X

Moyen Orient et Monde

« Les résultats des élections sont un plébiscite pour la politique de Rohani »

Entretien express

Vincent Eiffling, chercheur au Centre d'études des crises et conflits internationaux-(CECRI), spécialiste de l'Iran, décrypte, pour « L'Orient-Le Jour », les résultats des élections iraniennes.

01/03/2016

Les Iraniens étaient appelés aux urnes pour élire les membres du Parlement et ceux de l'Assemblée des experts, qui nomment le guide suprême. Les résultats définitifs de ce double scrutin ont mis en exergue la forte progression du camp des modérés, mené par le président iranien Hassan Rohani, même si aucun camp ne détient la majorité au Parlement. Vincent Eiffling, chercheur au Centre d'études des crises et conflits internationaux-(CECRI), spécialiste de l'Iran, décrypte, pour « L'Orient-Le Jour », les résultats de ces élections.

Q : Comment interpréter les résultats de ces élections iraniennes ?
R : Les résultats des élections sont très clairs. Il s'agit d'un plébiscite en faveur de la politique qui est, à l'heure actuelle, mise en œuvre par le président Hassan Rohani. Cela illustre bien le fait que la population iranienne soutient l'accord sur le nucléaire et la politique d'ouverture économique sur l'Occident qui en découle. Ce n'est pas une ouverture culturelle. Ces élections sont importantes dans la mesure où il en a résulté la mise à l'écart de plusieurs figures historiques de la République islamique, qui sont très conservatrices, aussi bien du Parlement que de l'Assemblée des experts. Or cette Assemblée est importante car c'est elle qui devra designer, vraisemblablement dans sa composition actuelle, le futur guide suprême, car l'actuel guide suprême, Khamenei, a déjà 76 ans et il est en mauvaise santé.

 

(Lire aussi : Iran : quand le fantasme libéral voile les fractures idéologiques )

 

Est-ce que la victoire de Rohani va lui donner la marge de manœuvre nécessaire pour appliquer ses réformes ?
En dépit de cette victoire, même s'il va avoir un peu plus de liberté d'action, il existe encore des entraves qui limitent la libre application de sa politique, pour la simple et bonne raison que le système institutionnel iranien est extrêmement complexe. Il y a différents pôles de pouvoir au sein du système, notamment les gardiens de la révolution et les confréries religieuses. Ces deux ensembles contrôlent à eux seuls plus ou moins 80 % de l'économie iranienne. Même si Rohani souhaitait libéraliser en grande partie l'économie iranienne et attirer les investisseurs étrangers, ces derniers devraient quand même composer avec ces pôles du pouvoir au sein du système iranien. Hassan Rohani va avoir un peu plus de liberté de manœuvre, un peu plus de poids pour peser dans la balance, mais il y aura encore des tractations qui devront s'effectuer.

 

(Portrait : Hassan Rohani, un « cheikh diplomate » ambigu)

 

Est-ce que ces résultats peuvent avoir un impact sur la politique étrangère de Téhéran, notamment au niveau du dossier syrien et des relations tendues avec l'Arabie saoudite ?
Je ne pense pas, car ce sont des domaines qui ne relèvent pas directement de l'exécutif. Les décisions sont prises par le guide suprême qui donne des directives que l'exécutif s'occupe de mettre en œuvre. On ne risque pas de subir une déviation de la politique étrangère iranienne, notamment de la politique à l'égard de la Syrie et des rivalités avec l'Arabie saoudite. Le soutien au président syrien Bachar el-Assad va se poursuivre, de même que la rivalité avec le royaume wahhabite.

 

Lire aussi
À travers Gholam Ali Haddad Adel, la haine médiatique face aux néo-principalistes iraniens

Les enjeux des élections iraniennes en cinq points

Hassan Khomeyni évincé : les conservateurs ont préféré ne prendre « aucun risque »

 

Reportages
« Au Parlement ou à l'Assemblée des experts, notre objectif est de lutter contre la discrimination »

« J'ai l'impression de faire le jeu d'un système politique avec lequel je ne suis pas d'accord »

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Gaby NASR

Le billet de Gaby NASR

Tirelires et tire-au-flanc

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Hezbollah et « la patience stratégique »

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants