X

Spécial Crise des déchets

Une expérience pilote lancée par l’ABC pour initier le tri à la source

La direction de l'ABC a lancé ces derniers mois plusieurs initiatives dans les centres d'Achrafieh et de Dbayeh afin de contribuer à promouvoir la culture de sauvegarde de l'environnement.

OLJ
31/03/2016

En réponse à la crise des déchets, l'ABC a lancé en août dernier, dans ses centres commerciaux à Achrafieh et Dbayeh, sa campagne de gestion des ordures sous le thème « Join the cycle ». Son objectif est d'encourager les Libanais aux bonnes pratiques du recyclage et de mener ainsi un changement positif au sein de la communauté libanaise. Cette initiative de gestion des déchets s'inscrit dans le cadre de la vision globale de l'ABC concernant la responsabilité sociale des entreprises (RSE).
Ainsi, en collaboration avec Zero Waste Act, une initiative de Contra International, l'ABC recycle ses déchets et les compresse, réduisant donc leur volume. À cet effet, des bacs de recyclage ont été installés dans les deux centres commerciaux de l'ABC où le tri peut se faire. Cette initiative de gestion des déchets vise à réduire et minimiser les déchets du centre commercial, y compris ceux des employés, des locataires et des clients.


L'ABC a également réussi à impliquer toutes les boutiques et tous les restaurants de ses centres commerciaux ainsi que son administration, son équipe de direction et les employés.
Les bacs de recyclage installés à l'ABC à l'usage des clients permettent aux visiteurs de faire un premier tri en séparant les produits recyclables de ceux organiques. Sur les bacs sont inscrites toutes les informations qui permettent aux visiteurs de classifier les matériaux. Ce premier tri est important pour instaurer les bonnes pratiques de recyclage au sein de la communauté.
Toutes ces actions ont contribué au succès de ce projet et à la réalisation de résultats positifs.
Après avoir recueilli les déchets triés (sauf le verre) par les clients, les employés, les boutiques et les restaurants, Zero Waste Act procède à un deuxième tri pour s'assurer que la séparation des déchets est correcte. Ensuite, elle les transporte dans ses dépôts où elle divise les matériaux en plastique, en papier et en métal, respectivement en sept, cinq et trois catégories.


Les matériaux sont ensuite compressés sous forme de cubes et envoyés dans des usines de recyclage.
Grâce à son programme de gestion des ordures, l'ABC a recyclé plus de 100 000 kg de déchets sur une période de cinq mois en 2015. Cela est l'équivalent de huit fois la quantité recyclée durant la même période dans une municipalité comptant 800 personnes.

 

Le projet de centrale photovoltaïque
Sur un tout autre plan, et toujours dans un souci de sauvegarde de l'environnement, l'ABC a entamé un projet écologique sans précédent en juin 2015, qui a vu l'installation à l'ABC d'Achrafieh de la plus grande centrale photovoltaïque privée du Liban. À travers ce projet, l'ABC cherche à sensibiliser à l'importance de préserver et de respecter l'environnement.
L'ABC a réussi en 2015 à générer 31 % de l'énergie nécessaire pour alimenter le centre d'Achrafieh, ce qui équivaut aux besoins en énergie de 300 foyers.
L'installation s'étend sur 4 000 mètres carrés. Elle est montée sur des toits plats, ainsi que sur le dôme emblématique de l'ABC, au-dessus de l'entrée des restaurants et du cinéma.
À travers son approche environnementale, ce projet joue un rôle actif dans la motivation d'autres entreprises à adopter des projets similaires et contribuer ainsi à fournir des solutions environnementales novatrices.

 

Des ateliers de sensibilisation
Par ailleurs, l'ABC a organisé durant le mois de mars une série d'ateliers de sensibilisation aux problèmes de l'environnement en collaboration avec Zero Waste Act, Cedars Environment, Terre Liban et arcenciel dans ses centres commerciaux à Achrafieh et Dbayeh. Ces ateliers ont ciblé plus de 500 élèves et les clients des établissements, tous âges confondus. Ils s'inscrivent dans le cadre des efforts déployés par l'ABC pour répandre une conscience environnementale et une culture de tri et de recyclage des déchets au sein de la communauté. Ces ateliers ont aussi pour objectif d'engager le plus grand nombre possible de personnes à créer un plus grand impact environnemental.

 

 

Lire aussi dans notre dossier spécial

Pour des solutions diversifiées et innovantes

Le goût amer de la « délivrance », par Suzanne Baaklini

Des effets nocifs qui s'inscrivent dans la durée, mais difficilement quantifiables, faute d'études à l'échelle nationale, par Nada Merhi

Deux programmes de l'UE permettront de traiter, dans les régions périphériques, 43 % des déchets solides du pays, par Zeina Antonios

Un cas type de décentralisation à Bickfaya-Mhaidsé, par Benoît Durand

À Tabarja, une juriste et un commerçant paraplégique contournent la paralysie gouvernementale, par Rania Raad Tawk

Au Chouf, les municipalités ont trouvé une solution alternative à Sukleen : ChouClean, par Maylis Darras

Le CDR dans le collimateur

À la une

Retour au dossier "Spécial Crise des déchets"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué