Dossier spécial orientation professionnelle

Les métiers de la santé

Devenir vétérinaire pour ceux qui aiment autant la biologie que les animaux

Photo AFP

OLJ
23/03/2016

La spécialisation en médecine vétérinaire fusionne à la fois deux attirances : pour la biologie et les animaux. Ces études n'existent qu'à l'Université libanaise (UL, Dékouané).


Pour poursuivre des études de vétérinaire, certaines conditions sont posées : il faut réussir l'examen officiel du bac libanais, puis être classé dans le top 25 des meilleurs résultats au concours d'entrée à l'université (l'examen est très similaire à celui du bac).
Le nombre d'années requises pour obtenir une maîtrise est de six à sept ans. Les deux domaines qu'un étudiant peut poursuivre portent soit sur les animaux domestiques, soit sur les animaux de la ferme.
L'UL bénéficie d'un bon niveau pour poursuivre ces études. Les frais universitaires sont d'environ 300 000 livres libanaises par an, ce qui est, à l'évidence, très peu comparé aux universités à l'étranger, lesquelles cependant sont plus connues au niveau international.


Les débouchés au niveau de la médecine vétérinaire sont très larges, d'autant que cette profession n'est pas encore très répandue. Un diplômé en médecine vétérinaire peut travailler dans n'importe quelle ferme et/ou clinique. Il peut aussi ouvrir son propre centre médical et d'accueil pour animaux. Les salaires sont variables, mais, en général, les bons vétérinaires sont bien payés. En outre, depuis quelques années, le champ des débouchés s'élargit de plus en plus au Liban du fait que l'acquisition de différents animaux domestiques prend de l'ampleur au sein de la société, ce qui multiplie et décentralise les opportunités de travail à différents niveaux.

 

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué