Liban

LE POST-14/8 MARS Quand l’ordre ancien n’en finit pas de mourir

Échos de l’agora
04/09/2015

Manifestation du samedi 22 août 2015. L'image était celle d'une émeute, d'un raz-le-bol contre la scandaleuse affaire des détritus et la corruption de la gestion de ce dossier. L'opinion publique a surtout retenu la présence de casseurs violents s'opposant aux forces de l'ordre qui protégeaient les bâtiments publics.

Entre le 22 et le 29 août, date de la marche-protestation, de nombreux observateurs ont vu dans le phénomène une simple expression du perpétuel clivage-affrontement entre les deux camps dits du 8 et du 14 Mars. Dans les rangs du 14 M politique, l'affaire exprimait la stratégie du coup d'État permanent que l'autre camp mène depuis dix ans. En dépit de leurs faiblesses, de leurs maladresses et des compromis moralement inacceptables conclus avec les assassins de leurs martyrs, il y a lieu de reconnaître à ces forces 14 M la vertu d'avoir servi, tant bien que mal, de digue de résistance contre la mise à mort de l'État libanais au profit de l'axe Téhéran-Damas. Cette impression était renforcée par l'impossibilité d'inclure l'image de Hassan Nasrallah parmi les figures conspuées par les protestataires. La sacralité du chef du Hezbollah a semblé constituer une ligne rouge que nul ne peut traverser, du moins dans l'immédiat.

Et puis, il y eut la journée du 29 août. Combien étaient-ils ? 50 000 ? 100 000 ? Leur nombre exact n'a pas d'importance tant la surprise fut de taille. Certes, il y avait quelques groupuscules d'agitateurs, de casseurs et de barbouzes. Mais l'absence des forces politiques traditionnelles était remarquable. On a vu des personnalités, venues se servir de cette foule comme d'une tribune, se faire vertement évacuer. Des slogans ? Il y en avait de toutes les couleurs. Des réclamations ? Elles fusaient de partout ou presque, parfois de manière cacophonique et contradictoire. Des feuilles de route ? Elles n'ont pas manqué, et se distinguaient par leur extrême variabilité et la plasticité étonnante de leurs contenus.

Tout ce côté brouillon a, dans un premier temps, fait sourire l'establishment politique de tout bord qui n'a pas plus compris l'événement du 29 août 2015 que celui du 14 mars 2005. Le 29 août est, dans sa forme même, une image 14-Mars. Il y a dix ans, seul l'appareil de répression syrien et 8-marsiste avait compris le sens à long terme de l'événement, à savoir l'émergence d'un individu-citoyen, pierre angulaire du vivre-ensemble dans un espace public sereinement partagé et non plus morcelé en territoires de dominations rivales. C'est pourquoi les figures les plus symboliques de ce fait majeur, unique dans l'histoire libanaise, ont été vite éliminées et la population terrorisée par les attentats de l'époque. Il était hors de question de permettre une pacification du Liban sur la base de la citoyenneté. Il fallait entretenir en permanence un climat de guerre civile entre groupes confessionnels rivaux, qui avait commencé dès 1968 avec la constitution de la fameuse « Alliance tripartite » supposée défendre les privilèges chrétiens au sein de l'équation du partage du pouvoir. Depuis lors, toute notre vie publique est un face-à-face féroce entre maronitisme politique, sunnisme politique, chiisme politique, et j'en passe.

Mais ce climat a également été entretenu par les forces traditionnelles confessionnelles qui ont récupéré l'événement de 2005 et ont, de plus, monopolisé sa date (14 mars) comme slogan identitaire de la coalition de telles forces du Liban de papa et de grand-papa. Au lieu de tuer symboliquement le père et casser l'ordre ancien en 2005, nous avons installé papa et grand-papa sur nos épaules et les avons agités comme autant de symboles de la construction du Liban moderne prévu par Taëf.
Bref, le clivage 14 M/8 M n'a fait qu'entretenir, depuis dix ans, les braises incandescentes de la guerre civile. C'est ce qui nous a menés à l'impasse politique actuelle dont tout le monde est responsable mais non de manière symétrique. On ne peut pas mettre, sur un même pied d'égalité, l'agresseur ou l'assassin et la victime qui a accepté les compromissions que l'on sait, pour des raisons qu'on ignore. Et c'est ainsi que l'ordre ancien s'est perpétué allègrement de manière outrancière, pensant qu'il avait gagné la bataille de l'impunité... Jusqu'à ce samedi 29 août 2015.

Les jeunes générations de 2015 ont repris le flambeau et se sont jetées dans la rue, loin du clivage 14/8 dans leur grande majorité. Ces jeunes sont en train d'achever ce que nous n'avons pas su mener à bien. Toutes les forces politiques et communautaires de l'ordre ancien, sans exception, n'arrivent pas à prendre la mesure de l'événement ni à le récupérer en dépit de l'urgence qu'il y a de pouvoir, à partir du même événement, reproduire du politique.
Les figures paternelles conservatrices les plus affaiblies semblent être celles des partis 14 M ainsi que le CPL de Michel Aoun qui est en train de sombrer dans un folklore anachronique. Le père qui tient le mieux demeure le Hezbollah. La photo de Hassan Nasrallah relève toujours de la sacralité, mais pour combien de temps encore ? Trop de témoignages indiquent que la lame de fond de l'émergence de l'individu gronde sous les pieds de la communauté chiite. Il suffit de lire l'éditorial d'Ibrahim el-Amine de ce 3 septembre 2015 dans al-Akhbar, journal du Hezbollah, pour comprendre que cette foule les désarçonne et les dérange.

Où allons-nous ? Vers un autre Liban indiscutablement, plus sécularisé, celui de la citoyenneté qu'on a voulu étouffer au berceau en 2005. Mais l'affaire est loin d'être gagnée. Les forces d'inertie sont redoutables. Il est de la responsabilité urgente des sages, des indépendants de tout bord et des intellectuels de ne pas faire la fine bouche, d'accompagner le changement afin qu'il demeure exclusivement citoyen. Toute la vie publique ne se résume pas en la seule conquête du pouvoir par X contre Y.
Le dossier des détritus est aujourd'hui la porte d'entrée vers la reconstruction du politique. Demain, ce sera le tour de l'électricité, des communications et d'autres aspects de la vie publique. Le premier mot d'ordre du changement est : le passé de l'affrontement confessionnel permanent est définitivement clos. Afin de se généraliser, une telle conviction a besoin du dynamisme de cette jeunesse, fût-elle brouillonne, que cela plaise ou non.

 

Les précédentes tribunes d'Antoine Courban
Le loup, les brebis, chaperon rouge et le berger

Lamentations pour un modèle culturel défunt

Droits des chrétiens : mode d'emploi

Pour un contrat de citoyenneté responsable

La charogne putride de la ville assassinée

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Salim Dahdah

Excellente analyse dont il faut retenir principalement:
1-le grand coup de semonce à toute la caste politique et peut-être le début d'un changement sérieux du profil des politiques de demain.
2- La fin du clivage entre le 8 et le 14, et aussi l'arrêt de la politique du bord de l'abîme qui gelé les institutions et menacé la République d'effondrement.
3- l'obligation de réhabiliter l'Etat des Institutions en commençant par l'élection présidentielle.
4-La naissance d'une nouvelle génération de jeunes politiciens au travers d'une renaissance des mouvements politiques au Liban et la fin d'un chapitre de l'Histoire de ce pays.
5- Il est essentiel de tirer profit de tout ce qui s'est passé ces quarante dernières années et de l'expérience de toutes les composantes pour aller dans le sens de la libanisation des systèmes de gouvernance.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

On confond les idées et les choses. Ces New Libanais ne renoncent pas à ce qu'ils ont gagné, mais cela ne veut pas dire qu'ils ne renoncent pas à la forme sociale dans laquelle ils l’ont acquis. Pour ne pas être privés du résultat, pour ne pas perdre les fruits de la civilisation, ils sont forcés ; du moment où le mode de leur développement ne correspond + au new développement acquis ; de changer toutes leurs formes sociales traditionnelles. E.g. : les institutions établies étaient des relations sociales qui, seules, correspondaient au développement acquis et à l'état social préexistant duquel ils étaient sorties. Sous la protection d’1 système archaïque et Vieux, d’énormes richesses s'étaient accumulées ; et ces éhhh New Libanais auraient perdu les fruits mêmes de ces richesses, s'ils voulaient conserver les formes sous la protection desquelles ces fruits avaient bien mûri. Aussi faudra-t-il avoir recours à des séismes pour les anéantir. Ces vieilles formes de développement, les relations sociales qui leur correspondent et l'état politique qui est l'expression officielle actuelle de cette ex-société civile devront être brisés. Ainsi, le développement sous lequel ces Libanais Nouveaux produisent, consomment et échangent sont transitoires. Avec 1 nouveau développement acquis, ils changent ce mode de développement. Et avec le nouveau ils changent ces inégaux rapports sociaux qui n'ont été que les relations nécessaires d’1 simple mode de développement déterminé à 1 moment donné.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

CE N'EST PAS L'ORDRE "LA CONSTITUTION" QUI DEVRAIT MOURIR... CE SONT LES LÉGENDAIRES TRIBUS FAMILIALES ET NOMMÉES AUX PANURGES QUE SUIVENT BÊTEMENT LES MOUTONS QUI DEVRAIENT EXHALER LEURS DERNIERS SOUPIRS... QUAND LES LIBANAIS S'ÉMANCIPERAIENT ET LE COMPRENDRAIENT LE CHANGEMENT SERA FAIT DE FACTO !!! CE QUE FONT CERTAINS AUJOURD'HUI C'EST DÉMEMBRER COMPLÈTEMENT LE PAYS POUR LE LIVRER À TOUS GENRES DE LOUPS... AU RISQUE... CAR D'AUTRES NE LAISSERAIENT PAS FAIRE... D'UNE NOUVELLE ET DESTRUCTIVE GUERRE CIVILE... COMME ON EN VOIT SUR LES ÉCRANS DES T.V. ! LIBANAIS DE TOUTES LES COMMUNAUTÉS... RÉVEILLEZ-VOUS !!!

Beauchard Jacques

Oui c'est bien la dynamique de la foule du 14 mars 2005 et sa symbolique qui se manifestèrent avec en plus l'affirmation complémentaire de la politique ordinaire de la gestion des ordures, de l'eau, de l'électricité contre la capture du pouvoir pour le pouvoir et la corruption.

Halim Abou Chacra

Maronitisme politique, sunnisme politique, chiisme politique (le guide suprême Hassan Nasrallah non-inclus s.v.p ! Le fait le plus grotesque et ridicule de l'année !). On aura tout essayé. Et ça a donné trop d'erreurs, trop de sottises, trop d'échecs, trop de déceptions, trop de désillusions. Résidu sous les ordures couvrant tout le Liban : une des pires, des plus médiocres, des plus irresponsables, des plus insensées classes politiques du monde, complètement désorientée et perdue. Alors une nouvelle génération du pays tâtonne pour trouver et faire quelque chose de mieux. Rien de plus.

Bery tus

je suis d'accord avec vous .. IL FAUT UN CHANGEMENT .. CES JEUNES ONT REPRIS LE FLAMBEAU CERTES QUE DIEU SOIT AVEC EUX !! MAIS NE VAUT IL PAS VRAIMENT LA PEINE NE SERAIT QUE D'ESSAYER NOTRE SYSTEME MAIS AVEC HONNETETE ET TRANSPARENCE COMME IL DOIT ETRE APPLIQUER JUSTEMENT PAR DES PERSONNES HONNETE ET FRANCHE ?!?!?

A DEFAUT ALORS NE BASCULONS PAS DU JOUR AU LENDEMAIN VERS UN AUTRE SYSTEME IL FAUT LE FAIRE DOUCEMENT ET PAR L'EDUCATION CIVIQUE ET MORALE DU PEUPLE !!! (ce qui implique le désarmement d'une partie de la population n'est ce pas?)

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants