Dossier spécial orientation professionnelle

Les métiers de la santé

Ergothérapie : améliorer le quotidien des personnes en difficulté

23/03/2016

Comment assurer l'autonomie d'un hémiplégique, d'un enfant souffrant de troubles de l'apprentissage ou d'une personne atteinte d'une maladie du système nerveux ? Autant de situations qui requièrent l'intervention d'un ergothérapeute, un professionnel de la santé à cheval entre la médecine et la psychologie.
L'ergothérapie, ce domaine presque entièrement méconnu au Liban, est enseigné depuis 1997 à la première section de la faculté de santé publique de l'Université libanaise. « Notre université est la seule à enseigner cette spécialisation au Liban pour l'instant », indique Mohammad al-Houssari, responsable de la formation à l'UL. « L'ergothérapie est une profession paramédicale, destinée à assurer l'indépendance des personnes dans leurs activités quotidiennes, malgré la présence de maladies ou de limitations physiques, psychologiques ou sociales, explique-t-il. Le rôle de l'ergothérapeute est d'étudier la situation handicapante afin d'identifier les solutions », ajoute M. Houssari.

 

Évaluer la situation du patient et proposer des solutions
Face au patient, l'ergothérapeute se doit d'abord d'établir des évaluations et des bilans qui lui permettront de mesurer le niveau d'indépendance de la personne ainsi que ses performances cognitives, sensorielles, motrices et fonctionnelles. Une synthèse est ensuite établie qui détermine les problèmes et les causes du handicap. Un plan de traitement est alors proposé avec des objectifs spécifiques, suivant le cas. « Dans l'ergothérapie, le patient est actif et participe à la mise en place de son plan de traitement, selon ses besoins. L'ergothérapeute est à l'écoute du patient et de sa famille », explique M. Houssari.


Il donne l'exemple de l'intervention d'un ergothérapeute auprès d'une personne hémiplégique. L'ergothérapeute va étudier les activités quotidiennes du patient afin d'identifier les causes des limitations de son activité et de suggérer des moyens pour y remédier. Il peut, par exemple, proposer des exercices musculaires ou des exercices des fonctions supérieures. Il peut aussi mettre en place une aide technique afin de redonner à la personne son rôle socio-familial, la revaloriser et amoindrir les coûts des soins. L'ergothérapeute peut également proposer des aides pratiques pour simplifier le quotidien. Si l'hémiplégique a complètement perdu l'usage de sa main et qu'il souhaite être autonome pour se nourrir, par exemple, il peut lui suggérer d'utiliser un ustensile combinant un couteau et une fourchette en même temps.
Les ergothérapeutes travaillent avec des personnes de tous les âges. Ils peuvent ainsi s'occuper des soins palliatifs pour un nouveau-né, des pathologies du système nerveux, de personnes âgées ou souffrant de problèmes rhumatologiques, orthopédiques ou d'un handicap mental. Ils interviennent également auprès d'enfants qui ont des troubles de l'apprentissage scolaire, sportif ou social. Les ergothérapeutes peuvent travailler dans les hôpitaux, les centres de rééducation, les écoles normales ou spécialisées, les associations pour handicapés ou autistes, ainsi que dans des cliniques privées. Ils sont également formés par l'UL à faire des orthèses de la main.

 

Bientôt une accréditation internationale
La licence en ergothérapie peut être obtenue en 4 ans à l'Université libanaise. Les études à l'UL sont quasi gratuites et coûtent environ 300 dollars par an. Il faut également prévoir l'achat des matières premières pour les travaux pratiques (entre 200 et 250 dollars sur les 4 ans d'études). Les inscriptions pour la formation en ergothérapie commencent en mai, et un concours d'entrée est organisé en septembre avec des épreuves en arabe, français, physique, chimie et mathématiques. Les cours sont administrés en français, et les vingt premiers au concours sont admis en première année.


« Nos étudiants effectuent des stages dès la première année dans les hôpitaux et centres de rééducation. Ils commencent à prendre des patients en charge dès la deuxième année et présentent des études de cas », explique M. Houssari. Les étudiants doivent effectuer huit stages répartis sur les quatre années de la licence (chaque stage est de 250 heures en moyenne), et ce dans différents domaines d'intervention.
L'UL œuvre actuellement à obtenir une accréditation internationale de la World Federation of Occupational Therapy pour sa formation en ergothérapie, afin de permettre à ses étudiants de trouver plus facilement du travail à l'étranger ou pour poursuivre leurs études sans encombre. Les ergothérapeutes œuvrent en outre à former un syndicat afin d'organiser leur profession au Liban.


Quant au salaire d'un ergothérapeute, il est de 800 dollars pour un travail à mi-temps et peut varier, pour un plein-temps, entre 1 200 et 1 500 dollars. La séance en clinique privée rapporte au praticien entre 30 et 40 dollars. Les séances d'ergothérapie sont prises en charge par le ministère de la Santé et certains organismes publics offrant une couverture sociale, à l'exception de la Caisse nationale de Sécurité sociale pour l'instant.


Pour plus d'informations sur cette formation, vous pouvez consulter le site : www.fsp1.ul.edu.lb

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

6

articles restants

Soutenez notre indépendance!