X

Moyen Orient et Monde

L’État islamique « a créé un logo d’une force dingue et l’a complètement banalisé »

Propagande

Le drapeau noir de l'EI, un détournement des symboles de l'islam...

OLJ
09/10/2015

Elle frappe l'œil comme un logo et l'esprit tel un drapeau pirate : à la faveur de la guerre civile en Syrie, la bannière noire de l'État islamique (EI), marquée du sceau du prophète, s'est imposée comme le symbole du jihad mondial. Avec les vidéos ultraviolentes et les lancinants nachids (chants islamiques), le drapeau noir, aussi appelé « le drapeau de l'aigle », est l'une des marques de fabrique du groupe EI, qui a sans doute contribué à supplanter el-Qaëda dans l'imaginaire jihadiste. Il joue aujourd'hui un rôle majeur dans la propagande médiatique du groupe, comme sur le champ de bataille, et se pose (au même titre que la monnaie et le contrôle d'un territoire) comme l'un des attributs du califat que l'EI entend instaurer.
Le drapeau noir de l'EI aurait fait son apparition en janvier 2007 en Irak, avec sa diffusion sur Internet par al-Fajr (organe de propagande d'el-Qaëda), au nom de l'« État islamique d'Irak ». Selon le communiqué de l'époque, l'objectif était « de rassembler les croyants sous une unique bannière pour les unifier ». Parmi d'autres bannières islamistes, celle-ci a peu à peu essaimé sur différents théâtres où ont prospéré les jihadistes : Libye, Somalie, Yémen, Syrie...

Révolte et fin des temps
Seuls les hadiths (qui relatent paroles, faits et gestes attribués au prophète), et non le Coran, font mention d'un étendard du prophète, de couleur blanche, noire ou jaune. La bannière noire est citée dans plusieurs prophéties évoquant la fin des temps et le retour du mahdi (envoyé d'Allah). Un hadith est plus souvent rappelé : « Du Khorassan (région à cheval entre l'Iran, le Turkménistan et l'Afghanistan) émergeront les bannières noires que nul ne pourra refouler... » D'autres mentionnent « la raya noire du prophète » et son « liwa blanc », explique un archéologue syrien réfugié en France. La raya était un étendard utilisé en temps de guerre pour rallier les soldats. Le liwa était un tissu attaché au bout de la lance du chef de l'armée.
Selon les hadiths, le prophète a ainsi combattu à différents moments en brandissant des étoffes noires ou blanches. Ce qui explique pourquoi salafistes et jihadistes utilisent aujourd'hui ces deux couleurs (les talibans afghans arborent une bannière blanche). La bannière noire « était l'étendard du prophète sur le champ de bataille et il était également arboré par nombre de ses compagnons, dont son neveu, Ali ben Abi Taleb », précise Asiem el-Difraoui, auteur du livre El-Qaëda par l'image.
« Ce drapeau a retrouvé un rôle prééminent durant le VIIIe siècle, alors qu'il était employé par le chef de la révolution des Abbassides Abou Muslim qui dirigea une révolte contre le clan et le califat des Omeyyades, selon M. Difraoui. Depuis cette époque, l'image du drapeau noir a été utilisée en tant que symbole de la révolte religieuse et du combat, c'est-à-dire le jihad. »
L'étendard noir est « porteur d'une dimension presque mythique », comme « signe de guerre », « annonciateur de la fin des temps, de l'apocalypse », « du combat final entre les croyants et les forces du mal », toujours selon ce même spécialiste.
« La couleur noire est évidemment l'emblème de la révolte (...), le symbolisme est assez clair », confirme Constant Hames, islamologue français. « Il y a aussi une référence aux premiers temps de l'islam, époque à laquelle s'identifient particulièrement jihadistes et salafistes », remarque cet expert.

« Des faussaires et des ânes »
Le texte en blanc sur fond noir en haut du drapeau est le début de la chahada (« Il n'y a de dieu que Dieu »), premier pilier de l'islam et profession de foi des musulmans, détaille-t-il. Au centre, le sceau du prophète – ou prétendu tel – en forme de cercle. Trois mots y sont inscrits, dans une calligraphie rudimentaire : Allah (Dieu), Rassoul (prophète), Mohammad, qui doivent être lus de bas en haut.
Le sceau est celui que l'on retrouve au bas de missives adressées « aux rois de la Terre » et attribuées à Mohammad – dont l'authenticité est d'ailleurs discutée –, qui appellent les souverains d'Éthiopie, de Perse, de Byzance, de Bahreïn et d'Égypte à embrasser l'islam.
La « bannière de l'aigle » fait parfois débat sur sa conformité aux canons islamiques. Certains dénoncent une juxtaposition peu orthodoxe, qui atteindrait à l'unicité du Divin, les plus virulents fustigent une bannière « torchon » brandie par des « faussaires » et des « ânes ».
Au-delà de ce débat religieux, c'est la force de cet étendard, vraie réussite marketing, qui frappe désormais. « L'État islamique a réussi à kidnapper, s'approprier une symbolique qui appartient à l'islam en général », constate M. Difraoui. « C'est un détournement total. Et c'est ça le plus grave », déplore-t-il. « Ils ont créé un logo d'une force dingue, et l'ont complètement banalisé », ceci au détriment de l'immense majorité des musulmans de la planète.
Hervé BAR/AFP

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Le franbanais

Citoyen grognon de Anne-Marie El-HAGE

Assez ! Khalass ! Enough !

Décryptage de Scarlett HADDAD

Médiation gouvernementale : le « Bassil nouveau » est arrivé !

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué