X

Liban

Samy Gemayel propose la dépénalisation de l’adultère

Journée internationale des droits des femmes
OLJ
09/03/2016

À l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes, le chef du parti Kataëb, Samy Gemayel, a présenté hier une proposition de loi visant à supprimer les articles du code pénal qui sanctionnent d'emprisonnement la femme adultère. M. Gemayel a voulu par là d'une part consolider l'égalité entre l'homme et la femme devant le code pénal et d'autre part ôter à l'acte d'adultère le caractère criminel.

Dans l'exposé des motifs présenté dans le texte de proposition de la loi figure « la consécration par la Constitution de l'égalité de l'homme et de la femme devant la loi, égalité affirmée par la Déclaration universelle des droits de l'homme à laquelle le Liban adhère ». Le texte précise en outre que le Liban est signataire depuis 1996 de la CEDAW (Convention on the elimination of discrimination against women), convention adoptée par l'Assemblée générale des Nations unies, qui vise à éliminer toute sorte de discrimination de la femme, notamment au niveau de l'application de la loi.

 

(Repère : L'adultère au Liban : que dit la loi ?)


Partant, « il est nécessaire d'abolir toutes les dispositions pénales libanaises qui consacrent une discrimination basée sur le genre », réclame M. Gemayel. Or, souligne-t-il, « en dépit des progrès réalisés ces dernières années au niveau des amendements de lois relatives à la situation de la femme et de ses droits, le Liban demeure en queue de peloton au niveau de l'égalité des sexes, sachant qu'en 2014, un rapport du Forum mondial de l'économie l'a placé parmi les 8 pays au monde qui respectent le moins cette égalité ».
Le document évoque en outre « la mentalité machiste et patriarcale » qui domine la société libanaise, en vertu de laquelle « au Liban, le code pénal donne aux hommes le droit de punir leurs femmes pour adultère alors que, dans le cas contraire, les femmes ne peuvent que demander l'annulation du mariage ». Ce qui, selon M. Gemayel, constitue une injustice flagrante à l'égard du sexe dit faible.

 

(Lire aussi : Les Libanaises invitées à aller à l’assaut des municipales)

 

Décriminaliser l'adultère
Outre l'argument égalitaire, la nécessité de décriminaliser l'acte d'adultère apparaît comme un autre motif pour adopter la loi proposée. L'adultère étant régi par le Code de statut personnel, « il constitue une cause d'annulation du contrat de mariage et non un crime sanctionné par le Code pénal, indique le texte, sachant que ne pas vouloir le considérer comme un crime ne signifie pas pour autant le légaliser ». La proposition de la loi insiste par ailleurs sur la nécessité de « modifier des dispositions obsolètes d'un Code pénal établi en 1943 sur base du Code pénal français de 1810 », soulignant que celles-ci ne sont plus appropriées face à une société qui évolue.
Enfin l'exposé des motifs met l'accent sur la contradiction entre la criminalisation de l'acte d'adultère et le droit à la vie privée. « L'emprisonnement est une sanction publique, relève le document, ce qui conduit à la calomnie et l'humiliation de la femme adultère et de ses enfants ».
À noter que la proposition de M. Gemayel vient compléter plusieurs autres propositions qu'il avait présentées, notamment la loi sur le quota féminin dans les élections législatives, municipales et partisanes, et la loi sur la suppression de la notion de crime d'honneur.

 

Rq : cet article a été modifié le 10/03/2015 pour corriger une erreur sur la teneur du code pénal au sujet de l'adultère.

 

Lire aussi
Où sont les femmes ?, l’édito d’Émilie Sueur

Donner aux femmes les moyens de devenir des agents du changement, la tribune de Ban Ki-moon

Portrait

Fatmé, 17 ans, mariée, un enfant : « Le plus dur, c’est ma nostalgie de l’école et de mes amies ! »

Voir aussi notre vidéo

Une journée dans la vie politique libanaise : mais où sont les femmes (sur les photos...) ?

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL VA AVOIR SUR LE DOS TOUS LES BARBUS... QUI CRAIGNENT D,AVOIR EN SUS DES BARBES... DES CORNES AUSSI...

Henrik Yowakim

Samy Gemayel propose la dépénalisation de l’adultère

QU'IL COMMNENCE PAR PROPOSER LA "CIVILISATION" DE L'ETAT.....CIVIL PIEGEE PAR LES RELIGIONS

TOUT LE RESTE MARIAGE CIVIL,DEPENALISATION DE L'ADULTERE ET AUTRES LIBERATION DE LA FEMME ET DE L'HOMME DE LA CAGE/PRISON DU MARIAGE VIENDRONT DE SURCROIT.

L'ASSOUPLISSEMENET DES PROCEDURES DE DIVORCE PERMETTANT DE SAUVER PAR AILLEURS LA VIE DE MILLIERS DE VICTIMES DES VIOLENCES CONJUGALES ,

LA DERNIERE DE CES VICTIMES ETANT UN....HOMME, FRANCAIS DE NATIONALITEE ABATTU A BOUT PORTANT PAR SA FEMME NOMMEE "SAUVAGE" ET QUI EN AVAIT ASSEZ DE SES MAUVAIS TRAITEMENETS.

ET QUI EN PLUS A ETEE GRACIEE/RELAXEE PAR LE TRES NORMAL PRESIDENT FRANCAIS LUI MEME FERVENT PARTISAN DU MARIAGE LIBRE AVEC SA ROYALE COMPAGNE PRESIDENTIELLE SEGOLENE.DONT IL A EU CINQ ENFANTS EN BONNE SANTE PHYSIQUE ET MENTALE.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le travail des Palestiniens, un dossier délicat et un timing sensible

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants