Liban

Assassinat de Kantar : le Hezbollah a déjà choisi la riposte, mais attend le bon timing

Décryptage
31/12/2015

Lorsqu'en janvier 2015, le Hezbollah avait décidé de répondre au raid israélien à Quneitra qui avait fait 5 victimes parmi les siens (dont Jihad Imad Moghniyé), en plus d'un général iranien, il voulait essentiellement montrer aux Israéliens qu'ils ne peuvent plus lancer des attaques lorsqu'ils le jugent bon sans s'attendre à une riposte qui fasse mal. À cette époque-là, le Hezbollah avait donc choisi le lieu, la zone très surveillée des fermes de Chebaa, un territoire libanais occupé par les Israéliens et qui est aussi à proximité de la zone de contrôle de la Finul. L'opération minutieusement préparée avait fait 5 morts chez les soldats israéliens dont un officier, exactement le même nombre que les martyrs du Hezbollah, pour bien montrer que ce parti veut traiter les Israéliens d'égal à égal. Par le biais de cette riposte, le Hezbollah croyait avoir établi de nouvelles règles dissuasives. Mais l'assassinat de Samir el-Kantar dans une attaque contre son domicile à Jaramana, qui a aussi fait de nombreuses autres victimes parmi les habitants de l'immeuble et les compagnons de Kantar, a montré que les Israéliens ne respectent pas ces nouvelles règles et se croient libres d'attaquer lorsqu'ils le peuvent pour éliminer leurs ennemis potentiels.

Face à cette nouvelle donne, le Hezbollah ne pouvait donc que décider de riposter. Le secrétaire général du parti, sayyed Hassan Nasrallah, a donc choisi de prononcer deux discours à une semaine d'intervalle pour faire parvenir un message clair aux Israéliens : « Notre riposte est certaine. » Elle devrait même cette fois être encore plus précise que celle de janvier 2015, car le Hezbollah souhaite mettre un terme aux actions ciblées israéliennes. S'il ne ripostait pas efficacement à l'assassinat de Samir el-Kantar, les Israéliens pourraient continuer à cibler les chefs militaires lorsqu'ils en ont l'occasion (comme ils l'avaient aussi fait dans la banlieue sud contre un des chefs du mouvement, Ghaleb Awali) sans se sentir menacés. Or, c'est justement cette équation que le Hezbollah veut désormais changer.

Dans son dernier discours, Nasrallah a donc été très clair sur plusieurs points. Il a ainsi commencé par annoncer l'imminence de la riposte. Il a ensuite précisé que le Hezbollah se considère désormais libéré de toutes les lignes rouges tacitement établies. Ce qui signifie que sa réponse pourrait se produire dans un lieu inédit, jusque-là considéré comme faisant partie des régions mises à l'abri de la confrontation qui se poursuit depuis des années à la frontières libanaise. Il a ainsi laissé entendre qu'il n'y avait plus de contrainte géographique pour l'action du Hezbollah, comme cela avait été le cas en janvier 2015, lorsqu'il avait soigneusement choisi un territoire libanais occupé pour ne pas provoquer ensuite un tollé interne et international. Cette fois, du moins dans le second discours de Nasrallah, le Hezbollah a voulu montrer qu'il ne craint plus les condamnations et les critiques qui pleuvront forcément sur lui, tout comme il ne cède ni aux pressions ni aux menaces. Il vengera donc Samir el-Kantar dans une opération qui sera à la mesure de l'importance de ce dernier pour le mouvement, en tant que symbole de la résistance et en tant que chef sur le terrain.

À travers ces explications, Nasrallah a voulu montrer que cette fois, la riposte du Hezbollah devait faire encore plus mal aux Israéliens que celle de janvier 2015. Son objectif serait donc de dissuader effectivement les Israéliens de procéder à des assassinats ciblés des chefs de la résistance. Mais en même temps, le Hezbollah ne souhaite pas provoquer une nouvelle guerre israélo-libanaise, d'une part parce que, dans la tourmente actuelle, la région ne le supporterait pas, d'autre part parce que sa priorité aujourd'hui est à la lutte contre le terrorisme de Daech et de ses semblables. Un équilibre difficile à trouver, mais s'il faut en croire les propos de Nasrallah, l'opération a déjà été décidée et elle n'attend plus que le bon timing pour être exécutée. En effet, dans son dernier discours, Nasrallah a déclaré que la riposte est désormais entre « les mains de ceux qui sont responsables de la vie et du sang de leurs compagnons ».

Certaines sources qui se veulent bien informées évoquent une opération en Palestine occupée, par loyauté à la mémoire de Samir el-Kantar qui avait dédié sa vie à la lutte pour la libération de la Palestine. Mais il est clair qu'il ne faut pas s'attendre à la moindre confirmation de la part du Hezbollah. Ce dernier préfère maintenir le suspense, surtout qu'il considère que la guerre psychologique fait partie de la guerre tout court et en est même un élément important. Ce qui est sûr, c'est qu'à travers ses deux derniers discours, Nasrallah a remis la libération de la Palestine à l'ordre du jour, remettant au premier plan cette cause qui, au siècle dernier, rassemblait les Arabes. Il a ainsi réaffirmé que la confrontation principale reste avec l'ennemi israélien, la guerre contre Daech n'étant « qu'un affrontement annexe ». En même temps, Nasrallah a clairement déclaré qu'il n'est pas question de renoncer au projet de lancer un mouvement de résistance dans le Golan occupé, qui était la principale mission confiée à Samir el-Kantar. Les premiers résultats concrets de ce projet devraient commencer à se faire sentir au cours des prochains mois.

 

Pour mémoire
Nasrallah, un discours qui résonne comme un avertissement...

L'opération Kantar a brisé une tentative d'établir un implant iranien dans le Golan

Samir Kantar, le "héros" du Hezbollah qui a passé la moitié de sa vie en prison

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

JOHN WAYNE TIENT LA CARABINE DE LA VENGEANCE... BASS.. BIL MA2LOUB !

HABIBI FRANCAIS

madame scarlett assez de publicite pour ce groupe para militaire qui est en voie de devenir un cadavre politique ....on se moque totalement de savoir comment le hezbollah reagira a la mort de kantar qui est loin d etre un heros....

stambouli robert

les internautes donnent differentes opinion sur cet article
La verite est qu'il analyse tres bien la situation

Neanmoins il est toujours vrai qu'Israel fera ce qu'elle pense etre le bien de son pays et franchement c'est l'option que tous les pays devraient suivre et la paix au Sud Liban est la consequence du fait que personne n'attaque Israel a partir du Sud Liban depuis ce fameux accord du Caire qui avait cree le fathland et les ripostes Israeliennes

Esperons que M Nasrallah aura le bon sens de ne pas recreer les conditions d'une nouvelle guerre qui affectera tout le Liban pour venger la mort d'un assassin d'enfants et de civils pour le compte des palestiniens il y a deja plus de 30 ans malgre sa reconvertion en heros luttant avec le gouvernement Syrien pour creer des problemes au Golan
Son assassinat aura peut etre permis d'eviter deja beaucoup de morts en Syrie ou la riposte a une aggression au Golan aurait eu des consequences inimaginable sur la region Syrienne du Golan entiere
Sauvons le liban , il ne merite pas de mourrir pour Samir Kantar. Pensons a l'interet de notre pays avant tout

C.K

Sur qur tout le monde tremble, les assassinés, les futurs assassinés et ceux qui n'en n'ont rien a cirer.....

Halim Abou Chacra

Le Hezbollah a le devoir moral de répondre à l'assassinat, par Israel, de Samir Kantar, à partir de la Syrie et non du Liban. Le régime du petit Hitler de Damas de même (il le fera à coup sûr un 31 février). Cet assssinat en effet a eu lieu en Syrie et non au Liban.

Le Faucon Pèlerin

Une précision : Les fermes de Chébaa et le demi-Ghajr occupés par les Israéliens sont syriens
puisque la Syrie ne reconnait pas leur appartenance au Liban. Ce n'est pas donc au Liban de les libérer.

Irene Said

Voilà donc "l'éthique politique" du Hezbollah dans toute sa splendeur !
Un parti qui ne connaît que la guerre et la vengeance sans se soucier des conséquences qu'elles entrainent automatiquement chez nous!
Le Liban et son peuple...ses frères en somme...il n'en a rien à faire !
Ce parti agit uniquement pour satisfaire Téheran, son commanditaire et bailleur de fonds, et tous les démentis que les deux nous servent à longueur d'années ne cacheront jamais cette triste évidence !
Il n'y a que les moutons-suiveurs-bêleurs qui sont incapables de voir plus loin que leur museau pour frétiller de satisfaction et d'admiration pour ce soi-disant "parti de DIEU"...
Mais...quel DIEU ???

Irène Saïd

OPTION POTION

Comme je le dis souvent lire du Scarlett ne peut que rendre plus futé .

On se souvient pendant les années d'occupation barbare des usurpateurs comment après chaque bombardement faisant suite à une attaque des commandos du hezb résistant, les moralisateurs émettre des cris de défaitistes presque coupable.

Et 18 ans après la veille du 25 MAI 2000 personne ne pouvait imaginer le bonheur de voir détaler ces voleurs avec armes et bagages au petit jour.

Nous sommes à l'heure actuelle au sud Liban la région la plus calme du pays c'est pas un rêve c'est un fait qui rend jaloux les défaitistes, et nous sommes aussi dans le schéma ou lorsque le hezb aura réussi la vengeance sur la criminalité des voleurs de terre on aura la paix tacite mais définitive que ces voleurs ne s'en prendront plus jamais aux résistants.

PARCE QU'ILS SAVENT EUX MIEUX QUE PERSONNE QUE SI ILS S'IMAGINENT QUE LE LIBAN SERA BRÛLÉ, LEUR TERRE USURPÉE LE SERA TOUT AUTANT.

ET ÇA ILS NE PEUVENT LE SUPPORTER
BIEN QUIMPUISSANT À L'EMPÊCHER.

BONNE NUIT ET BONNE ANNÉE LES ENFANTS.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ET LA FABLE CONTINUE... TRÈS CHÈRE MADAME SCARLETT HADDAD... JUSQU'À CE QUE... COMME VOUS DITES... LES ISRÉLIENS AIENT PEUR ET METTENT UN TERME À LEURS ACTIONS CIBLÉES... çA FAIT QUINZE ANS QU'ON ENTEND LA MÊME CHANSON... ET LES INGRATS D'EN FACE CONTINUENT LEURS ACTIONS... MAIS CETTE FOIS-CI ILS EN ONT SI PEUR QU'ILS ONT TOUS DISPARUS DE VUE ET SE TERRENT SOUS TERRE... LES RÉSISTANCES DC À 12... 24... VOLTS OU AC À 110 OU 220 VOLTS FONT PEUR... ILS ÉLECTRISENT ET C'EST PLUS DANGEREUX QUE LES ARMES ATOMIQUES MÊME... C'EST LA NOUVELLE ÉQUATION QU'ON NOUS PONDE... DANS UN OEUF SANS COQUILLE !!! BONNE JOURNÉE MADAME ET BONNE ANNÉE.

Fady Challita

"....Mais en même temps, le Hezbollah ne souhaite pas provoquer une nouvelle guerre israélo-libanaise, d'une part parce que, dans la tourmente actuelle, la région ne le supporterait pas, d'autre part parce que... etc... etc..."
Encore heureux que Mme Haddad s'inquiete du sort de 'la region' parce que apparemment le sort du Liban meme en cas de nouveaux conflit Israelo-Libanais ne semble pas l'inquieter outre-mesure.
Et quant a tirer fierté des agissements de Hassan Nisrallah et du Hezbollah, c'etait de mise jusqu'en l'an 2000 pas après, et surement pas après 2006!

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Certain(e)s "exégètes" estiment qu’on restreint subrepticement leur liberté d'analyse ! C'est dire que la science de l’exégèse doit s'appliquer d'abord à enregistrer d'innombrables éléments factuels, avérés et nettoyés de tout enduit idéologique ; mahééék ; dont le seul caractère incontournable anéantira les hypothèses spécieuses.
En tout cas, le fait est, que s'agissant de l'étude des peuples et des nations, on peut en lire de toutes les couleurs : autant de plumes, autant d'encres. Car, en cette matière, l'objectivité n'est pas + possible qu'ailleurs. Et les appartenances partisanes, les grilles idéologiques sont autant de ressorts ou de filtres qui sous-tendent ou voilent trop souvent la fresque-monographie de la dite (b)analyse.
L'exemple de la "situation" libanaiiise actuelle est à ce titre exemplaire ! De l'évocation révulsée à la véhémente apologie, il nous est loisible de parcourir l'entièreté de la gamme.
La géographie ; contre-vérité en deçà du Mont-Liban, vérité au-delà alors que la science de l’exégèse devrait être apatride ; l'époque de la conception de la dite (b)analyse, l'équation personneeelle de l'auteur(e) ; son penchant pour la "lutte" Per(s)cée "divine", e.g., ou sa révérence n’est-ce pas pour la "providence divine" Chïïto-maronitique etc ; tout cela fait que trop "d'exégètes" se coiffent spontanément, yâ hassértéééh, d'1 turban noirci ou d’1 képi oranginé ou piquent sur leur chapeau…. ou leur "chignon" une croix dorée tout autant Per(s)cée !

OPTION POTION

Tous les sympathisants de la résistance du hezb n'attendent que ça, voir de quelle façon cette grande vaillante et courageuse organisation va nous venger de ce lâche assassinat sionisto wahabite.

Nous ne pardonnerons pas au hezb de n'avoir pas riposter.

De telle sorte que plus jamais cet état usurpateur ne s'y hasarde une fois de plus.
Du même type que la paix royale qu'ont les libanais du sud chez eux au sud où le sentiment de sécurité est palpable à main nu suite à la cuisante déroute des brigands israéliens un soir de mai 2000 et reconfirmé en 2006. Et en janvier 2015.

Dans le fond avoir un leader qui vous promet des choses et qu'il les tiennent vous ne pouvez pas savoir combien ça réconforte.

Le Liban à besoin d'homme de cette catégorie à sa tête. Et rien de moins.

Et évidemment de vrais journalistes de la trempe de Scarlett à la direction d'un grand journal francophone qui se respecte.

Ali Farhat

Mais quel talent cette journaliste hors paire! Une véritable "éducatrice" en matière d'analyse ou de "décryptage" journalistique. scarlett4president.lb.org

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

Échec au roi...

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué