Rechercher
Rechercher

À La Une - Sur le net

La voiture piégée télécommandée, nouvelle arme de l’État islamique?

La technique a déjà été utilisée par le Front al-Nosra et d'autres groupes rebelles, soulignent certains experts.

"L’État islamique a construit ce véhicule (télécommandé) dans un atelier à Raqqa, en Syrie", peut-on lire sur cette capture d'écran d'une vidéo publiée par Sky News.

"Cette voiture télécommandée est une bombe". Voilà ce qu'annonce la chaîne de télévision britannique Sky News dans une vidéo est attribuée au groupe État islamique. L'annonce a de quoi faire froid dans le dos puisqu'elle révèle le degré de sophistication logistique de l'organisation terroriste qui avait eu jusque-là recours à des jihadistes suicidaires.

Selon la vidéo diffusée par Sky News, l'engin a été modifié dans un atelier à Raqqa, "capitale" syrienne du califat de l'EI. On peut y voir deux jihadistes présumés, assis à l'avant, l'un dans le siège du conducteur, l'autre à sa droite, télécommande en main, prenant le contrôle du véhicule à distance.

"Cette voiture peut être reproduite et utilisée à l'étranger par des cellules dormantes", peut-on également lire dans les sous-titres fournis par Sky News. L'enregistrement montre ensuite un mannequin connecté à des outils électroniques, qui fera office de conducteur fictif, de sorte à tromper les radars et autres détecteurs.

"De nombreux combattants de différentes nationalités sont en cours d'entraînement à l'usage de telles technologies, notamment des Syriens, des Tunisiens, des Égyptiens, des Soudanais et des Somaliens", peut-on également lire.

Plusieurs experts qui commentent la vidéo sur Twitter soulignent toutefois que ce genre de véhicule piégé et télécommandé a déjà fait son apparition, il y a quelques années, aux mains d'autres groupes armés en Syrie.

C'est notamment ce que souligne l'analyste et journaliste Wassim Nasr, qui rappelle, vidéo à l'appui, que le Front al-Nosra (branche syrienne d'el-Qaëda) avait déjà montré un véhicule bourré d'explosifs et télécommandé exploser en Syrie.



Interrogé par Sky News, Chris Hunter, un ancien membre des Forces spéciales britanniques, se dit choqué par le visionnage de ces vidéos, mais souligne qu'elles sont précieuses pour les renseignements.

Un porte-parole de l'armée américaine, Steve Warren, a affirmé mercredi que la coalition internationale menée par les États-Unis a tué environ 2.500 combattants de l'EI en décembre dans ses frappes aériennes en Syrie et en Irak. Si le nombre de jihadistes tués est significatif, l'EI peut regarnir ses rangs presque aussi rapidement, notamment grâce à l'afflux de jeunes hommes désœuvrés issus de pays alentours où la situation économique et politique est difficile. Les États-Unis estimaient l'an dernier qu'il y avait entre 20.000 et 30.000 membres de l'EI en Irak et en Syrie, un chiffre répété par le colonel Warren mercredi.

 

Lire l'intégralité de l'article de Sky News ici

 

Lire aussi
Cellules terroristes: des frères de sang aussi frères en jihad

Comment venir à bout de l'État islamique

Obama exhorte la high-tech à l'aider à combattre en ligne les jihadistes


"Cette voiture télécommandée est une bombe". Voilà ce qu'annonce la chaîne de télévision britannique Sky News dans une vidéo est attribuée au groupe État islamique. L'annonce a de quoi faire froid dans le dos puisqu'elle révèle le degré de sophistication logistique de l'organisation terroriste qui avait eu jusque-là recours à des jihadistes suicidaires.
Selon la vidéo diffusée...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut