X

Moyen Orient et Monde

L’Arabie saoudite s’est-elle départie de son rôle traditionnel au M-O ?

Éclairage

David Rigoulet-Roze, chercheur à l'Institut français d'analyse stratégique (Ifas), et Alain Chouet, l'ancien chef du service de renseignements de sécurité à la DGSE, expliquent pourquoi l'Arabie saoudite est perçue par certains comme une source « d'instabilité », comme l'ont récemment affirmé les services de renseignements allemands.

05/12/2015

L'Arabie saoudite peut-elle encore se targuer d'avoir un rôle stabilisateur au Moyen-Orient ? À en croire les services de renseignements extérieurs allemands (BND), la réponse est négative. Dans un rapport intitulé « Saudi Arabia : A Sunni Regional Power Torn Between a Paradigm Shift in Foreign Policy and Domestic Power Consolidation », relayé par la presse allemande mercredi dernier, le BND critique fortement le pays du Golfe en affirmant que ce dernier tente de déstabiliser le Moyen-Orient avec des guerres par procuration au Yémen et ailleurs dans la région. L'agence critique plus particulièrement « la politique d'intervention impulsive » de la famille royale saoudienne, tranchant avec « l'attitude diplomatique jusqu'ici prudente » des plus anciens dirigeants du royaume. Contacté par L'Orient-Le Jour, le BND n'a pas souhaité s'exprimer à ce sujet.

Le gouvernement allemand a de son côté réagi hier en se désolidarisant de l'avis de son agence de renseignements : « L'opinion du BND qui a été publiée ne reflète pas » la position du gouvernement, a expliqué le porte-parole du gouvernement allemand Steffan Seibert. Celui-ci souligne par ailleurs « l'importance » du rôle joué par l'Arabie saoudite dans les efforts déployés pour mettre fin à la guerre civile qui ravage la Syrie.

Pour Alain Chouet, ancien chef du service de renseignements de sécurité à la DGSE, ce que le rapport de la BND met en avant « n'est pas une découverte ». « Tout le monde est au courant, mais jusqu'à présent personne ne voulait rien dire, pour différentes raisons, politiques ou économiques, affirme-t-il. Il a dû y avoir un gros mouvement d'embarras entre différents centres de décision », indique-t-il. L'Allemagne, « par solidarité avec les États-Unis, doit montrer une certaine réserve », même si ce n'est un secret pour personne que le pays est « plutôt tourné vers l'Iran, vers le Hezbollah, et même vers le gouvernement syrien actuel », poursuit-il.


(Lire aussi : Les opposants au régime syrien vont chercher à unifier leur position à Riyad)

 

Vague de critiques
Ce nouveau rapport vient s'ajouter à la vague de critiques qui ciblent le royaume saoudien depuis les attentats de Paris du 13 novembre dernier. Comme au lendemain du 11-Septembre, le rôle ambigu du royaume wahhabite vis-à-vis des mouvements jihadistes est pointé du doigt. L'image du royaume semble de plus en plus décrédibilisée sur la scène internationale, non seulement pour sa doctrine wahhabite, mais aussi, fait nouveau, du fait de sa politique étrangère, « jugée déstabilisatrice ».
« Cela est assez paradoxal car jusque-là, traditionnellement, le royaume entendait incarner un pole de stabilité dans la région », rappelle David Rigoulet-Roze, chercheur à l'Institut français d'analyse stratégique (Ifas). Ce rôle était d'ailleurs « inhérent à sa culture interne ultraconservatrice », car « à partir du moment où on est conservateur, on est a priori rétif à tout ce qui est mutation », poursuit-il.

Ce virage, perceptible depuis le déclenchement des printemps arabes, semble s'être largement accéléré depuis l'accession au pouvoir du roi Salmane. Si le royaume saoudien était déjà le fer de lance de la contre-révolution durant le règne du roi Abdallah, son frère marque une certaine rupture avec la politique traditionnelle du royaume. « Depuis l'avènement du nouveau roi Salmane, il y a un changement manifeste, à la fois en termes d'image, une Arabie à contre-emploi d'une certaine manière par rapport à ce à quoi elle nous avait habitués, mais il y a un changement de politique aussi, car la stratégie a changé », explique M. Rigoulet-Roze. Il s'agirait d'une politique « erratique qui pourrait être perçue aujourd'hui comme déstabilisatrice par rapport à la posture de ces dernières décennies ». Le chercheur explique cette rupture par une « obsession envers l'Iran ». « Il faut lire toute la stratégie saoudienne à l'aune de cette obsession de l'Iran, de cette idée d'un syndrome obsidional saoudien. Avant, c'était plutôt l'Iran qui se sentait encerclé, aujourd'hui, paradoxalement, c'est l'Arabie saoudite », poursuit M. Rigoulet-Roze.

(Lire aussi : L'Arabie saoudite et l'emprise iranienne sur le pouvoir syrien)

 

Clan divisé
Ce changement perceptible n'est pas sans lien avec les perturbations à l'intérieur du royaume, jalonné par les rivalités au sein de la famille royale. Propulsé à 30 ans à peine dans l'arène du pouvoir, Mohammad ben Salmane, fils du roi et vice-prince héritier, cumule les postes : celui de ministre de la Défense, puis de vice-prince héritier, et enfin président du Conseil économique et de développement. « Le prince est en train de cumuler les postes de manière assez inédite, car normalement, il y a une notion de partage au niveau du pouvoir et là, manifestement, les clans saoudiens se sentent de plus en plus brimés par la monopolisation du pouvoir », explique le chercheur.

Mohammad ben Salmane est décrit, selon M. Rigoulet-Roze, comme quelqu'un « d'impulsif ». Alors que son cousin et prince héritier, Mohammad ben Nayef, semble être « l'homme le plus crédible sur l'échiquier du pouvoir, notamment pour les Américains ». L'intervention au Yémen, à l'instigation du ministre de la Défense, a notamment été fortement critiquée par la famille royale. « Nombre de princes en interne était en désaccord avec cette intervention. » Le chef de la garde nationale, le prince Mutaïb ben Abdallah, s'est retrouvé « marginalisé », car il « était en désaccord avec cette opération ».
Selon M. Rigoulet-Roze, le prince « ben Salmane entendait montrer que, comme il y a la perception d'un désengagement américain, c'était le moment de dire que l'Arabie saoudite n'a pas forcément besoin des États-Unis ».

Le royaume wahhabite poursuit son propre agenda et procède à « une autonomisation de sa stratégie ». « Les États-Unis ont été mis devant le fait accompli. Il n'y a pas eu de remise en cause formelle, mais les Américains n'étaient pas d'accord au sujet de l'intervention au Yémen », conclut M. Rigoulet-Roze. Autrement dit, le royaume est amené à jouer le rôle de gendarme régional. Mais cette nouvelle politique de « guerre du prince », comme le rappelle l'agence de renseignements allemande, est déjà ruineuse pour l'Arabie saoudite, qui va annoncer un déficit de 120 milliards de dollars pour cette année.

 

Lire aussi
Quand l'Arabie et le Qatar deviennent des alliés encombrants pour la France...

Pour lutter contre l'EI, la France doit se détourner de l'Arabie et du Qatar, selon Marine Le Pen

Les relations entre Paris et Riyad en question après les attentats

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Trop de "spécialistes et d'experts" s'en mêlent.... les pinceaux !

Bery tus

Si les infos sont vrai hahah bande de propagandiste lol

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA MONNAIE A DEUX FACES ! REGARDER L'UNE SANS REGARDER L'AUTRE... C'EST MÉCONNAÎTRE LA MONNAIE...
LA PILE ÉTANT LA PLUS MAUVAISE !

ACE-AN-NAS

Le site al Massala revient sur le rapprochement des Emirats avec la Russie et le soutien d'Abou Dhabi à l'intervention russe en Syrie, ce qui a provoqué une fissure au sein de la coalition pro Riyad au Yémen. Les frappes russes contre Daech ont été implicitement soutenues par les Emirats qui ont qualifié daech d'ennemi commun de Moscou et d'Abou Dhabi. Cette position des Emirats s' oppose à celle d'autres pays arabes et surtout à celle de Riyad. Il faudrait surtout demander quelles sont les conséquences de cet alignement? alors que Riyad et Doha tout comme Londres, Washington et Paris ont signé la déclaration appelant la Russie à mettre fin à ses raids contre la Syrie , les Emirats, eux, ont refusé de signer le texte. Le ministre délégué des AE des Emirats est allé même jusqu'à affirmer que personne n'est mécontente des frappes russes qui sont dirigées contre "daech notre ennemi commun". si les informations faisant état de l'accord secret de l'Egypte, des Emirats et de la Jordanie avec la Russie autour de l'opportunité des raids contre la Syrie s'avèrent vraies cela veut dire tout bonnement que la coalition pro Riyad finira par se polariser. En d'autres termes les Emirats s'orienteraient droit vers un divorce avec l'Arabie avec en toile de fond le refus de rester sous l'ombrelle protectrice saoudo.Selon abdallah al nafissi, les Emirats la Jordanie et l'Egypte reconnaissent la nécessite de la lutte contre le bactérisme ce qui les a rapprochés de Moscou .

Henrik Yowakim

L'Arabie saoudite peut-elle encore se targuer d'avoir un rôle stabilisateur au Moyen-Orient ?

LE BND CONFOND SUREMENET L’ARABIE SAOUDITE AVEC L’ONU .

« Le BND critique fortement ce pays du Golfe en affirmant qu’il tente de déstabiliser le Moyen-Orient avec des guerres par procuration au Yémen et ailleurs dans la région. »

ET L’IRAN, IL TENTE DE STABILISER LE MOYEN ORIENT EN ENVOYANT DES FORCES DE MAINTIEN DE LA PAIX AU YEMEN ET AILLEURS DANS LA REGION ?

« L'agence critique plus particulièrement « la politique d'intervention impulsive » de la famille royale saoudienne, tranchant avec « l'attitude diplomatique jusqu'ici prudente » des plus anciens dirigeants du royaume. »

LES PLUS ANCIENS DIRIGEANTS DU ROYAUME N’ETAIENT PAS PRUDENTS.ILS ETAIENT POLTRONS.ILS SEMBLENT AVOIR TRANSMIS QUELQUE PORTION DE CETTE POLTRONNERIE A LA NOUVELLE GENERATION,SURTOUT EN CE QUI CONCERNE LE LIBAN.

« Le pays/ c'est a dire l'Allemagne est plutôt tourné vers l'Iran, vers le Hezbollah, et même vers le gouvernement syrien actuel »

C’EST SUREMENT CETTE « TOURNURE ALLEMANDE VERS L’IRAN » QUI A DU FAIRE TOURNER LA TETE AU BND .CE QUI LE DETOURNE PAR CONSEQUENT DE LA VISION OBJECTIVE DE LA REALITE DU MOYEN ORIENT.

Henrik Yowakim

« L'image du royaume semble de plus en plus décrédibilisée sur la scène internationale, du fait de sa politique étrangère, « jugée déstabilisatrice ».

POUR UN ROLE STABILISATEUR QUE DEVRAIT FAIRE L’A.S. :LAISSER FAIRE LAISSER PASSER LES MILICES PROIRANIENNES QUI FOUTENT LA MERDE ET LE CHAOS DANS TOUS LES PAYS OU ELLES SONT PRESENTES

« Le prince héritier est en train de cumuler les postes. »

ET LE GRAND MOLLAH IL DECUMULE LES POSTES EN IRAN ?

« Mohammad ben Salmane est décrit, selon M. Rigoulet Roze, comme quelqu'un « d'impulsif ».

POUR NE SE FAIRE QUALIFIER D’IMPULSIF PAR LE RIGOLO ROZE QUE DEVRAIT FAIRE BEN SALMANE :S’APLATIR DEVANT LES HORDES ET LES MILICES PROIRANIENNES QUI NE REVENT QUE DE BOUFFER DU SUNNITE

Le royaume wahhabite poursuit son propre agenda et procède à « une autonomisation de sa stratégie ».

ENFIN LA NOUVELLE GENERATION DES PRINCES HERITIERS A COMPRIS QUE LES PIRES ENNEMIS DE L’ARABIE SAOUDITE AVEC EVIDEMMENET L’IRAN CE SONT LES ETATS UNIS , QUI EN DEPIT DES DECLAMATIONS DES DIPLOMATES ET DES DEMAGOGUES FONT TOUT POUR ASSURER L’HEGEMONIE DE L’IRAN AU MOYEN ORIENT.

Bery tus

petit pb, les services de renseignements allemands MENTENT sur certain point je veux bien etre d'accords sur le fait que KSA joue avec la fibre confessionnelle et a commis des erreurs, mais OU EST L'ERREUR IMPARDONNABLE D'UN COTER ILS N'ONT ETALER QUE LES CRISES DU COTER DE KSA MAIS QU'EN EST IL DES AUTRES ?!!?!DES SERVICES SECRETS ALLEMANDS C'EST QU'ILS VEULENT DONNER A LEUR CHANCELIERE L'OPPORTUNITE DE CHANGER DE FUSILS D'EPAULE COMME FONT TOUT LE RESTE DOMMAGE VRAIMENT DOMMAGE POUR LE LIBAN QUI VAS RETOMBER DANS L'ESCLAVAGE POLITIQUE !!!!

JE REPREND MA QUESTION A CES PEUREUX DE SERVICES SECFRETS ALLEMAND COMMENT POUVEZ VOUS FAIRE DES RECHERCHE SUR UNE SEULE MAIN? ET L'AUTRE? (il faut bien 2 mains pour applaudire) bande d'abrutit

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlet HADDAD

Un sommet avec trois présidents seulement et beaucoup de non-dits

Citoyen grognon de Anne-Marie El-HAGE

Écoles fermées... et le numérique alors ?

Un peu plus de Médéa AZOURI

Le Liban sépare ceux qui s’aiment

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué