Rechercher
Rechercher

À La Une - crise des déchets

Le Conseil des ministres renouvelle sa confiance en Chehayeb

La question des nominations sécuritaires n'a pas été abordée.

Le collectif "Nous réclamons des comptes" et les volontaires de la Défense civile ont manifesté jeudi place Riad Solh lors du Conseil des ministres. Photo an-Nahar.

Le Conseil des ministres a entamé ses travaux jeudi matin avec 140 points inscrits à son ordre du jour et malgré le boycott des ministres du Courant patriotique libre (CPL) et du Hezbollah.
Parallèlement à la réunion du gouvernement, les activistes de la société civile ont manifesté place Riad Solh avant de se rendre aux locaux du ministère de l'Environnement pour protester contre la décision du gouvernement d'exporter les déchets produits au Liban.

Un mouvement qui n'a pas fait flancher les ministres. A l'issue de la réunion du gouvernement, le ministre de l’Information Ramzi Jreige a affirmé, lors d'un point presse, que le gouvernement a confiance dans le ministre de l'Agriculture Akram Chehayeb. Lors de la réunion du gouvernement, les ministres ont salué les efforts entrepris par ce dernier en vue de résoudre la crise des déchets. M. Chehayeb, qui avait considéré que l'exportation des déchets "est la pire des solutions" tout en affirmant qu'elle est la seule possible aujourd'hui, avait exprimé le souhait d'un "retour aux décharges sanitaires". "Tous ceux qui avaient promis d'assurer ces décharges n'ont pas tenu leurs promesses", avait-il assuré avant d'entrer au Conseil des ministres.

Lors de la réunion gouvernementale, selon des propos rapportés par M. Jreige, le Premier ministre Tammam Salam a affirmé que "l'exportation des déchets doit bientôt commencer". M. Salam a également souligné l'importance de trouver une solution à long terme concernant la crise des déchets.

Le Premier ministre a en outre affirmé la nécessité de réactiver l'action du gouvernement et a indiqué que le président de la Chambre des députés Nabih Berry mène des contacts en vue de rendre au Conseil des ministres "sa vitalité complète". Le ministre de l'Information a ensuite donné lecture des décisions adoptées par le Cabinet, précisant que la question des nominations sécuritaires n'avait pas été abordée au cours de la séance.

 

(Lire aussi : Sleiman invite le gouvernement « à respecter les critères » dans les nominations militaires)

 

Avant le début du Conseil des ministres, le ministre des Affaires étrangères, également chef du CPL, Gebran Bassil, avait informé M. Salam que sa formation ainsi que le Hezbollah ne participeront pas à la réunion. Selon des informations rapportées par la presse, M. Bassil a souhaité que les nominations sécuritaires soient placées à l'ordre du jour de la prochaine réunion gouvernementale.

Le CPL avait jusque-là été le seul à maintenir le flou sur sa participation à la réunion. Si certains signes laissaient paraître une possible participation, tels que la volonté déclarée du Hezbollah de relancer le gouvernement et l'attitude "positive" du général Michel Aoun devant ses visiteurs et celle du ministre Gebran Bassil à la table de dialogue, les espoirs ont été douchés hier soir par le mutisme officiel du bloc aouniste.

Concernant les nominations aux postes sécuritaires, le ministre de l’Économie Alain Hakim avait affirmé à la presse avant d'entrer au Grand sérail, qu'il est "contre l'étude de la question en dehors de l'ordre du jour". Le ministre des Affaires sociales Rachid Derbas avait pour sa part rappelé qu'il y a un "mécanisme spécifique à respecter pour les nominations sécuritaires, le ministre de la Défense devant, après avoir consulté le commandant en chef de l'armée, proposer des noms".

 

Lire aussi
Retour aux « rivalités byzantines » sur les nominations sécuritaires

Des manœuvres et des contre-manœuvres politiques..., le décryptage de Scarlett Haddad

Loin des dynamiques internes stériles, le sort de la présidentielle est entre les mains de l'Iran, l’éclairage de Philippe Abi-Akl

Les chancelleries occidentales auraient été surprises par la candidature de Frangié

« Le climat est propice à la tenue du Conseil des ministres », estime Berry

 


Le Conseil des ministres a entamé ses travaux jeudi matin avec 140 points inscrits à son ordre du jour et malgré le boycott des ministres du Courant patriotique libre (CPL) et du Hezbollah.Parallèlement à la réunion du gouvernement, les activistes de la société civile ont manifesté place Riad Solh avant de se rendre aux locaux du ministère de l'Environnement pour protester contre la...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut