et qui placent la presse et les médias face à leurs responsabilités dans l'objectif de soutenir les initiatives locales.

Comme première étape, il demeure nécessaire de tirer les leçons de cette crise des déchets qui a constitué un échec cuisant autant pour le gouvernement (qui s'est retrouvé avec un nouveau plan d'urgence ne couvrant qu'une partie du Liban, au lieu du plan durable qu'il promettait à la population) que pour la société civile dans ses multiples composantes, qui n'a pas su avancer des propositions constructives et réalisables – se cantonnant, le plus souvent, dans un négativisme obstructionniste – et qui n'a pas su aussi faire valoir les valeurs fondamentales qu'elle se proposait de défendre.
Mais au-delà des échecs et des perspectives offertes par les nouvelles solutions centralisées (notamment les incinérateurs), le progrès dans la gestion locale des déchets reste un combat de longue haleine, mené par des soldats souvent inconnus et méconnus. C'est à eux que revient le mérite de changer les mentalités, de faire un pas de géant vers l'avenir.
De fait, le problème des déchets n'est pas qu'un casse-tête au Liban (même s'il a été mêlé, dans ce pays, aux différentes failles du système). Il représente en quelque sorte l'un des grands problèmes « culturels » de notre temps, si l'on peut s'exprimer ainsi. Ce que le gouvernement a souvent négligé, et qu'il est de notre devoir de mettre en évidence dans ces colonnes, c'est que ce problème-là est l'affaire de tous. Il doit être réglé de manière rationnelle et sereine, loin des surenchères et de l'effervescence qui ont régné jusque-là.

Ce Spécial présente un historique de la crise des déchets ainsi que l'impact de cette crise au plan de la santé, avant d'exposer des expériences pilotes mises en chantier dans ce domaine ainsi que les deux programmes lancés par l'Union européenne au bénéfice des régions périphériques. Il marque dans ce cadre le coup d'envoi d'une série d'articles et de reportages, étalés dans le temps et portant sur des projets privés ou municipaux, qui seront mis en relief dans la mesure où ils constitueront des solutions possibles et innovantes, adaptées aux besoins des communautés locales, dans le respect des normes universellement reconnues de l'environnement.

 

 

Lire dans notre dossier spécial

Le goût amer de la « délivrance », par Suzanne Baaklini

Des effets nocifs qui s'inscrivent dans la durée, mais difficilement quantifiables, faute d'études à l'échelle nationale, par Nada Merhi

Deux programmes de l'UE permettront de traiter, dans les régions périphériques, 43 % des déchets solides du pays, par Zeina Antonios

Une expérience pilote lancée par l'ABC pour initier le tri à la source

Un cas type de décentralisation à Bickfaya-Mhaidsé, par Benoît Durand

À Tabarja, une juriste et un commerçant paraplégique contournent la paralysie gouvernementale, par Rania Raad Tawk

Au Chouf, les municipalités ont trouvé une solution alternative à Sukleen : ChouClean, par Maylis Darras

Le CDR dans le collimateur

À la une

Retour au dossier "Spécial Crise des déchets"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE JOUR DU -SABAT- ON DIT BIEN LES CHOSES...

George Sabat

AVANT DE PARLER DE SOLUTIONS INNOVANTES
275 JOURS APRES LA FERMETURE DE NAAME ET LE TRI N’A MEME PAS COMMENCE
Ce que je n'arrive pas à comprendre c'est que, malgré toute leur intelligence, aucun Libanais ou Libanaise n'ont réalisé qu'après 275 jours de "PAGAILLE“ au Liban concernant les déchets, PERSONNE dans notre pays, n'ait pense à demander au Premier Ministre, au Ministre de l'Environnement, au Ministre de la Sante ou à n'importe quel député, si leurs femmes se préoccupaient de trier les déchets chez elles, à la maison, et dans un pareil cas, quelles étaient les couleurs des sacs qu'elles employaient pour y déposer les déchets compostables, recyclables ou médicaux? Je fais cette remarque pour démontrer combien nous sommes tous IMBECILES au Liban, à commencer par nos dirigeants. 275 jours se sont passés en arguments stupides, et PERSONNE n'a pensé à se mettre d'accord avec l'autre sur la COULEUR DES SACS A UTILISER. Ceci vous montre combien les Libanais sont intelligents!!!!!!!!!! Ils parlent de TRI, mais ils ne savent même pas ce que le mot veut dire. "YA TEH3TIRI!"
.

George Sabat

Mes amis, je suis fatigue de lire des commentaires, des declarations, et des propositions sans fin,en matiere de traitement des dechets. Pour moi, il faut avant tout, commencer par le commencement, c'est a dire le tri a la source. Parallelement, il faudrait aussi verifier la"fin", c'est a dire les objectif desires. C'est uniquement en alliant ces deux visions, celle du depart, et celle de l'arrivee, que l'on pourrait echaffauder un projet qui se tienne, qui soit realisable economiquement,et qui puisse fournir le maximum de garanties possibles a la sante du citoyen. Oui, messieurs, dames, ce n'est pas plus sorcier que cela. Avons-nous decide de nous mettre a l'ouvrage pour le pondre, ce projet?

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La lutte contre la corruption, en tête des priorités du nouveau gouvernement

Pause verte de Suzanne BAAKLINI

Lutte contre les carrières illégales : le génie est enfin sorti de sa lampe !

Les matchs d’aujourd’hui

  • Colombie
    Japon

    19/06

    15h00 (GMT+3)

  • Pologne
    Sénégal

    19/06

    18h00 (GMT+3)

  • Russie
    Egypte

    19/06

    21h00 (GMT+3)

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué