Dossier spécial orientation professionnelle

Universités

Esa : la business school qui fait de Beyrouth une plateforme des affaires

Unique business school du Liban, l'École supérieure des affaires, qui fête ses vingt ans cette année, est dédiée à la formation des cadres et dirigeants du Liban et du Moyen-Orient. Résultat d'un partenariat entre le Liban et la France, l'Esa permet aux étudiants d'accéder à des formations françaises et européennes, et de bénéficier d'un double diplôme, délivré par l'Esa et l'une des institutions partenaires.

23/03/2016

Une formation en business accessible en premier cycle
Dernier-né de cette prestigieuse école, un Bachelor in Business Administration dont les cours sont assurés par des professeurs européens. Ce programme international de 1er cycle a été lancé l'année dernière à Beyrouth. Il permet aux étudiants d'accéder, après la première année, à deux parcours. Ces derniers ont la possibilité de préparer le BBA de l'Esa en 3 ans ou d'opter pour le parcours 4 ans qui leur permettra d'obtenir le diplôme de l'ESSEC Global BBA et de l'Esa Global BBA. À noter que le parcours international de l'ESSEC peut être effectué à Paris ou Singapour.
« Le BBA permet à nos étudiants de travailler dès qu'ils ont leur diplôme, avec des entreprises au Liban, dans les pays du Golfe ou à l'international », indique Stéphane Attali, directeur général de l'Esa. Ils travaillent sur des projets réels, proposés par les entreprises, et sont hyperopérationnels une fois leur diplôme en poche », ajoute-t-il. Les détenteurs de ce BBA pourront travailler comme cadres intermédiaires, responsables sectoriels, responsables marketing et/ou développement, chargés d'affaires, acheteurs ou même gestionnaires assistants... Ils pourront accéder à des postes dans les banques, la finance, les assurances, le commerce ou les organisations internationales, entre autres.
Le cursus du BBA est bilingue (français et anglais) et le coût de la formation est d'environ 10 000 dollars par an. « Les étudiants libanais ont la possibilité de demander des bourses auprès de l'Esa. Les inscriptions ont déjà commencé pour la rentrée de septembre 2016 », précise M. Attali.

 

Des formations pour les professionnels
Parmi les formations phares de l'Esa, le master en management, accessible avec un bac+3 dans n'importe quel domaine. La première année se fait à Beyrouth et la deuxième en Europe avec l'ESCP Europe, Skema Business School ou Neoma Business School. « Ce master permet, pour une personne ayant fait des études d'ingénieur ou de juriste par exemple, d'acquérir des compétences techniques et managériales qu'elle pourra utiliser dans son domaine d'expertise », explique M. Attali. Un séminaire est prévu en juin à Singapour pour les étudiants de ce master.
L'Esa offre également un MBA et un MBA Executive (d'une durée de 18 mois chacun). « Ces cursus sont les seuls programmes accrédités par l'Association of MBAs (Amba), au Liban. L'Amba est la plus haute distinction internationale pour les programmes MBA et Executive MBA », précise M. Attali. « Le Liban est sur la carte des grands MBA, et l'accréditation est importante pour ce genre de formations », ajoute-t-il. Le MBA s'adresse à des jeunes professionnels en activité depuis au moins trois ans, et dans tous les domaines. Il leur permet d'évoluer vers des carrières managériales. Quant au MBA Executive, il s'adresse à des cadres en activité et offre un cursus en anglais, avec des étudiants qui viennent des Émirats, du Koweït, du Qatar, d'Arabie saoudite et d'Europe de l'Est.
« En choisissant l'Esa, vous choisissez l'international au Liban, souligne M. Attali. Notre but est de former des managers et des leaders responsables, et de développer leur capacité à être des entrepreneurs. »

 

Coûts compétitifs et partenariats stratégiques
« Les coûts de nos formations sont très compétitifs. L'Esa est une business school à but non lucratif, qui promeut l'égalité des chances », indique Stéphane Attali. Cette Grande École a en outre établi des partenariats stratégiques avec la Banque du Liban, l'ambassade de France, la Chambre de commerce de Paris et la Middle East Airlines.
« Nos diplômés trouvent du travail dans les grands groupes libanais ou français, tels que L'Oréal, Total ou Air Liquide, au Liban ou à l'étranger », précise M. Attali. L'Esa organise même des forums carrière/emploi/orientation pour ses étudiants. Elle maintient également un réseau de connexion avec ses diplômés qu'elle accompagne tout au long de leur carrière et qu'elle met souvent en relation directe avec les employeurs.
« On a souvent l'impression que l'Esa, c'est du luxe. Certes, nous offrons un niveau de formation élevé, mais nous faisons le maximum pour que les études à l'Esa restent accessibles », conclut-il.

 

 

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué