X

Économie

Des journaliers occupent un étage du siège d’EDL

Social
P. H. B. | OLJ
25/02/2016

Une cinquantaine de journaliers d'Électricité du Liban (EDL) ont investi hier le siège du fournisseur d'électricité à Beyrouth pendant plusieurs heures pour réclamer leur titularisation au sein des effectifs de l'établissement public. « Les manifestants ont fait irruption vers 8h30 du matin avec des matelas avant d'être évacués dans le calme par les forces de l'ordre en début d'après-midi », a expliqué à L'Orient-Le Jour une source à la direction d'EDL. Dans un communiqué publié mardi, les journaliers avaient accusé le fournisseur d'électricité « d'utiliser de faux prétextes pour justifier son refus de titulariser les candidats admis au concours organisé par la loi n° 287 du 2 avril 2012 ».
Depuis 1995, quelque 2 000 travailleurs journaliers ont assuré pour EDL une partie des opérations de maintenance et de collecte des factures, sans toutefois bénéficier des mêmes garanties que les fonctionnaires réguliers. En 2012, le Parlement adopte la loi 287 qui institue un concours pour permettre à ces derniers d'être titularisés.
Mais les modalités de ce dispositif – qui laisse le soin à EDL de fixer le nombre de postes vacants en fonction de ses besoins – sont jugées trop restrictives par la majorité des journaliers qui vont organiser plusieurs manifestations pour faire plier leur employeur. Fin 2014, un accord politique les oblige finalement à accepter les conditions d'EDL et met un terme à deux ans de mobilisation. La première session du concours prévu par la loi 287 a finalement lieu en février 2015.
Depuis, quelque 356 journaliers sur un peu moins de 500 admis ont été intégrés aux effectifs d'EDL, selon la direction du fournisseur d'électricité, en attendant que le calendrier pour 2016 ne soit fixé. Une partie des journaliers craignent toutefois de se heurter à une fin de non-recevoir de la part d'EDL, qui a fixé en août 2014 ses besoins à 897 postes au total. La majorité d'entre eux, reclassés depuis 2012 au sein des effectifs des trois prestataires engagés avec EDL depuis 2012 pour assurer la gestion du réseau depuis 2012 – National Electricity Utility Company (Neuc), Bus et KVA – ont fini par abandonner les revendications de leurs anciens collègues.

P. H. B.

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué